Maison autonome pour la paix dans le monde

Nous entrons dans une période un peu plus calme où les premiers besoins en chauffage à l'intérieur de la maison se font sentir. A cette occasion, je voudrais présenter une scoop du Québec spécialisée en éco-construction & rénovation qui vise l'autonomie...

Fête de la Paresse au Jardin Pouplier – 5ème édition

« Vous tous fidèles, toujours et à toute époque, chaque fois que vous n’êtes pas dans l’église, soyez assidus à votre travail durant toute votre vie. Travaillez donc toujours car la paresse est un vice qui n’admet pas de guérison. Si un homme chez vous ne travaille pas, qu’il ne mange pas. Dieu hait les paresseux car un paresseux ne peut pas être un fidèle. »

Doctrine des apôtres, Paul, texte du début du IIème siècle

Cité par Gérard Mordillat aux rencontres Déconomiques d’Aix en Provence – juillet 2017


Le jardin-forêt en permaculture des fraternités ouvrières de Mouscron en Belgique.

Un jardin-forêt en permaculture d’une incroyable diversité

C’est à Mouscron en Belgique, à la frontière française que se trouve le jardin des fraternités ouvrières créé par Josine et Gilbert Cardon. Qui aurait cru que la corne d’abondance était Belge et qu’elle se trouvait au 58 rue Charles-Quint ? Peu de personnes le soupçonnaient, et bien pourtant il y en a une qui a dû se déverser dans ce jardin de 1800 m2, car il donne 12 mois/12 avec une exubérance extraordinaire depuis plus de 35 ans sans aucun ajout de pesticide ni d’engrais chimiques. 

Le jardin-forêt en permaculture des fraternités ouvrières de Mouscron en Belgique produit des fruits et légumes en abondance toute l’année.

Vue d’une des allées du jardin-forêt en permaculture de Mouscron. Source photo : http://fraternitesouvrieres.over-blog.com

Ainsi on y trouve, plus de 2000 arbres et arbustes fruitiers de 1300 variétés différentes, 395 pommiers de 312 variétés, 242 poiriers de 160 variétés. La grainothèque rassemble quant à elle plus de 6500 sortes de semences, dont plus de 800 types de tomates différents.

Le jardin-forêt en permaculture des fraternités ouvrières de Mouscron en Belgique produit des fruits et légumes en abondance toute l’année.

Grâce à leur groupement d’achat, l’association des fraternités ouvrières de Mouscron s’est constitué une grainothèque impressionnante. Source photo : https://amijardinmanoirnovel74.wordpress.com

Un jardin-forêt en permaculture pour un monde meilleur.

Tout a commencé dans les années 1970 quand la Belgique a connu des licenciements économiques les uns derrière les autres. Josine et Gilbert Cardon ainsi que d’autres habitants du quartier décident alors de réfléchir ensemble pour trouver des solutions permettant de s’en sortir économiquement et ils créent, en 1969, l’association des fraternités ouvrières. 
Le jardin-forêt en permaculture des fraternités ouvrières de Mouscron en Belgique produit des fruits et légumes en abondance toute l’année.

Josine et Gilbert Cardon, les fondateurs du jardin des fraternités ouvrières dans leur résidence de Mouscron, en Belgique. Source photo : http://fraternitesouvrieres.over-blog.com

Que vont-ils faire ? Toutes les maisons ouvrières possèdent un jardin. Qu’à cela ne tienne, les riverains décident de se remettre au jardinage comme le faisaient avant eux leurs parents qui avaient connu les privations pendant la guerre. Mais en 1970, ces gestes ancestraux ont été oubliés, chacun se demande donc comment s’y prendre. Une partie de la réponse viendra, comme pour la famille Dervaes en Californie, d’un scandale alimentaire ! Alors que les médias révèlent la toxicité des petits pots pour bébé « petits pois-carottes », Josine et Gilbert décident que leur jardin ne recevra aucun poison chimique. De plus, dès sa création en 1978, le jardin-forêt des fraternités ouvrières suit les principes de la permaculture. 

À force d’expérimentations, d’essais leur petit jardin ouvrier est devenu une vraie jungle nourricière sans aucun intrant chimique ni aucun labour. Le nombre d’adhérents et de cours de jardinage est en augmentation constante avec de plus en plus de participants venus de toute l’Europe. Quand on demande à Josine et Gilbert quelle est la finalité de leur démarche : ils répondent que leur désir est de faire « un monde meilleur » !

Densité et biodiversité font bon ménage au jardin-forêt de Mouscron

Bienvenue dans ce jardin-forêt surnommé très justement « la petite jungle belge »

Entrer dans cette forêt fertile est presque magique. Pour progresser dans ce jardin luxuriant, il vous faudra bien souvent écarter de la main les branches d’un mûrier, ou une liane de haricot « orteil de prêcheur » (haricot vivace résistant à -15 °C). Vous devrez certainement aussi vous baisser pour passer sous les ramures des pêchers ou des abricotiers qui ont trouvé leur place dans ce jardin-forêt belge où les températures peuvent parfois descendre jusqu’à -10 °C. La végétation y est tellement dense que l’on ne sait plus où tourner les yeux ! En ne parcourant que 10 mètres, on y croise un néflier du japon, plusieurs pommiers, de la vigne, des poiriers, des groseilliers blancs, des nashis, des cassissiers, des casseilles, des pêchers, des ronces sans épines, des pruniers, des figuiers et entre les rangs d’arbres, des plants de légumes.

Des cultures denses et multiétagées pour un jardin-forêt réussi

Le jardin des fraternités ouvrières de Mouscron est un modèle réussi de jardin-forêt. Les différents végétaux comestibles, occupants différentes strates de végétation, s’enchevêtrent pour créer un microclimat favorable à la pousse de légumes, plantes aromatiques, céréales, et autres couvre-sol. Même si les arbres sont taillés de temps en temps pour éviter de faire trop d’ombre, Gilbert Cardon annonce fièrement que le jardin travaille tout seul et produit sans cesse et sans effort. 

Un sol d’une richesse incroyable, créateur d’abondance toute l’année

Depuis la création du jardin, aucun produit ni engrais chimique n’a eu le droit d’entrer dans cette terre préservée amoureusement par Gilbert, Josine et l’association des Fraternités ouvrières. Seuls des purins et décoctions naturelles de plantes, présentes au jardin, sont utilisés pour fertiliser le sol ou favoriser la pousse des semis en attendant leur repiquage.

Le sol est d’une telle richesse qu’il a fait douter les experts envoyés par l’état pour l’analyser. 12 % d’humus, 3 kg de vers de terre par m2 ! Ici, il n’est même plus question de faire de multiples conserves (excepté quelques confitures) ou d’investir dans des frigos, car, le jardin fournit assez de nourriture toute l’année.

Mais Gilbert admet humblement qu’il y a quand même un inconvénient dans son jardin. Savez-vous lequel ? C’est qu’il est difficile de tout manger ! Hahahaha ; on en veut bien tous de telles difficultés dans nos jardins !

Ci-dessous, quelques vidéos sur le jardin-forêt des fraternités ouvrières de Mouscron :

Une belle vidéo de Luc Dechamps sur Gilbert et Josine Cardon intitulé « Les semeurs de vie » :

« La jungle étroite », film de Benjamin Hénnot pour ARTE documentaire :
Reportage Tv sur le jardin des Fraternités Ouvrières
Et une des premières vidéos de Benjamin pour PermacultureDesign, tournée en 2013
 Créer un jardin-forêt

« Créer un jardin-forêt »

Une forêt comestible de fruits, légumes, aromatiques et champignons au jardin

Livre de Patrick Whitefield

192 pages, édité par Imagine un colibri, sortie en 2011

Prix : environ 22 €

Références complètes (éditeur, ISBN…), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon    |   Decitre    |   Unithèque

Créer votre propre jardin-forêt, ça vous tente ?

Comme Josine et Gilbert Cardon, vous pouvez commencer facilement, dès maintenant, à créer votre jardin-forêt en installant des guildes végétales autour de vos arbres fruitiers. Cliquez sur le bouton ci-dessous pour en savoir plus.

Invitez la permaculture dans votre jardin

Avec nos fiches techniques détaillées, démultipliez vos récoltes tout en favorisant la vie sous toutes ses formes grâce aux guildes autour des arbres fruitiers.

En savoir plus sur ces guildes
Mots clés

permaculture, design, permacultureDesign, jardin-forêt, Gilbert Cardon, Josine Cardon, Mouscron, Belgique, fraternités ouvrières, arbres, arbustes, fruitiers, plantes, vivaces, diversité, cultures, multi-étagées, production, nourriture, abondance, fruits, légumes, association, jardinage, jardin, grainothèque, graines, semences, bénévolat, visite
#PermacultureDesign #Permaculture #LieuPermacole #FermeEnPermaculture #JosineEtGilbertCardon #JardinDesFraternitesOuvrieres #JardinForêt #Biodiversite #LaPetiteJungleBelge #Mouscron #Jardinage #Grainotheque

Sur le même thème

Pour aller plus loin

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à nos ressources

Abonnez-vous à la Newsletter !

et ne ratez plus aucun de nos contenus !

Oh les beaux bouquets!

IMG+3514_large

Tous les mercredis après-midi jusqu’à fin octobre,  nous vous concoctons de beaux bouquets du jardin, dahlias à l’honneur! En vente à partir de 5 euros au Jardin Pouplier, 60 rue Saint Antoine à Montreuil. On ne peut plus frais et local..


Tagged: bouquets

La ferme Ridgedale Permaculture, de Richard Perkins en Suède

« Au nord, il y a les Corons » selon la chanson, mais encore plus au nord, sur le 59ème parallèle, près de Sunne en Suède se trouve la Ridgedale Permaculture, une propriété de 5 hectares qui est le lieu permaculturel le plus septentrional de la planète. Cette ancienne ferme abandonnée a été transformée par Richard Perkins et sa compagne Yohanna Amselem pour devenir un centre d’agriculture innovante et une structure de formation basée sur l’apprentissage de méthodes de culture régénératrices. 

Ridgedale Permacultureest une ferme innovante, résiliente et rentable créée par Richard Perkins en Suède.

Vue aérienne de la ferme Ridgedale Permaculture près de Sunne en Suède. Crédit photo © http://www.ridgedalepermaculture.com

L’objectif de Richard Perkins et Yohanna Amselem : œuvrer pour un meilleur avenir

Pour Richard et Yohanna, le commencement a été assez difficile, car, il y avait tellement de travail à faire, de règlementations à comprendre, de grosses responsabilités à assumer, de modèles et de principes permaculturels à adapter à la petite échelle de leur propriété. Sans manuels, sans aide des autorités, il a fallu tout inventer. Les représentants de la commune semblent eux-mêmes manquer de vocabulaire pour qualifier cette exploitation. Est-ce une ferme, un jardin ? Peu importe le nom que les autorités pourraient donner à leur propriété, peu importe le regard suspicieux des voisins au lancement du projet, le désir de Richard et Yohanna de construire quelque chose de différent a été plus fort.
Ridgedale Permacultureest une ferme innovante, résiliente et rentable créée par Richard Perkins en Suède.

Richard Perkins et Yohanna Amselem, fondateurs de la ferme Ridgedale Permaculture. Crédit photo © http://www.ridgedalepermaculture.com

Cette volonté d’œuvrer pour un avenir meilleur anime Richard depuis qu’il a 15 ans et n’a fait qu’accroître avec la naissance de sa fille Gracie. C’est pour qu’elle grandisse libre et hors du moule social, pour qu’elle vive de façon spontanée, respectueuse et responsable qu’il a bâti cette ferme. Cette ferme, c’est l’école de la vie pour Gracie et pour tous ceux qui s’y forment !

Une volonté de formation à la gestion de la ferme et à la permaculture

Ridgedale Permaculture est peuplée de personnes de nationalités et d’horizons divers qui vivent en communauté et mettent leurs forces en commun pour vivre libres, heureux et créer un monde meilleur. Ici pas la peine d’être bardé de diplômes ou de connaissances pointues, c’est la motivation qui prime et qui fait avancer les différents projets. Des stagiaires désireux d’apprendre à gérer une ferme et à se former en permaculture s’investissent bénévolement et participent au bon fonctionnement de la ferme parce qu’ils sont conscients du besoin urgent de transition. 

Même si ce genre de gestion sociale, basée principalement sur des stagiaires non rémunérés, nous laisse un peu perplexes au sein du bureau d’études, Ridgedale Permaculture est quand même un lieu remarquable, très inspirant, qui utilise beaucoup de techniques d’autres lieux exemplaires en permaculture et prouve, une fois de plus, leur efficacité.

Favoriser la diversité des activités dans le respect de la nature

Plusieurs activités se combinent à Ridgedale Permaculture. On y produit des œufs et des poulets de chair, des fruits et légumes issus du maraîchage, mais toujours avec le respect de la terre et l’utilisation de méthodes douces qui visent à régénérer les sols.
Dans cette ferme avicole, les principes fondateurs de la permaculture sont appliqués de façon responsable pour régénérer les paysages, mettre en place des écosystèmes riches, restaurer les sols et produire durablement.
Techniques innovantes et gestes ancestraux s’y entremêlent pour un résultat résilient, stimulant localement et rentable. 
Le foin est récolté de façon manuelle, les poules ont des poulaillers mobiles et sont en pâtures libres, l’abattage est tout aussi respectueux que l’élevage. D’ailleurs à Ridgedale Permaculture, le respect est une valeur fondamentale : respect des cycles naturels, respect des plantes, des animaux et des personnes, respect de la terre.
Ainsi plutôt que de vendre les pins de sa forêt, qui lui procureraient une entrée d’argent considérable, Richard a décidé d’y faire construire des cabanes dont la location assurera des subsides et évitera l’abattage, l’érosion et la déforestation outrancière.
Ridgedale Permacultureest une ferme innovante, résiliente et rentable créée par Richard Perkins en Suède.

Plutôt que d’abattre les arbres pour vendre leur bois, Richard construit des cabanes dans sa forêt de pins qui pourront ensuite être louées. Crédit photo © Olivier Asselin, Possible Media

Une autre vision de la vie…

Quand on lui parle « travail », Richard répond avec sagesse et philosophie qu’« il n’y a pas de travail. Travailler, jouer, se reposer et apprendre, c’est un tout, c’est quelque chose d’amusant appelé la vie ». Et quand le regard des voisins devient respectueux et admiratif devant le travail accompli, c’est que le pari fou a été gagné !

Notre partenaire et ami Olivier Asselin, de Possible Média vient de consacrer tout un documentaire à la ferme Ridgedale permaculture que nous vous invitons à découvrir dans cet article pour en savoir plus sur ce lieu permacole remarquable. Ce film s’intitule « Gracie’s backyard » en référence à la fille de Richard et Yohanna qui profite bien de la vie sur cette ferme hors du commun.

Ridgedale Permacultureest une ferme innovante, résiliente et rentable créée par Richard Perkins en Suède.

Gracie, la fille de Richard et Yohanna, n’est jamais très loin de son papa, elle adore donner des coups de main et apprendre avec lui. Crédit photo © Olivier Asselin, Possible Media

Sources photo et informations complémentaires sur Ridgedale Permaculture (site en anglais) :
http://www.ridgedalepermaculture.com/

Sources photo et informations complémentaires sur le film documentaire « Gracie’s backyard » :
https://www.possiblemedia.fr/gracies-backyard/?ref=2

Envie de passer à l’action vous aussi ?

Si vous souhaitez vous essayer, dès maintenant, à la permaculture sur une petite parcelle de votre terrain, nous avons conçu pour vous une formation vidéo intitulée « le Potager 3P ». Elle vous apprendra à créer facilement et rapidement, selon les principes de permaculture, votre Premier Potager Permanent qui, en plus d’être esthétique et nourricier, sera un excellent support pédagogique d’observation. Pour en savoir plus, cliquez sur le bouton ci-dessous.

le potager 3P, mon Premier Potager Permanent

Profitez de l’abondance de la nature en créant facilement chez vous un jardin-potager efficace et durable suivant les principes de permaculture !

Découvrir notre formation vidéo
Mots clés

permaculture, design, permacultureDesign, Richard Perkins, Ridgedale, ferme, agriculture, régénération, régénérer, sol, écosystèmes, production, fruits, légumes, poules de chair, oeufs, maraichage, techniques, diversité, résilient, formation, apprentissage, Suède, communauté, transition, exemple,
#PermacultureDesign #Permaculture #LieuxPermacoles #FermeEnPermaculture #RichardPerkins #RidgedalePermaculture

Sur le même thème

Pour aller plus loin

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à nos ressources

Abonnez-vous à la Newsletter !

et ne ratez plus aucun de nos contenus !

Le film documentaire sur la ferme Ridgedale Permaculture en Suède.

« Gracie’s backyard » est le cinquième film documentaire réalisé par notre partenaire et ami Olivier Asselin de Possible Média. Il s’intéresse à l’organisation et la vie sur un site permacole hors du commun situé sur le 59e parallèle, en Suède : la ferme Ridgedale Permaculture.

Ce film raconte le projet fou de Richard Perkins et sa compagne Yohanna de créer, à partir d’une ferme laissée à l’abandon, un lieu d’innovations agricoles et de formations pour développer de nouveaux modèles de productions agricoles durables à la fois rentables et régénérateurs des sols. 

Le film documentaire « Gracie’s backyard » nous permet de suivre le quotidien et de comprendre les motivations de tous ceux qui vivent, se forment et travaillent sur cette ferme hors normes. On y découvre des personnes d’horizons très divers réunies par la conviction d’un besoin imminent de transition vers des modèles agricoles durables et régénérateurs.

Même si la gestion sociale de la ferme, avec une majorité de stagiaires non rémunérés, nous laisse perplexes au bureau d’études, car nous ne sommes pas totalement en accord avec ce type de gestion, Ridgedale Permaculture n’en reste pas moins une ferme très inspirante et un lieu d’innovations agricoles très prometteur que le film documentaire « Gracie’s Backyard » montre avec justesse et honnêteté.

Le film sur Ridgedale Permaculture en Suède nous plonge dans le quotidien de celles et ceux qui font de cette ferme un lieu innovant et régénérateur.

Le film documentaire « Gracie’s Backyard » est disponible chez Possible Média en DVD ou en version numérique à télécharger.

Pour retrouver nos articles sur les autres films documentaires réalisés par Olivier Asselin de Possible Média, cliquez sur les liens ci-dessous :

Permaskills : des DVD pour se former à la permaculture
Le verger permaculturel
Une micro-ferme en maraîchage bio productive et rentable : les Jardins de la Grelinette !

Envie de passer à l’action vous aussi ?

Si vous souhaitez vous essayer, dès maintenant, à la permaculture sur une petite parcelle de votre terrain, nous avons conçu pour vous une formation vidéo intitulée « le Potager 3P ». Elle vous apprendra à créer facilement et rapidement, selon les principes de permaculture, votre Premier Potager Permanent qui, en plus d’être esthétique et nourricier, sera un excellent support pédagogique d’observation. Pour en savoir plus, cliquez sur le bouton ci-dessous.

le potager 3P, mon Premier Potager Permanent

Profitez de l’abondance de la nature en créant facilement chez vous un jardin-potager efficace et durable suivant les principes de permaculture !

Découvrir notre formation vidéo
Mots clés

permaculture, design, permacultureDesign, Richard Perkins, Ridgedale, ferme, agriculture, régénération, régénérer, sol, écosystèmes, production, fruits, légumes, poules de chair, oeufs, maraichage, techniques, diversité, résilient, formation, apprentissage, Suède, communauté, transition, exemple, vidéo, film, documentaire, Possible Média
#PermacultureDesign #Permaculture #LieuxPermacoles #FermeEnPermaculture #RichardPerkins #RidgedalePermaculture #PossibleMedia #GraciesBackyard #FilmDocumentaire

Sur le même thème

Pour aller plus loin

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à nos ressources

Abonnez-vous à la Newsletter !

et ne ratez plus aucun de nos contenus !

La ferme urbaine de la famille Dervaes à Pasadena, Californie

Atteindre l’autonomie alimentaire sur la ferme urbaine

C’est à moins de 50 mètres de la très passante autoroute 210 à Pasadena en Californie que se trouve la ferme urbaine de 362 m2 de la famille Dervaes.
Si on pousse le portail du 631 Cypress Avenue situé à quelques minutes du centre-ville de Los Angeles, on se retrouve vite nez à nez avec un jardin d’abondance. Rempli de plus de 400 types de légumes, fruits, fleurs et autres herbes aromatiques, ce jardin très productif est impressionnant d’efficacité. Et parce qu’aux jardins bien nés la valeur n’attend pas le nombre des m2 (ce n’est pas le Cid qui va nous contredire ;)), la ferme produit environ 3 tonnes de nourriture, 1 800 œufs et 200 litres de lait par an.

Avec sa petite ferme urbaine à Pasadena en Californie, la famille Dervaes développe son autonomie alimentaire et tend vers l’autosuffisance.

Signalée par un rond orange sur la photo ci-dessus, la ferme urbaine des Dervaes est une véritable oasis en plein cœur de la ville.

Une production de nourriture au-delà des espoirs

C’est un scandale alimentaire qui décide Jules Dervaes et ses enfants Anais, Justin et Jordanne à cultiver leur propre jardin pour se nourrir sainement avec des aliments biologiques n’ayant reçu aucun poison.

La motivation est là, mais les difficultés et la pression aussi, car même si Jules a déjà l’expérience de la gestion d’une ferme en Floride, il lui faut maintenant adapter ses connaissances à un terrain « de poche » pour rapidement pouvoir nourrir sa famille. Son entourage lui disait que cet achat était un gouffre qui le mènerait à la ruine et Jules Dervaes était lui-même un peu sceptique quant à la possibilité de devenir autosuffisant dans un endroit si petit.

Avec sa petite ferme urbaine à Pasadena en Californie, la famille Dervaes développe son autonomie alimentaire et tend vers l’autosuffisance.

Jules Dervaes, initiateur du projet de ferme urbaine et ses trois enfants : Anais, Jordanne et Justin.
Source photo : http://urbanhomestead.org

Gardant pourtant la foi et malgré les obstacles, les larmes et les coups durs (sécheresse, maladies, parasites), Jules portera à bout de bras son projet et le mènera même plus loin que ces espérances puisqu’aujourd’hui la petite ferme urbaine nourrit une famille de 4 personnes et elle génère plus de 40 000 dollars annuels de ventes.

Avec sa petite ferme urbaine à Pasadena en Californie, la famille Dervaes développe son autonomie alimentaire et tend vers l’autosuffisance.

Un beau panier de récoltes sur la petite ferme urbaine de la famille Dervaes. En été, la famille produit 90 % de sa nourriture. Source photo : http://urbanhomestead.org

Les secrets de la réussite de cette ferme urbaine

Une bonne gestion du sol et de l’eau

Le proverbe dit que « tout ce qui est petit est mignon », et bien avec l’exploit réalisé par les Dervaes, nous pouvons ajouter que tout ce qui est petit peut être productif ! Lorsque la famille Dervaes s’installe à Pasadena en 1985, le sol de leur futur jardin ne retenait même pas l’eau ! Jules découvre que cela vient du manque de matière vivante dans le sol. Il va donc s’investir pendant 30 ans dans la création et l’entretien d’un écosystème vivant. Il va amender son sol au fil des années, faire son compost, utiliser les déjections de ses animaux et améliorer ainsi sa terre. Il va opter pour la mise en place d’un jardin comestible sur l’avant de la maison et de 50 lits surélevés dans la cour arrière. Pour économiser l’eau d’arrosage, il va aussi utiliser des ollas (pots d’argile microporeux) enterrés dans ces planches de cultures.

Source photos : http://urbanhomestead.org

Des engrais naturels

Suivant les principes de la permaculture, Jules et ses enfants utilisent SEULEMENT des engrais naturels tels que la farine d’arêtes de poisson, le compost et le varech. Aucun produit chimique ne passe le portail de la ferme urbaine de Pasadena et aucun plant ne reçoit d’hormones de croissance. Pas d’inquiétudes pour eux ! Ça marche depuis 30 ans puisqu’ils produisent annuellement presque 3 tonnes de légumes et fruits qu’ils consomment, vendent ou utilisent pour obtenir de la farine, du riz et du blé.

Les animaux au cœur de la ferme urbaine

Déjà avant de s’installer à Pasadena, les abeilles, les poules et les chèvres faisaient partie de la famille, mais avec la volonté de devenir autosuffisant et autonome, cela s’est avéré primordial. D’ailleurs, les Dervaes affirment sans honte que de s’occuper de leur mini basse-cour et d’entendre les « coin-coin » et les « cot-cot » dès le lever du jour est un des moments privilégiés de leur journée. C’est ça la belle vie de la campagne à la ville ! Et bien sûr, un des autres avantages de posséder des animaux dans leur propriété est de pouvoir obtenir un amendement naturel pour les plants à moindre coût ! Jordanne qui s’occupe tout particulièrement des animaux plaisante d’ailleurs en les appelant affectueusement leurs « adorables machines à compost domestiques ».

Source photos : http://urbanhomestead.org

Du bio à l’autosuffisance

Jules Dervaes a réussi son pari avant de quitter son jardin d’Eden pour un autre paradis puisqu’il est mort en décembre 2016 d’une embolie pulmonaire. Grâce à ses efforts, sa famille a réussi à se nourrir pour 2 dollars par jour, mais a aussi acquis une autonomie énergétique par l’installation de panneaux solaires, d’un système d’épuration des eaux grises, d’un four solaire et la fabrication gratuite d’un biocarburant fait maison. Leur facture d’électricité s’élève à 12 $ par mois ; ça fait rêver, n’est-ce pas ?

Nous sommes curieux de savoir si vous avez, vous aussi, trouvé des solutions pour accéder à l’autosuffisance alimentaire et/ou énergétique ? Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la dans vos commentaires !

Reportage en anglais sous-titré en français sur la ferme urbaine de la famille Dervaes à Pasadena, Californie.

Si vous lisez l’anglais et que vous voulez en savoir plus sur cette ferme urbaine hors du commun ou simplement voir leurs différents albums photo, rendez-vous sur leur site : http://urbanhomestead.org

Trouvez le support idéal pour commencer votre propre production de nourriture !

Si vous souhaitez, comme la famille Dervaes, vous lancer dans la production de votre nourriture tout en évitant de vous planter, découvrez notre formation en ligne « Choisissez votre support de culture idéal » qui vous permettra de trouver quel sera le support de culture le mieux adapté à votre contexte et vos objectifs. Cliquez sur le bouton ci-dessous pour en savoir plus.

Choisissez votre support de culture idéal !

Vous souhaitez produire tout ou partie de votre alimentation en la cultivant vous-même ? Faire des buttes ne sera pas forcément une bonne idée dans votre cas. Trouvez le support de culture le plus adapté à votre contexte et vos objectifs de production grâce à notre formation vidéo en ligne « Choisissez votre support de culture idéal ».

Notre formation vidéo ici
Mots clés

permaculture, design, permacultureDesign, ferme, urbaine, famille Dervaes, production, nourriture, petit jardin, cultures, cultiver, plates-bandes surélevées, gestion du sol, compost, fruits, légumes, aromatiques, fleurs comestibles, arbres fruitiers, apiculture, miel, abeilles, animaux, poules, canards, chèvres, autonomie, auto-suffisance, local, sain, bio, bon, santé, nutrition, surplus, vente
#PermacultureDesign #Permaculture #LieuPermacole #FermeEnPermaculture #FermeUrbaine #ProductionDeNourriture #UrbanHomestead

Sur le même thème

Pour aller plus loin

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à nos ressources

Abonnez-vous à la Newsletter !

et ne ratez plus aucun de nos contenus !

Stands et ateliers permanents pendant les Rencontres Nationales de Permaculture 2017

Tout au long de la semaine, des bénévoles animeront des ateliers, village permacole, initiations et découvertes autour du bien-être, de l’eco-construction, du jardinage, de la culture et de la nourriture […]

Tags:  ,

Del.icio.us
Facebook
TweetThis
Digg
StumbleUpon



Copyright © Brin de paille [Stands et ateliers permanents pendant les Rencontres Nationales de Permaculture 2017], All Right Reserved. 2017.

Programmation ciné – docu RNP 2017

Capture d’écran 2017-07-11 à 20.43.16Et voici le programme du soir, en avant première Des Clics de Conscience produit par Ligne 7, Le potager de mon grand-père et L’éveil de la permaculture produit par Destiny […]

Tags:  , , , , , , , , , , ,

Del.icio.us
Facebook
TweetThis
Digg
StumbleUpon



Copyright © Brin de paille [Programmation ciné - docu RNP 2017], All Right Reserved. 2017.

Appel à référents bénévoles pour les RNP2017

Les différents postes référents Demande d’être présent dès le dimanche 20 midi au dimanche 27 août soir inclus.   Les postes référents impliquent : d’être présents sur les sept jours […]

Tags:  , , , ,

Del.icio.us
Facebook
TweetThis
Digg
StumbleUpon



Copyright © Brin de paille [Appel à référents bénévoles pour les RNP2017], All Right Reserved. 2017.

Programmation des Rencontres Nationales de Permaculture 2017

Capture d’écran 2017-07-11 à 20.09.54Cette année nous avons innové ! Nous avons prévu en amont des ateliers, conférences, tables rondes, chantiers participatifs, médiations et même des « discutailles ». Comme tous les ans, chaque personne est […]

Tags:  , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Del.icio.us
Facebook
TweetThis
Digg
StumbleUpon



Copyright © Brin de paille [Programmation des Rencontres Nationales de Permaculture 2017], All Right Reserved. 2017.

Sècheresse & inondations, comment les éviter ?

En Permaculture, une multitude de solutions à mettre en place existe pour adoucir tous ces aléas. Je partage avec vous, deux techniques qui peuvent radicalement changer votre lieu de vie, & votre territoire, si vous avez de l’influence sur cet éco-système plus global !

 

Un bonus pour aller un peu plus loin !

Bonus – Sècheresse & inondations –  Cliquez ici

O1 juillet tous aux jardins !

2 évènements pour ce premier week end de juillet :

Les portes ouvertes du jardin Pouplier le samedi 01 , et aussi les estivales de la permaculture sur la prairie des mûrs à pêche le samedi et dimanche !

Regardez le beau programme sur http://www.festival-permaculture.fr/programme

Et au 60 rue Saint Antoine :

affiche portes ouvertes 1 07Affiche Estivales2017


Le vermicomposteur : une boîte à vers pour faire un compost de qualité

Qu’est-ce qu’un vermicomposteur ?

Le ver à fumier l’eisenia foetidia (ver tigré) et son proche parent l’eisenia andrei (ver rouge de Californie) sont géniaux ! Ils sont de formidables décomposeurs de matière organique et peuvent être une grande aide pour nous au quotidien. Ils sont différents du lombric du jardin.
On élève donc ces vers pour les services qu’ils peuvent nous rendre. Ils mangent d’une à deux fois leur poid par jour et se reproduisent aussi très facilement jusqu’à 500 descendants par an.

Le vermicomposteur est une boîte à vers permettant de faire un compost de qualité

Le ver tigré ou eisenia foetidia est un formidable décomposeur de matières organiques très rustique. Source photo : https://www.sciencelearn.org.nz

On peut aussi élever d’autres types de larves comme celles de l’hermetia illucens aussi appelée « black soldier fly ».

Le vermicomposteur est une boîte à vers permettant de faire un compost de qualité

Les larves de l’hermetia illucens aussi appelée « black soldier fly » sont très efficaces pour décomposer la matière organique. Source photo : Wikipedia

Pourquoi installer un vermicomposteur chez soi ?

Avoir un vermicomposteur chez soi procure de nombreux avantages :

  • Faire un compost de qualité
  • Obtenir du jus de vermicompost ou « thé de vers » qui est un excellent engrais à utiliser pur ou dilué au jardin.
  • Produire de la nourriture pour les poules, les poissons, ou d’autres animaux
  • Réduire vos déchets dont 30 % à 50 % sont des matières organiques valorisables en fertilisants naturels, plutôt intéressant non ?

Comment installer un vermicomposteur chez soi ?

Le contenant du vermicomposteur

Dans l’exemple que vous pouvez voir dans la vidéo, nous avons choisi un vieux congélateur de récupération pour servir de contenant à notre vermicomposteur.
Qu’y a-t-il dans notre vermicomposteur-congélateur fait maison : un trou dans le fond pour la récupération des jus, 20 cm de cailloux au fond avec, par-dessus un géotextile. Cela fait office de drain. Au-dessus, on met l’ensemble de nos matières organiques avec au démarrage une petite couche de fumier.

Le vermicomposteur est une boîte à vers permettant de faire un compost de qualité

Notre vermicomposteur-congélateur fait maison sur la ferme expérimentale de la Goursaline.

L’aeration du vermicomposteur

Le vermicomposteur n’a pas besoin d’aération particulière, on peut le laisser entrouvert de temps en temps, mais les ouvertures régulières, lors des dépôts de déchets organiques, suffisent.

Les apports de matière organique

On essaye de faire un apport carbone (brun et sec)/azote (frais et vert) assez équilibré, mais on ne se prend pas la tête non plus, car les vers sont très rustiques.

La maintenance du vermicomposteur

Elle est très faible ! Il faut juste vérifier que l’humidité reste constante et que les températures ne montent ni ne diminuent pas trop !

La valorisation au jardin des produits du vermicomposteur

Pour récupérer des vers pour nourrir des animaux, il suffit d’écarter légèrement les matières organiques présentes sur le dessus du vermicomposteur et on découvre de nombreux amas de vers à prélever.

Pour récupérer le compost, on met en lumière la surface, cela va faire descendre les vers en profondeur, on peut alors gratter la surface pour récupérer un excellent compost à utiliser immédiatement au jardin.

Pour les jus, on a fait un trou sous notre vermicomposteur et positionné sous ce trou un seau qui sert de réceptacle au « thé de vers », excellent engrais naturel qu’on peut utiliser dilué ou pur au jardin selon la gourmandise des plantes.

Le vermicomposteur est une boîte à vers permettant de faire un compost de qualité

Le jus de vermicomposteur ou « thé de vers » est un excellent engrais naturel facile à recueillir.

Où installer son vermicomposteur ?

Comme le vermicomposteur ne produit pas d’odeur, il peut être installé à l’intérieur comme à l’extérieur, en appartement ou au jardin.
L’idéal est un lieu où la température ne monte pas trop en été et ne baisse pas trop en hiver, 20 °C de constante est une température parfaite pour nos petits vers. Le top c’est donc en intérieur, à l’abri de la lumière et des mouches donc dans un environnement fermé.

Où trouver des vermicomposteurs/lombricomposteurs dans le commerce :

Voici différents modèles de vermicomposteurs pour jardin, terrasse ou appartement disponibles dans le commerce :

La gamme de Lombricomposteur Eco-Worm de fabrication française disponible :

Chez Amazon
Chez Jardins Animés

Des livres pour aller plus loin :

L’encyclopédie des plantes bio-indicatrices alimentaires et médicinales : Guide de diagnostic des sols Volume 1

Lombricompost pour tous

Passez au ver pour vos déchets !

Jean-Paul Collaert
128 pages, édité par Edition Terran en 2009.

Prix : environ 15 €

Références complètes (éditeur, ISBN…), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon    |   Decitre    |   Unithèque

L’encyclopédie des plantes bio-indicatrices alimentaires et médicinales : Guide de diagnostic des sols Volume 1

Lombricompost

Vincent Desbois
80 pages, édité par Edition Rustica en 2011.

Prix : environ 12 €

Références complètes (éditeur, ISBN…), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon    |   Decitre    |   Unithèque

Sur quel support de culture utiliserez-vous les produits de votre vermicompost ?

Si c’est une question que vous vous posez, c’est que vous n’avez pas encore trouvé le support de culture idéal en rapport à votre contexte et vos objectifs de production. Trouvez facilement le support qui vous conviendra avec notre formation en ligne « Choisissez votre support de culture idéal ». Cliquez sur le bouton ci-dessous pour en savoir plus.

Choisissez votre support de culture idéal !

Vous souhaitez produire tout ou partie de votre alimentation en la cultivant vous-même ? Faire des buttes ne sera pas forcément une bonne idée dans votre cas. Trouvez le support de culture le plus adapté à votre contexte et vos objectifs de production grâce à notre formation vidéo en ligne « Choisissez votre support de culture idéal ».

Notre formation vidéo ici
Mots clés

permaculture, design, permacultureDesign, vermicomposteur, valoriser, déchets, compost, vers, lombricomposteur, jus, engrais, fertiliser, organique, fertilisant naturel, eisenia foetidia, eisinia andrei, lombricomposteur, vermicompost, lombricompost, décomposeurs, décomposition, thé de vers, hermetia illucens
#PermacultureDesign #Permaculture #Vermicomposteur #FaireSoiMeme #StrategiePermacole #FaireDesEconomies #ReduireSesDechets #ValoriserSesDechets #EiseniaAndrei #EiseniaFoetidia #Compost

Sur le même thème

Pour aller plus loin

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à nos ressources

Abonnez-vous à la Newsletter !

et ne ratez plus aucun de nos contenus !

La ferme en permaculture de Ben Falk à Moretown dans le Vermont, Etats-Unis

Située dans la vallée de Mad River dans le Vermont, un état du Nord-Est des États-Unis, la ferme de Ben Falk (rien à voir avec Peter Falk, si ce n’est sa perspicacité !) comprend deux sites. Le premier, d’une superficie de 4 hectares (10 acres) est cultivé depuis 13 ans alors que le deuxième ne l’est que depuis 4 ans et s’étend sur 70 hectares (175 acres). L’ensemble ne se prêtait pas à la culture et ne ressemblait pas à l’Eden. Mais 10 ans plus tard, le « désert américain » s’est transformé en terre nourricière.

La ferme en permaculturede Ben Falk est un modèle de résilience et d’autonomie, notamment alimentaire.

Source photo : http://www.wholesystemsdesign.com

Pourquoi le choix d’une ferme en permaculture pour Ben Falk ?

Suite à une prise de conscience brutale sur l’alimentation, la société de consommation, les désastres dus aux cultures intensives et les dommages occasionnés à la Nature, Ben Falk, un « banlieusard » américain lambda a souhaité trouver un autre modèle de vie. L’objectif de cette conversion est de lui permettre de s’adapter au monde en pleine transition, d’être plus résilient et aussi autonome. Il prend conscience que tondre les pelouses en y dépensant de l’énergie, du temps et en polluant est une « culture » stérile ne procurant aucune nourriture, aucune récompense (si ce n’est de servir de beau « crottoir » à chiens !). Ben Falk décide alors de profiter de cette l’impulsion clairvoyante pour mettre ses idées en action et créer une communauté basée sur les concepts de la permaculture, prête à s’investir dans l’élaboration d’une vie respectueuse de l’environnement et de l’être humain. Son objectif devient alors de s’assurer une survie et une autonomie grâce à la permaculture afin de ne pas être démuni lors du pic pétrolier, des changements climatiques, d’un éventuel contrôle des ressources alimentaires ou même d’un effondrement économique.

La ferme en permaculturede Ben Falk est un modèle de résilience et d’autonomie, notamment alimentaire.

Ben Falk en pleine récolte de riz sur sa ferme en permaculture. Crédit photo : Jeb Wallace-Brodeur

Apprendre à connaître sa terre sur sa ferme en permaculture

Ben Falk n’a pas cherché à imposer des lois et des règles. Son objectif fondamental a été de construire des liens plus étroits avec la terre et les ressources qu’elle peut procurer. Conscient que le sol n’est pas une machine, qui fonctionne dès que l’on appuie sur le bouton « marche », mais plutôt un « être vivant », Ben Falk a observé ce système en constante évolution pour s’y adapter mois après mois, année après année. Il a testé des réponses, puis a dû évoluer puis encore essayer d’autres solutions en y répondant puis évoluer, répondre, s’adapter… Selon le fermier du Vermont, s’adapter au caractère de la terre, à ses caprices et ses exigences n’est en fait pas plus difficile que d’entrer en relation avec l’être humain.

Une des clés de sa réussite : avoir bien géré l’eau sur sa ferme en permaculture.

Pour retenir l’eau, une si précieuse ressource, sur son terrain que les agriculteurs conventionnels jugeaient indigne, Ben Falk a creusé des terrasses permettant ainsi à la terre de se gorger de nutriments, de se fortifier. Grâce à cette culture étagée, la présence de plusieurs bassins de rétention et étangs, de nombreux arbres fruitiers arrêtant les courants froids, Ben Falk a réussi à opérer de vrais miracles. Qui aurait pu imaginer que 10 ans après son installation, sa terre « ingrate » produirait de façon incongrue dans le Nord-Est, du riz, des abricots et des pêches ?

La ferme en permaculturede Ben Falk est un modèle de résilience et d’autonomie, notamment alimentaire.

Des terrassements ont été faits pour permettre l’installation de rizières en terrasses. Source photo : http://www.wholesystemsdesign.com

Une ferme en permaculture pour plus d’autonomie notamment alimentaire.

Menant de front l’accession à l’autonomie alimentaire par la permaculture et l’autosuffisance, Ben Falk a mis en place divers moyens pour atteindre son objectif. Il a, par exemple, opté pour un poêle à bois qui lui fournit aussi de l’eau chaude gratuite. Afin de prolonger de 4 mois, la culture de certains fruits et légumes, un système de chauffage au compost inspiré de la méthode Jean Pain a été installé dans la serre. Les surplus de production sont stockés dans de la sciure, mis en conserve pour ne pas se retrouver « démuni quand la bise fut venue », c’est-à-dire, les mois sans récoltes. Ben Falk cultive aussi des champignons shiitaké qui se sont acclimatés au Vermont comme d’autres variétés de plantes exotiques ! Son but n’est cependant pas la recherche d’autonomie totale, car il trouve important et enrichissant de conserver des liens humains, des échanges avec les autres producteurs et amis, il troque ainsi une partie de ses productions contre des denrées ou produits qu’il n’a pas le temps de produire ou pour lesquels il n’a pas les ressources nécessaires sur place.

Favoriser la biodiversité pour plus de résilience

Tout, à la ferme de Moretown a été fait pour ne pas agresser l’écosystème et les éléments vivants qu’il abrite, mais pour développer la biodiversité. Pour réussir à cultiver ses propres aliments et ses médicaments (des plantes médicinales), Ben Falk dû continuellement adapter ses objectifs, ses outils et ses techniques pour apprivoiser sa terre. Semant plusieurs années des engrais verts (trèfle) en même temps que des radis et des navets sur un acre de terrain vraiment difficile, il a réussi à recréer un environnement fertile qui aujourd’hui en 3 mois donne plus que ce qu’il pouvait donner en 20 ans. La rotation de moutons sur des pâtures plus digestes permet aussi d’apporter un amendement naturel qui fait décoller les productions.

En 10 ans, Ben Falk est arrivé à guérir cet écosystème meurtri en étant respectueux de la terre et en diminuant son empreinte négative tout en acquérant une autonomie énergétique et alimentaire. Psst, approchez l’oreille : on vous dévoile un secret de ce jardinier-modèle : ses plantes coup de cœur sont les argousiers (pour leur qualité nutritive), le sureau, les noyers (pour leur inlassable source de protéines), les châtaigniers, le pin blanc de Corée (pour ses pignons riches en huile) et le schisandra et l’aronia (pour leurs vertus médicinales).

Si vous voulez en savoir plus sur la ferme en permaculture de Ben Falk, découvrez notre article sur son livre sorti depuis peu en français : « Une ferme résiliente et productive pour vivre à la campagne. »

L’encyclopédie des plantes bio-indicatrices alimentaires et médicinales : Guide de diagnostic des sols Volume 1

Une ferme résiliente et productive pour vivre à la campagne :

une approche innovante de la permaculture et de la conception globale de systèmes conduite avec le regard de l’habitant, du fermier, de l’architecte et du paysagiste.

Ben Falk
290 pages, édité par Imagine un colibri en mars 2013.

Prix : environ 30 €

Références complètes (éditeur, ISBN…), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon    |   Decitre    |   Unithèque

Présentation par Ben Falk de son travail sur la ferme. La ferme en permaculture de Ben Falk est un modèle de résilience et d’autonomie, notamment alimentaire. Source vidéo : http://www.wholesystemsdesign.com

Présentation par Ben Falk de son mode de vie sur sa ferme et son adaptation aux hivers rudes. Source vidéo : https://www.possiblemedia.fr

Vous aussi, misez sur la biodiversité pour plus de résilience !

Comme Ben Falk sur sa ferme en permaculture, augmentez la biodiversité de votre lieu grâce aux guildes autour des arbres fruitiers que nous avons conçues pour vous, vous augmenterez, par la même occasion, vos récoltes. Cliquez sur le bouton ci-dessous pour en savoir plus.

Invitez la permaculture dans votre jardin

Avec nos fiches techniques détaillées, démultipliez vos récoltes tout en favorisant la vie sous toutes ses formes grâce aux guildes autour des arbres fruitiers.

En savoir plus sur ces guildes
Mots clés

permaculture, design, permacultureDesign, Ben Falk, ferme, permaculture, autonomie, alimentaire, production, nourriture, autosuffisance, résilience, durable, soutenable, Etats-Unis, modèles, design, apprentissage, cultures, transition, autonome, pic pétrolier, changement climatique, effondrement.
#PermacultureDesign #Permaculture #LieuxPermacoles #FermeEnPermaculture #BenFalk #AutonomieAlimentaire #Resilience #ProductionDeNourriture

Sur le même thème

Pour aller plus loin

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à nos ressources

Abonnez-vous à la Newsletter !

et ne ratez plus aucun de nos contenus !