Et si vous deveniez « écopreneur » ?

Créer une entreprise éthique et écologique qui a du sens pour vous, c’est possible !

Salut les permaculteurs…

Déjà je voulais personnellement et au nom de toute l’équipe vous remercier, et vous transmettre toute ma gratitude… depuis maintenant 5 ans pour certains, vous me suivez sur ce support, peut être 10 ans pour d’autres, car certains d’entre vous me connaissent depuis mes tous débuts en tant que formateur à l’écoconstruction, puis quand j’ai ouvert mon bureau d’étude à la gestion écologique de l’eau… qu’entrepreneur éthique d’une manière générale…

À l’heure où je fais cette vidéo, vous êtes plus de 120 000 personnes à nous soutenir alors un grand merci. Grâce à vous, à toute cette communauté de personnes qui souhaitent amener du changement dans leur vie et dans ce monde, j’ai pu vivre de ma passion jusqu’à aujourd’hui, j’ai rencontré Christophe que beaucoup d’entre vous connaissent et qui est devenu mon associé sur Permaculturedesign et puis nous avons pu nous entourer d’une équipe formidable avec qui nous vivons quelque chose de très fort et c’est vraiment énormément gratifiant tout cela…

D’un autre côté, j’ai pu développer un lieu expérimental qui colle à ma sensibilité la ferme expérimentale de la Goursaline, un lieu qui s’enrichit chaque année et qui devient une oasis de biodiversité incroyable…
J’ai formé, à ce jour, plus de 500 personnes qui plantent leur abondance et qui sèment aujourd’hui, lieu par lieu, tête par tête 😉 les graines de la régénération de ce monde.

Un large éventail d’opportunités pour créer une entreprise éthique et écologique dans le domaine qui vous fait vibrer !

Et puis très vite j’ai fait un constat en discutant avec tous ces gens. Ils voulaient bien sûr vivre leur transition écologique personnelle, mais au-delà de cela beaucoup se trouvaient dans une situation professionnelle où ils ne trouvaient plus de sens, ou ils étaient mis sous pression par une hiérarchie aux pratiques loin de la bienveillance, ou alors ils étaient tout simplement à la recherche d’un projet professionnel à démarrer ou pour rebondir… parmi eux, bien sûr, de nombreuses personnes rêvaient de remettre les mains dans la terre et s’orientaient de près ou de loin vers des activités maraîchères… sans vraiment connaître les tenants et les aboutissants de cette activité très exigeante.

De mon côté, j’observais des tonnes d’opportunités à saisir pour des projets professionnels qui ont du sens, qui régénèrent la planète et les humains, et dans de nombreux secteurs qui font notre société. Bien sûr que nous avons besoin de gens qui produisent de la nourriture saine et éthiquement, mais nous avons aussi besoin de professionnels :

  • L’écoconstruction
  • Les soins et pratiques de médecines alternatives
  • Les productions nourricières biologiques
  • Les finances alternatives
  • Le bien-être et l’évolution personnelle
  • Les médias et arts militants
  • Le recyclage
  • Les transports durables
  • Les « low-tech »
  • Les énergies renouvelables
  • Les vêtements et que sais je encore…

Les gens comme vous et moi sont aujourd’hui très demandeurs de produits et de services éthiques et sains et vous devez faire le même constat que moi, l’offre est encore beaucoup trop insuffisante. Il y a donc un super tapis rouge pour ceux qui veulent vraiment démarrer un projet professionnel éthique et amener de la cohérence dans l’entièreté de leur vie.

Pérenniser son entreprise éthique et écologique pour contribuer au changement positif de notre monde

Et puis je rencontre aussi beaucoup de porteurs de projets d’activités régénératrices qui peinent à faire décoller leur activité, lui apporter de la visibilité, fixer un prix correct, s’organiser dans leur travail, gérer leur temps, leur argent et qui sont pleins de croyances limitantes les empêchant d’avancer… quel dommage quand on sait qu’ils proposent tous des produits ou des services d’exceptions, fait avec un soin vraiment important et qui servent vraiment au changement positif de notre monde…

De mon côté, ça fait 20 ans que je suis dans l’écologie et que je fais ces constats et puis cela fait dix ans que j’ai passé la barrière de l’entrepreunariat pour gagner ma liberté, pour construire ce que je voulais construire et avec qui je le voulais…
En 10 ans, j’ai crée plusieurs activités régénératrices qui ont impacté énormément de gens, j’ai développé mon expertise dans la permaculture bien sûr, mais j’ai compris que, pour vivre de ma passion, faire durer mes entreprises et continuer à avoir un impact positif et régénérateur sur ce monde, il fallait obtenir d’autres compétences, alors je me suis énormément formé : au web et aux réseaux sociaux pour développer notre visibilité, à l’organisation du temps, pour découvrir que j’avais des gisements de temps incroyables que je ne voyais pas, à l’efficacité et à la productivité dans mon travail, à la gestion d’une entreprise, de l’argent, à développer un meilleur état d’esprit pour mieux franchir les obstacles qui se présentent à nous constamment…

J’ai mis, d’ailleurs, beaucoup de temps à assumer ce côté entrepreneur et écologiste tant un entrepreneur est mal vu dans les milieux alternatifs que je fréquentais et tant les écolos sont mal vus dans les milieux entrepreneuriaux… même si ça change un peu je dois l’avouer.

Un ebook pour vous inspirer et vous aider à vous lancer !

Aujourd’hui, au-delà de ma passion pour la permaculture, et comme une continuité, je souhaite donc accompagner les futurs « écopreneurs » comme j’aime à les appeler soit à trouver leur niche, à les aider à lancer et à développer leur activité, soit à faire décoller leur activité pour les Ecopreneurs existants.
Je souhaite mettre ces 10 ans d’expérience au service de vos projets professionnels régénérateurs de la planète et de ses habitants. Je pense avoir beaucoup à transmettre.
C’est une activité plus personnelle, plus « thérapeutique » pour moi, qui m’aide aussi à assumer ce que je suis et qui va aussi, par la même, me permettre de démultiplier encore plus ce changement positif que j’attends de voir émerger dans ce monde.

Pour cela, j’ai écrit un Ebook que je vous offre, il vous suffit de cliquer ici pour accéder au téléchargement. Cet Ebook gratuit pose les bases d’un futur ouvrage qui sortira quand l’heure sera venue et qui s’appelle « Régénérez la planète et ses habitants tout en créant votre job : devenez Ecopreneur ! ».
Et puis j’ai commencé depuis quelques mois à travailler des contenus sur le sujet pour vous aider à avancer sur une chaîne YouTube et un blog dont vous trouverez les coordonnées en bas de cet article.

J’encourage tous ceux qui prévoient de mettre du sens dans leur vie professionnelle et d’amener de la cohérence dans tous les pans de leur vie à le télécharger.

Je vous souhaite à tous de beaux projets, qu’ils soient personnels ou professionnels pour planter votre abondance et semer les graines de la régénération de ce monde !

À bientôt.
Benjamin.

Portrait de Benjamin Broustey

Portrait de Benjamin Broustey

Benjamin Broustey

Designer et formateur en permaculture expérimenté, Benjamin est le fondateur de PermacultureDesign et de Ecopreneur. Il est impliqué depuis de nombreuses années dans les alternatives : construction naturelle, gestion de l’eau, permaculture, villes en transition, etc. Il a été formé à la permaculture dans le berceau du concept, en Australie, auprès des fondateurs et pionniers de celui-ci. Il souhaite aujourd'hui accompagner les futurs « écopreneurs » à trouver leur niche, à se lancer et à développer leur activité, ainsi que faire décoller l'activité des « écopreneurs » existants.

​​Un ebook gratuit pour se lancer dans l’écoentreprenariat

​​​​Devenir écopreneur, retrouver du sens dans votre travail, développer votre activité régénératrice en accord avec vos valeurs, vos convictions est à votre portée ! Pour vous donner des idées et peut-être vous mettre le pied à l’étrier, téléchargez gratuitement le ebook ci-dessous.

Se lancer dans la création d’entreprises éthiques et écologiques pour retrouver du sens dans son travail et développer une activité durable et régénératrice en accord avec ses valeurs, ses convictions et ses passions !

« Régénérez la planète et ses habitants tout en créant votre job : devenez Ecopreneur ! »

Mots clés

​​permaculture, design, permacultureDesign, création, entreprise, écologie, éthique, développement durable, écologique, sens, activité économique, gagner sa vie, travail, job, sens, régénératrice, changement, régénérer, formation

#PermacultureDesign #Permaculture #Ecopreneur #CreationEntrepriseEcologique #Ethique #ActiviteRegeneratrice #MettreDuSensDansSonTravail #DeveloppementDurable #EntreprendreAvecLaPermaculture

Sur le même thème

D’un verger classique à une oasis d’abondance : le design en permaculture de Julie et Ludovic.

L’été dernier, nous sommes partis à la rencontre de quelques membres de notre formation « Invitez la permaculture dans votre jardin », curieux de voir comment celle-ci avait été mise en pratique concrètement chez les gens en relation avec leurs contextes et leurs...

Un parking transformé en jardin nourricier : le design en permaculture de Myriam et Déborah

L’été dernier, nous sommes partis à la rencontre de quelques membres de notre formation « Invitez la permaculture dans votre jardin », curieux de voir comment celle-ci avait été mise en pratique concrètement chez les gens en relation avec leurs contextes et leurs...

Pour aller plus loin

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à nos ressources

Abonnez-vous à la Newsletter !

et ne ratez plus aucun de nos contenus !

Vivre en autosuffisance: Vivre de peu, mais vivre mieux

Vous avez été nombreux à me poser la question de savoir pourquoi le bouquin « Vivre (comme) à la Campagne » des frères Strawbridge n’était plus disponible dans le commerce. Et bien voici la réponse!!! Il y avait en fait un petit nouveau en gestation 🙂 Et devinez quoi? Il est disponible dès à présent et est […]

​​Quels équipements choisir pour un poulailler confortable et pratique ?

Après avoir déterminé le type de local à utiliser comme poulailler dans un précédent article, jetons maintenant un œil sur les différentes installations qui l’accompagnent.

Mobilier et aménagements intérieurs du poulailler idéal

Les pondoirs :

Bon nombre de poulaillers proposent des pondoirs directement intégrés dans la structure de l’abri. Ils sont peut-être pratiques dans le sens où ils n’occupent pas de volume à l’intérieur du bâtiment (commode pour les petits poulaillers), mais c’est à peu près tout, car en dehors de cela, ils cumulent les mauvais points :

  • Étant à l’extérieur avec un accès par le toit pour ramasser les œufs, ils se doivent d’être d’une étanchéité parfaite, ce qui est loin d’être toujours le cas.
  • Leur disposition ne facilite pas leur entretien régulier.
  • Ramasser les œufs de l’extérieur sans se baisser est certes agréable, mais force la plupart des éleveurs à négliger l’entretien intérieur du reste du local.
  • En cas d’invasion de parasites, il est quasi impossible de tout démonter pour effectuer un traitement en profondeur.

Des pondoirs rapportés tels que des cagettes en balsa, ou mieux, des caisses de rangement en plastique avec couvercle se révèlent à l’usage bien plus performantes, car on peut :

  • Les manipuler comme on le désire,
  • Les agencer de différentes manières (côte à côte, l’un sur l’autre…) de façon à trouver les emplacements que les poules préfèrent,
  • les disposer sur un support ou une étagère pour ne pas avoir à se baisser,
  • En ajouter/enlever en fonction de son cheptel ou d’une situation particulière comme des poules qui couvent et qui en monopolisent plusieurs,
  • Les nettoyer parfaitement en étant certain de ne plus avoir une seule trace de parasites avant de les remettre en service.

Les plus grosses poules seront à l’aise dans un pondoir d’environ 40x30x30cm (longueur, largeur, hauteur), et ce qui convient aux plus grandes satisfera aussi bien les plus petites. Les pondoirs sont à placer dans un endroit sombre du poulailler, car les poules apprécient de pondre dans la pénombre, à l’abri des regards indiscrets. Les matériaux utilisables comme litière dans un pondoir sont la paille, le foin, les copeaux de bois, la paille de lin, la paille de chanvre, ou plus simplement des feuilles de fougère (vertes ou séchées).

​​Hervé Husson nous conseille sur les meilleurs équipements pour un poulailler confortable et pratique pour les poules comme pour les éleveurs.

​​Mes pondoirs : des caisses en plastique dans lesquelles une ouverture est découpée à l’avant. Le fond est recouvert d’un papier journal permettant, en cas d’incident de ponte (œuf brisé), de remplacer rapidement la litière sans avoir à tout nettoyer. Le tout est garni de foin ou de paille. Les pondoirs sont ici posés au sol, mais vous pouvez les placer sur un caisson ou une étagère pour ne pas avoir à vous baisser en collectant les œufs. © Hervé Husson

 

Le(s) perchoir(s) :

S’il vous faut plusieurs perchoirs, placez-les à la même hauteur pour éviter les conflits hiérarchiques. Il n’est pas nécessaire de les poser très haut : à partir de 40 cm au-dessus du sol pour les poules les plus lourdes. La forme conventionnelle régulièrement adoptée est celle d’un tasseau de bois à section rectangulaire dont on rabote les arêtes supérieures pour en arrondir les angles. La largeur doit être suffisante pour permettre aux poules de poser leurs pattes à plat sur la surface. À l’exemple des pondoirs, un perchoir prévu pour les plus grandes occupantes conviendra aux volailles naines. L’utilisation d’un perchoir naturel (branche) n’est pas exclue à condition de répondre aux critères que je viens de citer.

​​Comme pour le reste du mobilier, le perchoir se doit d’être amovible. C’est pourquoi il est posé sur deux cales en U disposées sur deux parois opposées du local. Celui-ci peut supporter largement le poids d’une dizaine de poules sans fléchir. Ses dimensions sont les suivantes : 1,80m de longueur pour 7 cm de largeur et 4 cm d’épaisseur. © Hervé Husson

 

La litière :

Il ne faut pas confondre la litière des pondoirs (voir plus haut), principalement destinée au confort de la pondeuse, et celle répartie sur le plancher du local dont le rôle est de maintenir au mieux l’hygiène à l’intérieur de l’abri. Étalée sur le plancher en couche de 3 à 5 cm selon le matériau utilisé, elle doit être la moins volatile possible, car les oiseaux possèdent un système respiratoire particulier qui les rend très sensibles aux particules flottant dans l’air. Un environnement trop poussiéreux est donc propice au développement de complications respiratoires. La litière du sol doit également avoir de bonnes capacités d’absorption de l’humidité provenant des déjections des volailles. Parmi les litières couramment utilisées, on trouve (de la moins à la plus performante) :

  • La paille (de blé), qui est trop souvent utilisée à tort, car son pouvoir d’absorption est nul
  • La sciure, qui est efficace, mais beaucoup trop volatile
  • Les copeaux, qui sont performants, mais doivent impérativement être dépoussiérés
  • La paille de lin ou de chanvre, qui a une très grande capacité d’absorption ainsi qu’une longévité importante, mais qui est de loin la plus coûteuse.

Pas de litière idéale alors ? Eh bien si… il en existe une qui surclasse toutes les autres : le sable. Ce dernier réunit à lui seul un grand nombre de qualités qui font que vous aurez du mal à vous en passer :

  • C’est économiquement parlant le moins cher
  • Sa longévité est très importante (1 an au moins)
  • Ses capacités d’absorption sont optimales même avec les fientes les plus liquides
  • Il ne génère pas de poussière et sa volatilité est quasi nulle
  • Lorsqu’il est de provenance maritime, il contient des débris coquilliers qui assurent aux oiseaux un apport en calcium, principal composant des coquilles d’œufs
  • Il est composé de fragments de silice qui freinent considérablement les déplacements de certains parasites (acariens). Dans ce domaine, plus le sable est fin, plus il est efficient.

Si le sol de l’abri est en bois, vous pouvez le recouvrir de plaques de lino pour le protéger avant d’y ajouter la litière. Le nettoyage annuel du plancher en sera grandement facilité.

​​Hervé Husson nous conseille sur les meilleurs équipements pour un poulailler confortable et pratique pour les poules comme pour les éleveurs.

​​L’intérieur du poulailler : pour limiter le temps d’entretien quotidien, la litière est suppléée par des journaux disposés aux endroits où des fientes sont systématiquement déposées, c’est-à-dire sous le perchoir et sur les pondoirs, car, pour des raisons hiérarchiques ou tout simplement parce qu’elles en ont perdu l’instinct, certaines poules ne se perchent pas et dorment sur les nids. © Hervé Husson

 

Accessoires et aménagements extérieurs du poulailler idéal

Le mini parc :

C’est une enceinte grillagée, idéalement de 40 à 50 m², qui entoure le poulailler et qui protège les animaux pendant la nuit des prédateurs canins (chiens, renard). Elle permet aux volailles d’entrer et sortir de leur abri à leur guise le soir et le matin. Cela évite :

  • de se lever tôt ou se coucher tard pour libérer/enfermer les poules
  • les inévitables escarmouches entre locataires lorsqu’ils restent cloîtrés trop longtemps dans un lieu réduit
  • Que la litière de l’abri ne soit pas souillée exagérément, car les volailles y séjournent le moins de temps possible.

Le mini parc permet aussi de maintenir les poules dans un lieu sécurisé lors de vos absences. Il peut également être facilement recouvert d’un filet pour enrayer les attaques de prédateurs de type gros mustélidés ou si la loi l’impose lors des épidémies de grippe aviaire.

Le préau :

C’est une structure on ne peut plus simple, constituée d’un toit et de 3 murs, sans plancher, d’environ 2 m² de surface au sol. Elle offre un endroit toujours au sec où les gallinacés peuvent à loisir prendre leur bain de poussière. Elle sert aussi de refuge lorsqu‘il pleut, vente ou neige. À l’aide d’un filet mobile fixé devant l’ouverture du préau, ce dernier se transforme rapidement en cellule d’isolement dans laquelle vous pouvez placer par exemple une poule avec ses poussins si des membres du groupe se montrent trop agressifs envers eux, ou encore des nouveaux arrivants pour leur permettre faire connaissance sans heurts avec les anciens locataires.

Mangeoires & abreuvoirs :

Ces accessoires sont à placer à l’intérieur du mini parc et non pas dans l’abri pour ne pas y attirer les rongeurs.

​​Hervé Husson nous conseille sur les meilleurs équipements pour un poulailler confortable et pratique pour les poules comme pour les éleveurs.

Exemple d’agencement d’un mini parc :
​​1 — l’abri-dortoir qui reste ouvert 24 h/24 h sauf cas particulier
​​2 — le mini parc sécurisé par une clôture de 1,80 à 2 m de haut
​​3 — le préau
​​4 — mangeoire et abreuvoir
​​5 — accès au parcours extérieur des poules

​© Hervé Husson

 

Gérer les invasions de poux rouges au poulailler

Impossible d’évoquer le poulailler sans parler de ce triste sire. Déjà décrit dans les plus anciens ouvrages d’aviculture, le pou rouge (Dermanyssus Gallinae) est un acarien lucifuge qui se réfugie pendant la journée dans la structure du local. Il est donc difficile de le détecter en plein jour. Une fois la nuit tombée, les poux quittent leurs tanières et migrent vers les poules dont ils vont allégrement sucer le sang pendant plusieurs heures. Une colonie importante est capable de provoquer des anémies sérieuses, voire la mort des victimes les plus faibles. De nos jours, ce pou est devenu extrêmement résistant aux insecticides modernes et se répand à peu près partout dans le monde, surtout pendant les périodes chaudes et humides. Il peut apparaitre même dans les poulaillers les mieux entretenus. C’est un dur à cuire capable de survivre en état végétatif pendant 9 mois en cas de pénurie de nourriture (sang) et qui double sa population tous les 6 jours lorsque son repas est servi chaque nuit. Lorsqu’une colonie s’est fortement développée, son éradication exige des moyens radicaux tel que passer le poulailler au chalumeau ou l’enduire de chaux. Vous l’aurez compris, mieux vaut agir avant d’en arriver là. Le seul moyen de prévention est de surveiller très régulièrement et méticuleusement l’intérieur de son poulailler. Remarques :

  • Sont efficaces pour freiner le développement des poux rouges : le sable fin (litière), la terre de diatomée (dans les pondoirs), la silice amorphe (sur toutes surfaces planes)
  • Gardez un œil attentif sur les poules qui couvent, elles représentent des proies de premier choix qu’un éleveur aura tendance à laisser tranquilles pour ne pas les déranger.
​​Hervé Husson nous conseille sur les meilleurs équipements pour un poulailler confortable et pratique pour les poules comme pour les éleveurs.

Des morceaux de planches posés dans les recoins du poulailler servent de piège à poux. Ils sont inspectés chaque semaine. Celui-ci révèle une colonie naissante, et à ce stade il est encore simple de les éliminer. Vous pouvez remarquer sur cette photo :
•​ des adultes d’environ 1 mm de couleur rouge à noir lorsqu’ils sont gorgés de sang
• ​une poudre poivre et sel constituée de leurs déjections et qui trahit bien souvent leur présence et leur route de migration nocturne même si aucun acarien n’est visible à l’œil.
​​© Hervé Husson

​​Hervé Husson nous conseille sur les meilleurs équipements pour un poulailler confortable et pratique pour les poules comme pour les éleveurs.

​​En plus des pièges à poux, certains endroits stratégiques sont à surveiller. Recherchez des traces de poudre poivre et sel sous le lino aux quatre coins du local, mais aussi sous le perchoir, entre le perchoir et les cales qui le maintiennent, et sous les pondoirs. © Hervé Husson

Hervé Husson

Portrait d'Hervé Husson

Portrait d'Hervé Husson

Hervé Husson
Passionné par les volailles et leur élevage depuis 2007, Hervé HUSSON propose une approche concrète et pratique de la basse-cour qui privilégie le bien-être des bêtes et les interactions entre les différentes espèces, tout comme le relationnel entre l’éleveur et ses animaux. Fondés sur ses réussites mais aussi ses échecs, ses ouvrages passent en revue tout ce qu’il faut savoir pour bien conduire son petit élevage traditionnel et familial.

Retrouvez notre article sur le livre ci-dessous en cliquant ici.

Trees for Gardens, Orchards and Permaculture

« Poules »

Guide complet de l'éleveur amateur

Livre de Hervé Husson
256 pages, édité par Ulmer le 5 février 2015.

Prix : environ 26 €

Références complètes (éditeur, ISBN…), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon   |   Decitre  |  Ulmer

Trouver la bonne place pour votre poulailler !

​​Le poulailler est un élément important qu’il faut bien positionner dans un projet permacole pour économiser un maximum de temps et d’énergie. Pour trouver le bon emplacement, rien de mieux que de réaliser vous-même le design en permaculture de votre lieu grâce à notre formation vidéo en ligne « Invitez la permaculture dans votre jardin ». Cliquez sur le bouton ci-dessous pour en savoir plus.

Invitez la permaculture dans votre jardin

Vous souhaitez créer ou transformer votre jardin grâce à la permaculture mais ne savez pas comment vous y prendre ? Laissez-vous guider pas à pas en suivant notre formation vidéo en ligne « Invitez la permaculture dans votre jardin ! ».

Mots clés

​​permaculture, design, permacultureDesign, poulailler, pratique, équipement, équiper, créer, création, conseils, poules, poulettes, cocottes, coq, poussin, gallinacés, élevage, éleveur, amateur, race, ornement, naine, hybride, pondeuse, couveuse, oeuf, chair, pondoirs, perchoirs, litière, mangeoires, parcours, bain, poussière, bien-être, hygiène, confort, mobilier, aménagements, aménager, intérieur, extérieur, sécurité, solidité, entretien, soins, parasites, poux rouges, production de nourriture, oeufs, résilience, Hervé Husson #PermacultureDesign #Permaculture #Poules #CreerUnPoulaillerPratique #EleverDesPoules #InstallerSonPoulailler #HerveHusson #MangerDeBonsOeufsFrais #LePoulaillerIdeal #LesEquipementsDuPoulaillerIdeal #EquipementsIntérieurs #EquipementsExterieurs

Sur le même thème

D’un verger classique à une oasis d’abondance : le design en permaculture de Julie et Ludovic.

L’été dernier, nous sommes partis à la rencontre de quelques membres de notre formation « Invitez la permaculture dans votre jardin », curieux de voir comment celle-ci avait été mise en pratique concrètement chez les gens en relation avec leurs contextes et leurs...

Pour aller plus loin

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à nos ressources

Abonnez-vous à la Newsletter !

et ne ratez plus aucun de nos contenus !

Un lieu pour les Rencontres Nationales de Permaculture 2018 ?

rnp  Tags:   Del.icio.us Facebook TweetThis Digg StumbleUpon Comments:  0 (Zero), Be the first to leave a reply!You might be interested in this:    Appel à référents bénévoles pour les RNP2017  Pour un […]

Tags:  

Del.icio.us
Facebook
TweetThis
Digg
StumbleUpon



Copyright © Brin de paille [Un lieu pour les Rencontres Nationales de Permaculture 2018 ?], All Right Reserved. 2018.

Petit élevage en perma

Et maintenant dans le vif du sujet! Voilà un volet de la permaculture qui est rarement mis en avant, ni traité. Première raison :  l’élevage est contraignant et complexe. C’est une (grande) responsabilité, ça vous empêche de partir en vacances et nécessite des investissements en terrain, infrastructures adéquates, soins vétérinaires, nourriture etc. Deuxième raison, l’élevage […]

Cet article Petit élevage en perma est apparu en premier sur Prise de Terre.

Des vaches pour sauver la planète?

Comme rapidement abordé dans l’article précédent, l’élevage semble être une des causes principales des déséquilibres environnementaux du millénaire. En effet certains chiffres sont éloquents et implacables (source FAO) : le pâturage représente 26% des surfaces émergées de la planète tandis que les cultures fourragères représentent à elles seules 1/3 des surfaces agricoles! (70% de terres […]

Cet article Des vaches pour sauver la planète? est apparu en premier sur Prise de Terre.

De la place animale en permaculture

Depuis l’invention de l’agriculture, l’homo sapiens est passé d’une nourriture carnée d’origine sauvage à une origine d’élevage. Le sujet n’est pas de savoir si c’est bien ou mal, c’est un fait (un peu plus d’infos dans cet article). Le problème c’est que depuis la fin de la guerre, tout est devenu industriel et exponentiel. Les […]

Cet article De la place animale en permaculture est apparu en premier sur Prise de Terre.

centre de formation en permaculture au Burkina Faso

493d4f_ad91dc4903de442ea322f8bb4abc0ef5association Permaculture Itinérante centre de formation en permaculture au Burkina Faso Après le chantier en juillet 2016 à Kadomba,  Jean Ouedraogo, président de l’association et Ludovic Bourdon, permaculteur Canadien, sont […]

Tags:  

Del.icio.us
Facebook
TweetThis
Digg
StumbleUpon



Copyright © Brin de paille [centre de formation en permaculture au Burkina Faso], All Right Reserved. 2018.

bulletin d’information Réseau Européen de Permaculture

c240f8c7-4207-4a5c-9b1a-9c75f469362bVous trouverez en lien le bulletin d’information Réseau Européen de Permaculture et à suivre les objectifs du Réseau Européen de Permaculture. La prochaine Convergence Européenne aura lieu en Irlande du 9 […]

Tags:  

Del.icio.us
Facebook
TweetThis
Digg
StumbleUpon



Copyright © Brin de paille [bulletin d'information Réseau Européen de Permaculture], All Right Reserved. 2018.

Les ateliers de jardinage reprennent en 2018!

L’atelier du 24 janvier est désormais complet! Prochain atelier mercredi 14 févrierAtelier Jardin Pouplier janvier-page-001


D’un verger classique à une oasis d’abondance : le design en permaculture de Julie et Ludovic.

L’été dernier, nous sommes partis à la rencontre de quelques membres de notre formation « Invitez la permaculture dans votre jardin », curieux de voir comment celle-ci avait été mise en pratique concrètement chez les gens en relation avec leurs contextes et leurs objectifs personnels. Ces belles rencontres humaines, riches en surprises, sourires et astuces, nous avons décidé de vous les partager à travers notre série vidéo « Un permaculteur, un jardin ».

Après le témoignage vidéo de Myriam et Déborah, voici celui de Julie et Ludovic qui ont transformé un verger vieillissant en jardin d’abondance pour devenir plus autonomes au niveau alimentaire et se rapprocher de la nature en changeant de style de vie.

Le contexte de départ chez Julie et Ludovic : un verger classique vieillissant

Basée en périphérie de Montauban, sur une petite commune rurale, la propriété de Julie et Ludovic comportait, à leur arrivée, un simple verger planté quelque 50 ans plus tôt où trônaient, seuls, des arbres fruitiers sur une pelouse « bien propre », tondue toutes les semaines avec assiduité par l’ancien propriétaire.

Le vieux verger (trop) bien tondu avant sa transformation en jardin-forêt par Julie et Ludovic.

Ludovic nous confie aujourd’hui que ce verger avait presque l’air stérile tant il manquait de biodiversité, sans une herbe plus haute que l’autre.

Leur projet de jardin verger en permaculture

Chacun de leur côté, Julie et Ludovic était en recherche d’un style de vie plus sain, plus proche de la nature.

Julie s’intéressait à la façon de produire sa propre nourriture en cultivant soi-même ses fruits et légumes. C’est tout naturellement au cours de ce cheminement qu’elle a découvert la permaculture.

Ludovic s’intéressait, quant à lui, à l’autonomie énergétique et alimentaire.

C’est en échangeant à ces sujets sur des réseaux sociaux que ces deux anciens amis de collège se sont re-rencontrés et ont décidé de faire leur chemin ensemble.

Avant même leur arrivée sur leur terrain actuel, le couple décide de se mettre en action et ils commencent à suivre notre formation vidéo en ligne « Invitez la permaculture dans votre jardin » dès l’été 2014.

Pendant un an, ils vont observer leur terrain, définir leurs objectifs, travailler leur design et commencer quelques petits aménagements. Lors de leur emménagement, en juin 2015, ils commencent donc à concrétiser leur projet sur leur site.

Julie et Ludovic ont réussi à transformer un verger classique en jardin d’abondance grâce au design de permaculture.

Exemple d’un des premiers dessins faits par Julie et Ludovic pour avancer dans la transformation de leur verger en jardin-forêt nourricier grâce au design ; celui-ci évoluera ensuite en fonction de leurs observations, envies et expérimentations sur le terrain.

Leur objectif principal de départ est de créer un lieu pouvant produire de façon durable et autonome un maximum de nourriture pour eux-mêmes voire plus si possible, le tout géré par une personne principalement. Ils se sont fixés 5 ans pour y parvenir. Pour ce faire, c’est Julie qui est devenue permacultrice à plein temps, se consacrant à 100 % aux aménagements et aux productions utiles de leur jardin verger.

Particularités du design en permaculture de leur jardin verger

Leur jardin verger occupe une surface de 1000 m2 auxquels se rajoute une serre bioclimatique de 32 m2 adossée à un poulailler.

Julie et Ludovic ont réussi à transformer un verger classique en jardin d’abondance grâce au design de permaculture.

Vue aérienne d’une partie du jardin verger avec, dans le fond la serre bioclimatique.

Comme leur verger de départ était vieillissant, ils travaillent à son renouvellement en rajoutant chaque année de jeunes spécimens adaptés à leurs conditions locales puisqu’ils se les procurent auprès d’un conservatoire local d’espèces fruitières et vignes anciennes, le conservatoire de Puycelsi. Ils s’assurent ainsi d’avoir des variétés adaptées à leur contexte et participent également à la conservation de ce patrimoine naturel.

Les facteurs limitants dans leur jardin verger en permaculture :

Comme dans tout contexte, ils ont listé une série de facteurs limitants qui les ont amenés à faire divers choix stratégiques en terme de techniques.

Leur terre très argileuse couplée à un climat chaud et sec en été les a amenés à créer des buttes en hugelkultur (avec du bois à l’intérieur) pour leurs cultures potagères d’annuelles. Ce type de buttes, découvertes par Ludovic en lisant les livres de Sepp Holzer, permet en effet de bien conserver l’eau dans la butte et de réduire significativement les besoins en arrosage même en période estivale. Ces buttes augmentent aussi la profondeur d’enracinement possible pour les végétaux, créent des microclimats favorables aux plantes et deviennent d’année en année de plus en plus fertiles grâce à la décomposition progressive du bois se trouvant à l’intérieur.

Les buttes du potager de Julie et Ludovic inspirées de Sepp Holzer et de la technique en Hugelkultur avec du bois à l’intérieur, ce qui permet de conserver beaucoup d’humidité et de réduire significativement les besoins en arrosage.

 

Grâce aux buttes, Julie et Ludovic n’ont arrosé leurs buttes que 7 fois cet été, entre mai et septembre, s’économisant beaucoup de temps, d’eau et d’énergie 😉

Ils utilisent également des outils adaptés comme la grelinette pour décompacter le sol sans le retourner et favoriser ainsi le développement de la vie du sol (bactéries, microfaune…) et sa fertilité.

Ils avaient aussi observé un couloir de vent important qui freinait le développement des végétaux sur une partie de leur terrain. Ils ont donc créé une haie brise-vent à l’endroit où pénétrait ce vent dominant sur leur propriété afin d’en atténuer les effets négatifs. Cette haie n’a pas encore atteint tout son potentiel de brise-vent, car elle est encore jeune, mais à terme elle remplira très bien son rôle protecteur.

Les principes de permaculture comme guides pour leurs décisions et aménagements au jardin verger :

Julie et Ludovic ont bien suivi nos conseils et se sont appuyés, à chaque étape de leur projet, sur les principes de permaculture. On peut citer notamment :

Observer et interagir

On le répète souvent, mais c’est tellement vrai que ça en vaut la peine : l’observation est fondamentale dans la réussite d’un projet en permaculture. Dans le cas de Julie et Ludovic, elle leur a notamment permis de bien positionner leur haie brise-vent, mais aussi leur jardin potager en buttes, leur serre bioclimatique, leur parterre de plantes médicinales et aromatiques ainsi que leur mare !

Utiliser et valoriser la diversité

La biodiversité est porteuse de résilience dans les écosystèmes : elle apporte avec elle des solutions naturelles à des maladies ou des attaques d’indésirables, elle diversifie vos récoltes et donc votre alimentation et ses apports nutritionnels. Bref, elle est extrêmement importante, notamment pour ceux qui souhaitent développer leur autonomie alimentaire !
Julie et Ludovic l’ont bien compris et s’attachent à en accueillir un maximum sur leur terrain qu’il s’agisse de faune ou de flore.

Julie et Ludovic laissent faire la Nature et accueillent avec joie sa biodiversité partout dans leur jardin verger. On est maintenant loin de l’époque où le moindre brin d’herbe était systématiquement tondu !

 

Leur jardin-forêt comporte aujourd’hui plus de 150 arbres fruitiers, arbustes et petits fruits dont certains sont venus tous seuls et ce n’est qu’un début… De plus, ils réservent des espaces à la nature sauvage sur lesquels ils n’interviennent pas du tout pour attirer un maximum d’insectes et petits animaux auxiliaires du jardin.

Leur mare, conçue avec plusieurs profondeurs et espaliers pour créer différents univers aquatiques, est également un atout de taille pour attirer insectes, reptiles et autres batraciens très utiles au jardin en permaculture ! Cette mare leur permettra aussi à terme de cultiver différents végétaux aquatiques utiles.

Julie et Ludovic ont réussi à transformer un verger classique en jardin d’abondance grâce au design de permaculture.

La mare a été conçue avec différentes profondeurs et des paliers pour attirer et héberger un maximum de biodiversité dans le jardin verger.

Utiliser et valoriser l’effet de bordure

Julie et Ludovic s’appuient sur l’effet de bordure pour créer des microclimats favorables en de nombreux endroits de leur propriété. Cela leur permet de planter plus tôt dans une terre plus vite réchauffée dans le cas des buttes et donc d’obtenir plus tôt une récolte.

En utilisant pour les allées entre leurs buttes des dalles foraines (en terre cuite), ils créent un nouvel effet de bordure et apportent un matériau inertique capable d’emmagasiner de la chaleur le jour pour la restituer la nuit aux milieux voisins. Les dalles étant poreuses, elles conservent aussi bien l’humidité qui est, elle aussi, restituée aux plantes avoisinantes par évaporation lors des journées ensoleillées…

Les dalles foraines dans les allées des buttes du potager permettent de créer un effet de bordure avec des microclimats par la restitution de chaleur la nuit et d’humidité le jour quand elles ont été arrosées le matin ou la veille au soir.

 

Utiliser et valoriser les services et ressources renouvelables et biologiques

Trois exemples concrets illustrent bien ce principe dans l’écosystème cultivé de Julie et Ludovic.

Tout d’abord leur platane, taillé en têtard, leur fournit environ 3 m3 de BRF (Bois Raméal Fragmenté) tous les ans, bien utile pour mulcher leurs supports de culture et leurs arbres.

Il y a aussi le test expérimenté par Julie avec l’ipomée qu’elle a laissé se développer dans son jardin de plantes médicinales pour que l’ipomée les protège de la chaleur en créant de l’ombre avec son feuillage.

Les ipomées que Julie a laissées pousser dans son jardin de plantes médicinales et aromatiques protègent ces dernières des fortes chaleurs grâce à leur feuillage.

 

On peut aussi citer l’utilisation de l’ail que Julie a planté aux pieds de ses pêchers pour renforcer leurs défenses, combinée au fait qu’elle a laissé pousser les plantes sauvages autour de ces pêchers attirant ainsi de nombreux insectes. Sans savoir vraiment ce qui a été le plus utile, Julie a simplement constaté que ses pêches étaient plus saines et non infestées de « bébêtes » comme c’était systématiquement le cas les années précédentes.

Julie et Ludovic ont réussi à transformer un verger classique en jardin d’abondance grâce au design de permaculture.

L’ail implanté aux pieds des pêchers ainsi que les plantes sauvages conservées tout autour ont permis à Julie de récolter pour la première année des pêches saines non infestées de « bébêtes ».

Chaque élément est placé selon ses relations avec les autres

C’est en mettant en application ce principe que Julie et Ludovic ont positionné et aménagé côte à côte leur serre et leur poulailler créant une synergie positive entre ces deux éléments. Ils s’apportent ainsi mutuellement de la chaleur notamment en hiver pour le plus grand plaisir de leurs pensionnaires à plumes.

En mettant côte à côte leur serre et leur poulailler, ses deux éléments essentiels de leur jardin verger s’apportent de la chaleur en hiver quand les plantes et les animaux en ont le plus besoin.

 

Leur jardin verger en permaculture aujourd’hui

Cela fait maintenant un peu plus de deux ans que Julie et Ludovic ont entamé leur transformation et le résultat est déjà très encourageant comme on peut le voir dans la vidéo.

Le jardin verger en permaculture de Julie et Ludovic ressemble de plus en plus à une corne d’abondance, il devient chaque année plus riche en biodiversité et plus résilient et leur permet d’augmenter leur autonomie alimentaire.

 

Aujourd’hui, ils inspirent leur entourage puisque même leur voisin qui pratiquait un jardinage classique depuis des dizaines d’années, a peu à peu décidé d’essayer lui aussi de favoriser la nature en commençant par pratiquer le paillage dans son potager… un petit pas pour la Nature, un grand pas pour cet homme qui reconnaît que « ça marche » et s’intéresse du coup encore plus aux aménagements de Julie et Ludovic dont il va sans doute continuer à s’inspirer !!

Et pour aller encore plus loin dans leur changement de vie, Ludovic, avec l’aide de Julie, a développé dans son entreprise de construction une branche spécialisée dans l’aménagement et la construction en lien avec des projets permacoles.

Il propose donc sur son site tout un panel de prestations pour aider à aménager des sites en permaculture sur le département de Tarn-et-Garonne et départements limitrophes : construction de serre bioclimatique, de jardin sur buttes, de mares, de jardin-forêt… Si vous êtes dans son rayon d’action, n’hésitez pas à le contacter, vous trouverez un partenaire passionné, fiable et expérimenté avec tout le matériel, la main d’œuvre et le savoir-faire pour réussir vos projets.

Et vous, ça vous tente de vous lancer ??

À bientôt pour d’autres témoignages enthousiasmants !

L’équipe de PermacultureDesign

Transformez votre lieu en corne d’abondance 😉

Comme Julie et Ludovic, laissez-vous guider étape par étape par la formation « Invitez la permaculture dans votre jardin » pour transformer votre jardin en oasis d’abondance où la biodiversité sera votre alliée ! Cliquez sur le bouton ci-dessous pour en savoir plus.

Invitez la permaculture dans votre jardin

Vous souhaitez créer ou transformer votre jardin grâce à la permaculture mais ne savez pas comment vous y prendre ? Laissez-vous guider pas à pas en suivant notre formation vidéo en ligne « Invitez la permaculture dans votre jardin ! ».

« Désert ou paradis ? »

Mise en place et pratique de la « Permaculture Holzer »

Livre de Sepp Holzer
207 pages, édité par Imagine un colibri, sortie en 2014

Prix : environ 22,50 €

Références complètes (éditeur, ISBN…), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon    |   Decitre

La permaculture de Sepp Holzer

« La permaculture de Sepp Holzer »

Guide pratique pour jardins et productions agricoles diversifiées

Livre de Sepp Holzer

220 pages, édité par Imagine un colibri, sortie en 2011

Prix : environ 25 €

Références complètes (éditeur, ISBN…), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon    |   Decitre    |   Unithèque

Mots clés

permaculture, design, permacultureDesign, jardin, verger, potager, biodiversité, arbres, fruitiers, fruits, légumes, buttes, guilde, associations végétales, production nourriture, récolte, autonomie alimentaire, résilience, arrosage, abondance, oasis, transformer, transformation, vidéo, témoignage, concret, méthodologie, méthode, guide, étape, feuille de route, formation, conception, plantes aromatiques, médicinales, insectes

#PermacultureDesign #Permaculture #FormationEnPermaculture #UnJardinUnPermaculteur #TemoignageVideo #DesignPermaculture #TransformezVotreJardin #VergerEnPermaculture #JardinEnPermaculture #ProfesseurNature #Observation #FormationVideo

Sur le même thème

D’un verger classique à une oasis d’abondance : le design en permaculture de Julie et Ludovic.

L’été dernier, nous sommes partis à la rencontre de quelques membres de notre formation « Invitez la permaculture dans votre jardin », curieux de voir comment celle-ci avait été mise en pratique concrètement chez les gens en relation avec leurs contextes et leurs...

Pour aller plus loin

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à nos ressources

Abonnez-vous à la Newsletter !

et ne ratez plus aucun de nos contenus !

On hiberne

Et oui on hiberne un petit peu, pour revenir reposé-e-s et plein-e-s d’énergie en 2018.

Le jardin Pouplier (jardin solidaire du 60 rue Saint Antoine) est donc fermé du 25 décembre au 8 janvier.

Reprise de l’accueil, bénéficiaires et bénévoles (la vrai bonne résolution 2018) le mardi 9 janvier de 10h à 12h30 ! 

Le_Printemps_des_animaux1


Retour sur le dernier CA de Brin de Paille

CA BDP 2Les 13, 14 et 15 octobre 2017 avait lieu le conseil d’animation de l’association Brin de Paille. Il se tenait à Limoges et étaient présents Timothée, Stéphanie, Philippe, Nathalie, Juliette, […]

Tags:  

Del.icio.us
Facebook
TweetThis
Digg
StumbleUpon



Copyright © Brin de paille [Retour sur le dernier CA de Brin de Paille], All Right Reserved. 2018.

Livre Légumes vivaces pour un potager perpétuel

Portrait de Xavier Mathias, auteur du livre « Légumes vivaces pour un potager perpétuel » qui donne les clés pour créer un jardin nourricier productif ne nécessitant que très peu d’entretien, l’idéal en permaculture.

Portrait de Xavier Mathias auteur du livre « Légumes vivaces pour un potager perpétuel » © Rustica.fr

Quand un maraîcher bio, producteur de semences et de légumes, défenseur de la biodiversité, formateur et collaborateur à différentes revues spécialisées dans le jardinage écrit un livre, de quoi peut-il bien parler ? Eh bien, celui de Xavier Mathias, édité pour la 2e fois en février 2017 aux Éditions Rustica, nous dit tout ou presque sur la création d’un jardin de plantes vivaces productif et facile d’entretien, il est intitulé « Légumes vivaces pour un potager perpétuel ».

Habitué à transmettre ses connaissances et expériences lors de formations destinées à tous les jardiniers (amateurs, professionnels, en permaculture…), l’auteur nous offre un ouvrage très didactique et instructif.

Contenu du livre de Xavier Mathias

Qui n’a jamais rêvé d’avoir dans son potager des légumes qui poussent et repoussent sans demander trop d’efforts au jardinier ? Eh bien, le rêve rejoint la réalité avec les variétés de légumes vivaces présentées par Xavier Mathias dans les 120 pages de son livre.

Étonnantes, originales, alimentaires ou aromatiques, ces plantes pleines de saveurs se présentent à vous et ne demandent qu’à venir s’installer dans votre potager pour une production de nourriture facilitée année après année.

Mais avant de les accueillir, Xavier Mathias répond à toutes les questions qui doivent germer dans votre tête avant de voir les têtes de vos aulx rocamboles poindre ! Comment associer les rythmes de chaque légume et entretenir son potager perpétuel ? Où et quand aménager son potager perpétuel et s’organiser avec des plantes qui restent en place ? Quel sol choisir, comment faciliter son entretien et comment gérer son arrosage ?

Après une première partie pour vous préparer vous et votre potager à accueillir des légumes vivaces comme il se doit, à vous de choisir lesquels viendront s’épanouir chez vous. Afin de vous aider dans votre choix, Xavier Mathias a établi des fiches d’identités de plus de 25 plantes pérennes qui pourront assurer une production de nourriture mois après mois. Que diriez-vous d’une plante-huître à l’étrange saveur de fruit de mer ou de poireaux perpétuels ou bien encore d’un chou de Daubenton vivace ?

L’auteur met aussi en avant dans ces fiches, des plantes annuelles ou bisannuelles qui sont tellement généreuses en semences qu’elles reviennent d’une saison à l’autre sans aucune intervention du jardinier, autrement dit presque comme des vivaces.

Vous découvrirez aussi des variétés qui vous feront voir du pays en restant dans votre jardin : mauve de Mauritanie, claytone de Cuba, tétragone ou épinard de Nouvelle-Zélande, les ocas du Pérou, crosnes du Japon…

Pour qui ?

Si vous ne savez planter les choux qu’à la mode de chez vous, ce livre est fait pour vous ! Vous pourrez y trouver des idées pour diversifier la production de votre potager et vos menus.

Plutôt destiné aux débutants en matière de plantes pérennes, ce livre donnera aux jardiniers amateurs ou initiant une démarche de permaculture, une liste non exhaustive des premières variétés de légumes vivaces à mettre en place pour un jardin permacole productif et original.

Et si vous affectionnez tout particulièrement les légumes perpétuels, vous pourrez, grâce aux conseils de Xavier Mathias, en faire les principaux occupants de votre potager en commençant une collection de légumes surprenants pour une production de nourriture facile, durable et savoureuse répartie sur presque toute l’année. Votre jardin sera à la mode de chez vous et de vos goûts !

Rassurez-vous, ces légumes ne se plantent ni avec le coude ni avec le nez 😉

Trees for Gardens, Orchards and Permaculture

« Légumes vivaces pour un potager perpétuel »

Des légumes toute l’année, un potager productif, peu d’entretien

Livre de Xavier Mathias
120 pages, édité par Rustica en mars 2016, collection Conseils d'expert.

Prix : environ 24,90 €

Références complètes (éditeur, ISBN…), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon   |   Decitre  |  Unithèque

Créez facilement votre potager de plantes vivaces !

Rejoignez-nous dans notre formation en ligne « Potager 3 P », où nous vous accompagnons pas à pas dans la construction de votre propre potager de plantes majoritaires vivaces avec des vidéos d’installations, de plantations, des cours sur des principes de permaculture, un jeu de plans détaillés…
Cliquez sur le bouton ci-dessous pour en savoir plus.

le potager 3P, mon Premier Potager Permanent

Profitez de l’abondance de la nature en créant facilement chez vous un jardin-potager efficace et durable suivant les principes de permaculture !

Mots clés

permaculture, design, permacultureDesign, livre, plantes vivaces, Xavier Mathias, légumes perpétuels, potager, vivace, production, nourriture, aromatique, médicinale, pérenne, particularités, méthode, prendre soin, jardin, légumes, tubercules, artichaut, asperge, rhubarbe, bourrache, oignon rocambole, poireau perpétuel, livèche, céleri perpétuel, chou de Daubenton, chénopode Bon-Henri, cardon, roquette, ocas, crosne, topinambours, capucine tubéreuse, glycine tubéreuse, épinard arbustif, biodiversité, jardinage, facile

#IdeeLecture #indispensable #livre #LivrePermaculture #PermacultureDesign #Permaculture #LegumesVivacesPourUnPotagerPerpetuel #XavierMathias #Potager3P #ProductionDeNourriture #PlantesVivaces #PotagerPermaculture #JardinPotager

Sur le même thème

Livre La forêt-jardin : créer une forêt comestible en permaculture pour retrouver autonomie et abondance

Fondateur et directeur de la fondation Agroforestery Research Trust, impliquée dans la recherche sur l’agroforesterie en milieu tempéré, Martin Crawford s’intéresse depuis plus de 20 ans à la culture et à l’usage des plantes pérennes dans l’alimentation humaine....

Livre Poules, guide complet de l’éleveur amateur

Hervé Husson, passionné par l’élevage des poules depuis 2007, nous propose son livre sous le titre « Poules — le Guide complet de l’éleveur amateur ». Fruit de son expérience personnelle et du partage avec d’autres éleveurs, l’auteur nous présente au travers de 256...

Pour aller plus loin

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à nos ressources

Abonnez-vous à la Newsletter !

et ne ratez plus aucun de nos contenus !

L’asiminier trilobé aussi appelé Paw Paw

L’asiminier a côtoyé la table des grands de ce monde puisqu’il était le dessert favori de George Washington et que Thomas Jefferson en cultivait dans son jardin en Virginie à Monticello

Attention

Permaculture Design décline toute responsabilité en cas d’usage autre qu’informatif de ces données. Il vous appartient de vérifier ces informations précisément.

Données sur le contexte de développement de la plante : elles décrivent un contexte considéré par nos sources ou notre expérience comme idéal pour le développement de celle-ci. Cela ne veut pas dire que dans d’autres contextes ces plantes ne pourront pas vivre. N’hésitez pas à tester chez vous, la nature nous réserve toujours des surprises 😉

Comestibilité : vérifiez toujours les informations avec des ouvrages spécialisés. De même, des plantes aux apparences similaires à celles que vous allez mettre en place peuvent arriver naturellement à côté de celles-ci (oiseaux, auxiliaires...), il convient donc d’être toujours vigilant et de ne pas les consommer si vous avez le moindre doute.

Fonctions écologiques

Accueil de biodiversité

Usages humains

Le bois de l’asiminier est classé dans les bois semi-précieux.
Une fibre présente dans l’écorce interne est utilisée pour fabriquer une corde solide.
La graine a des propriétés insecticides et pesticides.
Un colorant jaune est issu de la chair mûre du fruit.
Le fruit comestible, appelé asimine, est excellent, mais se conserve mal à l’état frais, il faut donc le manger rapidement ou le transformer.
Fourrage : renard gris, ratons laveurs, écureuils, opossums et oiseaux.
Ornemental : pour créer de petits bosquets.
Utile aussi comme arbre de bordure.

Comestibilité de la plante

La principale utilisation est le fruit frais. Avec la pulpe, il est possible de préparer des jus, des milkshakes, des entremets et des compotes. On peut aussi s’en servir pour réaliser des glaces et des confitures.
Un plus pour ce fruit qui est rapidement périssable : sa pulpe peut être congelée.
Très utilisée en Amérique du Nord, le paw paw sert à la confection de tourtes, de cookies, de pains… cependant, certaines personnes peuvent être intolérantes à son ingestion qui provoque chez elles nausées et vomissements. De même, la peau du fruit et les graines ne doivent pas être consommées, car elles peuvent engendrer des nausées et douleurs abdominales.

Médicinal

La pulpe de l’asiminier trilobé renferme des vitamines A et C. Elle est aussi très riche en oligo-éléments (P, Ca, Mg, S, Fe). Elle apporte à l’organisme une quantité étonnante de protéines et d’acides aminés équilibrés.
La pulpe crémeuse est pauvre en eau, mais renferme des hydrates de carbone (sucres), du glucose, du saccharose et du fructose, dans des proportions pouvant aller jusqu’à 18 %.
Le fruit est également utilisé comme laxatif.
Les feuilles sont diurétiques, elles peuvent être appliquées extérieurement aux ulcères, furoncles et abcès. Cependant, le contact avec les feuilles ou la peau du fruit peut provoquer, chez certaines personnes sensibles, des irritations cutanées, il est donc conseillé de tester sa sensibilité sur une petite partie de sa peau avant.
Une poudre réalisée avec les graines séchées peut servir de produit anti-poux. L’écorce est un tonique amer et contient de l’analobine alcaline, très utilisée en médecine.
L’asiminier possède aussi des vertus anti-cancérigènes actuellement étudiées par plusieurs laboratoires.

Le saviez-vous ?

Les fleurs de l’asiminier ont une couleur lie de vin très originale, mais n’y mettez pas votre nez, car leur parfum est très désagréable et fait penser à celui d’une charogne (perceptible seulement lorsqu’on les renifle de près).

Les fruits de l’asiminier trilobé issus d’une même fleur sont réunis en groupe pouvant aller jusqu’à 6 fruits dont la structure rappelle celle des régimes de bananes d’où certaines de ses appellations locales. Certains fruits peuvent être seuls lorsque tous les autres ovaires de la fleur ont avorté.

 

Exposition Soleil mais tolère bien l’ombre
Texture de sol Argileux
Humidité du sol Frais, humide
Besoin en matière organiques Beaucoup
PH du sol Légèrement acide : de 5,5 à 7
Neutre : 7
Rusticité en ° -25°C

 

 

Largeur 4 m
Hauteur 10 à 15 cm
Racine Racine pivotante
Strate Strate petits arbres
Durée de vie Forêt secondaire : <100 ans
Croissance Lente les premières années, le temps que son système racinaire se développe, la croissance s’accélère ensuite pour devenir assez vigoureuse.
Avis du designer L’asiminier est un fruitier qui conviendra aux particuliers comme aux professionnels.
Ces derniers y trouveront un produit méconnu du grand public, goûteux, qui viendra diversifier leur offre. À implanter en haie fruitière, accompagné de fixateurs d’azote ou en verger de plein vent selon les designs. Pour les amateurs, ce fruit aux notes de mangue et de banane amènera un peu de Tropiques dans le verger, au jardin-forêt ou en haie… si toutefois le climat est suffisamment clément pour permettre la fructification (sans périodes froides en dessous de zéro pendant la floraison/fructification). Attention aux installations dans le jardin potager, car le feuillage de cet arbre produit beaucoup d’ombre en saison de végétation. Il faut bien réfléchir en amont de la plantation à l’emplacement que vous souhaitez pour votre asiminier, car celui-ci ne supportera pas d’être ensuite déplacé.

 

Cycle de reproduction Annuel
Type de feuillage Caduc

 

En savoir plus...

Besoins écologiques

Exposition

L’exposition correspond à la luminosité considérée comme la plus adéquate pour le développement optimal de la plante, ou de sa fructification.

Texture de sol

La texture de sol décrite ici correspond à celle considérée comme la plus adéquate pour le développement optimal du réseau racinaire de la plante. Pour connaitre la texture de votre sol, cliquez ici.

Humidité du sol

Les différents types d’humidité du sol qui ne limite pas le développement normal de la plante.

PH du sol

Le PH (potentiel hydrogène) de sol décrit ici correspond à la valeur considérée comme la plus adéquate pour le développement optimal du réseau racinaire. Très acide : de 0 à 4 Acide : de 4 à 5,5 Légèrement acide : de 5,5 à 7 Neutre : 7 Légèrement basique : de 7 à 8,5 Basique : de 8,5 à 10 Très basique : de 10 à14

Zone de rusticité

Température maximale exceptionnelle supportée par la plante.


Architecture

Les largeurs (diamètres) et les hauteurs des plantes indiquées sont celles atteintes à maturités (en mètres) sous nos contrées sans taille ou contrôle de la forme.


Design

Strates

Strate(s) de végétation à laquelle appartient selon nous cette plante pour la création d’un jardin-forêt. Pour en savoir plus sur les différentes strates, cliquez ici.

Durée de vie

Il s’agit de la durée de vie estimée du végétal. Pour facilité le choix nous l’avons classé en trois grandes catégories liées au cycle de la succession écologique. : Pionnier : moins de 15 ans Forêt secondaire : entre 15 et 100 ans Forêt primaire : 100 ans et plus

Croissance

La croissance correspond à la longueur de croissance d’un jeune pousse sur une année. Très rapide : plus de 4 m/an Rapide : au moins 2 m/an Moyenne : entre 30 cm et 2 m/an Lente :  moins de 0,3 m/an

Avis du designer

L’avis de notre bureau d’études sur cette plante.


Caractéristiques

Cycle de reproduction

Annuel Les plantes annuelles sont des plantes dont le cycle de vie, (c’est à dire de la graine à la production de nouvelles graines) ne dure qu’une année. Bisannuel Les plantes bisannuelles sont des plantes dont le cycle de vie, (c’est à dire de la graine à la production de nouvelles graines) s’effectue en général sur 2 années. Pérenne Une plante pérenne, ou plante vivace est une plante pouvant vivre plusieurs années (herbacées ou arbres).

Feuillage

Caduc Si une plante perd la totalité de ces feuilles dans l’année (généralement en automne) et le renouvelle ensuite (généralement au printemps), ont dit que la plante à un feuillage caduc. Persistant Si une plante garde son feuillage toute l’année, on parle de feuillage persistant Semi-persistant Lorsqu’une plante conserve une partie de son feuillage toute l’année, mais si les feuilles sont souvent remplacées à belle saison.

Nom botanique Asimina triloba
Nom commun Asimina trilobé
Autres appellations Paw Paw, Arbre à banane, Asimier, Asiminier à trois lobes
Banane de l’Indiana, papaye d’Amérique, Corossol
Nom anglais Paw paw tree, papaw
Famille Annonaceae
Genre Asimina

L’asiminier trilobé est une plante issue des États-Unis et de l’est du Canada.
Sa répartition géographique actuelle est très variée, car il a été exporté dans différents pays au climat tempéré (Japon, Slovénie, France…) particulièrement de type continental…
Les principaux types d’habitats où on rencontre l’asiminier trilobé sont les lieux avec sols humides, dans les plaines ou les sous-bois

L’asiminier trilobé est un arbre très résistant. On ne lui connaît que très peu d’ennemis capables de l’anéantir. Certaines larves (Talponia plummeriana) entraînent le flétrissement de certaines fleurs, mais il reste tellement de fleurs intactes qu’un traitement peut être évité. Il en va de même du papillon
Eurytides marcellus qui s’attaque quant à lui aux feuilles.
Le moyen le plus naturel d’éviter la présence de ces insectes est de ne pas entreposer de bois, brindilles et hôtel à insectes à proximité de l’asiminier trilobé.

Jan. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Sep. Oct. Nov. Déc.
 oui
Jan. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Sép. Oct. Nov. Déc.
fleurs fleurs fleurs fruits fruits fruits

Culture de l’asiminier trilobé

Jan. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Sep. Oct. Nov. Déc.
Jan. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Sep. Oct. Nov. Déc.
Oui Oui
Jan. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Sep. Oct. Nov. Déc.
Oui Oui
Propagation Greffage
Semis en serre
Conseils de plantation Semis en place.
Bonne association : Tupélo (Nyssa sylvatica), Marronnier glabre (Aesculus glabra), Févier d’Amérique (Gleditsia triacanthus) et le chicot févier (Gymnocladus dioica).
Astuce du pépiniériste Certaines variétés d’asiminiers sont autofertiles, d’autres nécessitent la présence de plusieurs asiminiers pour pouvoir fructifier, mieux vaut donc se renseigner sur cette caractéristique avant de faire votre choix de cultivar.
La pollinisation est assurée par des insectes comme les mouches ou les coléoptères que l’odeur de la fleur ne rebute pas, bien au contraire.
Il ne faut pas sécher les graines d’asiminier. Elles risqueraient de ne jamais germer. Elles tolèrent une période de dormance lorsqu’elles sont mises en stratification pendant 90 à 120 jours. Elles mettent entre 2 et 3 semaines à germer.
La meilleure méthode et la plus simple reste de planter le fruit complet.

Où trouver cette plante ?

Chez votre pépiniériste local ou sur la jardinerie en ligne ci-dessous :

Asimina triloba en pot de 2 L (10 à 30 cm) ou en pot de 3 L (60 à 80 cm):

Willemse France

Retrouvez d’autres fiches plantes classées par strates de végétation sur notre page :
« Choisissez vos plantes pour créer votre jardin-forêt »

Mots clés

permaculture, design, permacultureDesign, asiminier, plante, arbre, paw paw, asimina triloba, arbre à banane, banane de l’Indiana, papaye d’Amérique, Corossol, fiche, utilité, jardin-forêt, agroforesterie, arbuste, planter, besoins, caractéristiques, fleurs, fruits, architecture, reproduction, culture, usages, comestibilité, fonction, habitat, environnement, botanique, informations, écologie, taxonomie, propagation, multiplication

#PermacultureDesign #Permaculture #AsiminierTrilobe #PawPaw #ArbreABanane #PlantezVotreAbondance #JardinForet #Agroforesterie #PlanteUtileEnPermaculture #FichePlante

Sur le même thème

Le fraisier des Indes

Petite contrefaçon réussie des fraises des bois, le fraisier des Indes, ne brille pas par la saveur de ses fruits, mais cela ne l’empêchera pas de rendre de bons services au jardin notamment comme couvre-sol. Permaculture Design décline toute responsabilité en cas...

L’amélanchier du Canada

On ne vous prend pas pour une pomme en vous disant qu’il y a des pommes qui marquent l’Histoire. Il n’y a qu’à citer celles d’Adam et de Blanche Neige ! Mais la « petite pomme » que donne l’Amélanchier du Canada est toute différente. D’abord rouge vif puis pourpre...

Pour aller plus loin

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à nos ressources

Abonnez-vous à la Newsletter !

et ne ratez plus aucun de nos contenus !