Citations de Bill Mollison

En hommage au père de la permaculture décédé le 24 septembre 2016, voici quelques citations que j'aime bien de Bill Mollison afin de nous rappeler le grand penseur qu'il était. Je les ai rapidement traduites pour vous et j'espère qu'elles vous inspireront autant que moi.

______________

" La richesse c'est une profonde compréhension du monde naturel. "

______________

" La tragique réalité est que très peu des systèmes durables existant aujourd’hui sont conçus ou mis en place par ceux qui détiennent le pouvoir, et la raison en est évidente et simple : laisser les gens s’organiser pour produire leur propre nourriture, leur énergie et construire leurs habitations c’est perdre le contrôle économique et politique qu’ils ont sur eux. Nous devrions cesser de nous tourner vers les structures de pouvoir, les systèmes hiérarchiques ou les gouvernements pour nous aider, et trouver des moyens de nous aider nous-mêmes. "

______________

" Bien que les problèmes du monde sont de plus en plus complexes, les solutions restent d'une simplicité embarrassante. "

______________

" J'enseigne l'autonomie, la pratique la plus subversive du monde. J'enseigne aux gens comment cultiver leur propre nourriture, ce qui est scandaleusement subversif. Donc, oui, c'est séditieux. Mais c'est de la sédition pacifique. "

______________

" Le plus grand changement que nous devons faire est de passer de la consommation à la production, même si c'est sur une petite échelle, dans nos propres jardins. Si seulement 10% d'entre nous faisait cela, il y aurait assez à manger pour tout le monde. D'où l'inutilité des révolutionnaires qui n'ont pas de jardins, qui dépendent du système qu'ils attaquent, et qui produisent des mots et des balles, pas de la nourriture et des habitations. "

______________

" La permaculture est une philosophie qui propose de travailler avec, plutôt que contre la nature; d'observer longuement en réfléchissant plutôt que de travailler longtemps de façon irréfléchie; et de regarder les plantes et les animaux dans toutes leurs fonctions, plutôt que de traiter tout un site en tant que système monocultural. "

______________

" La pelouse américaine utilise plus de ressources que toute autre industrie agricole dans le monde. Elle utilise plus de phosphates que l'Inde et plus de poisons que toute autre forme d'agriculture. "

______________

" Si nous perdons les forêts, nous perdons nos seuls enseignants. "

______________

" Nous sommes véritablement en sécurité quand nous pouvons regarder par la fenêtre de la cuisine et voir notre nourriture pousser et nos amis travaillant à proximité. "

Lire en anglais.

La « machine à compost »

Dans cette nouvelle vidéo de la série « La Minute de PermacultureDesign », nous vous présentons ce que nous avons appelé la « machine à compost » sur notre ferme expérimentale de la Goursaline.

Cette « machine à compost » est un élément particulièrement intéressant à placer dans un design de permaculture pour accroître la fertilité de vos lieux.

Evolution de notre machine à compost depuis 2015.

Cet élément remplit évidemment plusieurs fonctions :

Principe-de-permaculture_Un-element-remplit-plusieurs-fonctions

création de compost pour amender ensuite nos cultures
pédoépuration des eaux grises de lavages des légumes et des vaisselles faites en extérieur (avec du savon de Marseille facilement biodégradable)
support de culture pour un arbre central, ici un asiminier trilobé, également appelé paw paw, assez rare dans notre région. À maturité, il produira des fruits comestibles ressemblant par leur forme à des papayes et ayant un goût se rapprochant de la banane.

récupération du trop-plein des eaux de pluie ne s’étant pas infiltrées en amont dans les buttes formées sur les courbes de niveau façon mini-baissières.
support de cultures nourricières spontanées : plantes sauvages comestibles ou dans notre cas cette année des courges venues sans aucun effort de notre part 😃

Notre machine à compost est une technique de compostage simple et efficace

Pour placer cet élément de façon pertinente sur notre terrain, nous avons utilisé l’analyse en suivant un flux qui fait partie des 7 outils d’analyses présentés dans la méthodologie de design en permaculture de notre formation en ligne « Invitez la permaculture dans votre jardin ».

machine, compost, technique, compostage, permaculture, design, permacultureDesign, compostage, analyse, fabrication, fertilisation, fertiliser, jardin, jardinage, nutriments, flux, énergie, eau, pluie, machine, élément, matières organiques, animales, végétales, vie, sol, amendement, cultures, vidéo, lixiviats, jus, décomposition

#PermacultureDesign #Permaculture #LaMinutePermaculture #Compost #Nutriments #MachineaCompost #FertiliserSonSol #jardin #Jardinage #FaireDesEconomies #FaireSoiMeme #Design #TechniquePermacole #AnalyseEnSuivantUnFlux #QueFaireDeVosDechetsOrganiques

Du sang neuf parmis les 9 membres du CA

La nouvelle équipe du Conseil d’Animation qui a été élue pendant  l’Assemblée Générale des Rencontres Nationales de Permaculture en Août […]

Tags:  

Del.icio.us
Facebook
TweetThis
Digg
StumbleUpon



Copyright © Brin de paille [Du sang neuf parmis les 9 membres du CA], All Right Reserved. 2016.

Hommage à Bill Mollison

billmollison7Nous rendons hommage à Bill Mollison : biologiste de terrain, enseignant itinérant, chercheur, permaculteur de talent, décédé ce weekend à […]

Tags:  , , , ,

Del.icio.us
Facebook
TweetThis
Digg
StumbleUpon



Copyright © Brin de paille [Hommage à Bill Mollison], All Right Reserved. 2016.

Agroforesterie et agriculture de régénération selon Mark Shepard

Il est assez rare de pouvoir profiter des expériences et conseils de grands noms de la permaculture. Il y a quelque temps, nous avions interviewé Martin Crawford, pionnier de la forêt comestible en Europe.

Aujourd’hui, nous sommes reconnaissants à Mark Shepard de nous avoir accordé cette interview pleine de sincérité et de conseils avisés.

Nous remercions également l’association française d’agroforesterie qui a permis cette belle rencontre à l’occasion de l’une de leurs journées de formation.

Nous espérons que cette interview incitera nombre d’entre vous à découvrir le travail de Mark Shepard et à emprunter son chemin vers ce modèle agricole d’avenir : une vraie « agriculture permanente » basée sur la culture d’arbres et de plantes pérennes.

Photos de la ferme de Mark Shepard aux Etats-Unis : « New Forest Farm »    http://newforest.farm 

Mark expérimente concrètement cela depuis plus de 20 ans sur sa célèbre « New Forest Farm » dans le Wisconsin (ferme de 42 ha), considérée aujourd’hui comme l’un des projets agricoles durables les plus avancés aux États-Unis.

Dans cette interview, il revient sur son enfance et son parcours pour en arriver à la mise en place de ce qu’il appelle aujourd’hui une agriculture de régénération.

Il nous prodigue ses conseils pour apprendre à observer la nature, ce qui pousse sur un lieu, les plantes naturellement compagnes afin de reproduire ces systèmes naturels et en récolter l’abondance. Il nous montre aussi par la réussite de sa ferme que ces systèmes en polycultures, gérés comme des systèmes naturels, sont économiquement viables.

Pensez à activer les sous-titres pour profiter de la traduction en français de cette vidéo (icône rectangulaire en bas de la vidéo à droite).

Pour ceux qui souhaiteraient aller plus loin dans leur découverte des systèmes et techniques mis en œuvre par Mark Shepard sur sa ferme, nous vous conseillons son livre « L’agriculture de régénération » traduit depuis peu en français et spécialement adapté aux agriculteurs en recherche de conversion ou d’améliorations de leurs pratiques.

livre-agriculture-de-regeneration-mark-shepard-permaculture-design-300px

« L’agriculture de régénération » de Mark Shepard
302 pages, édité par Imagine un colibri en mai 2016, prix : environ 22 €
Références complètes (éditeur, ISBN…), descriptions et avis des lecteurs sur :
Lien Amazon
Lien Decitre
Lien Unithèque

Vous pouvez aussi démultiplier vos récoltes en installant, chez vous, même à l’échelle d’un petit jardin, des guildes de permaculture comme celles que nous avons conçues pour vous autour d’arbres fruitiers.

permaculture, design, permacultureDesign, observation, Mark Shepard, interview, vidéo, vivaces, plantes pérennes, plantes compagnes, guildes, cultures pérennes, gestion de l’eau, keylines, stratégies, courbes de niveaux, sol, infiltration, rendement, productivité, polycultures, récoltes, arbres, système forestier, forêt, bois, fruitiers, fruits, abondance, diversité, productivité agricole, observer, préserver, rénover, purifier, amender, régénérer, rentable, économiquement viable, forêt comestible, régénération, agriculture, agroforesterie

#permaculturedesign #permaculture #design #interviewpermaculteurs #foretcomestible #strategiepermacole #agroforesterie #MarkShepard #AgriculturedeRegeneration #guilde #polycultures #regenerer

Week-End d’introduction à la permaculture

Deux jours d’initiation pour mieux comprendre ce qu’est la permaculture et comment l’appliquer chez soi: jardin potager, verger, lieu de vie, comprendre et concevoir un lieu en permaculture.
Nous vous proposons deux nouvelles dates cet automne :

8 et 9 octobre 2016

26 et 27 Novembre 2016 

Le tarif, sur le mode de la participation consciente, est estimé à 100€ par personne. La formation a lieu à Montreuil, dans les locaux de l’association

Cette formation est ouverte à toute personne souhaitant découvrir la permaculture

Pour toute information supplémentaire ou demande d’inscription n’hésitez pas à contacter Jérémie Ancelet par mail : jimancelet at hotmail.com


Recherche sur la productivité d'une ferme créée à l'aide de la permaculture

N’est-ce pas une bonne nouvelle quand les scientifiques prennent au sérieux une ferme bien pensée à l’aide de la permaculture? C’est le cas de la ferme du Bec-Hellouin en Normandie (France) qui est non seulement d’une grande beauté, mais qui démontre aussi une productivité étonnante.

Certaines de leurs parcelles ont été suivies de 2011 à 2015 par l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), tout ce qu’il a de plus sérieux. Le but était de savoir si l’approche de la permaculture permettait de créer assez de revenues pour payer une personne à partir de la récolte de cette petite surface.

Leur conclusion : « La culture de 1000 m2 très intensifs permet la rémunération d’une personne dès lors qu’il y a une bonne maitrise technique. » Très encourageant n’est-ce pas? :)

Mais c’est en France et le climat est différent me direz-vous. Je vous répondrai que cela à peu d’importance puisque ce sont des techniques et des stratégies qui peuvent être adaptés à notre climat si on comprend bien ce que l’on fait lors de notre design et en cours de gestion du système agricole.

Évidemment, si je prends leur système et que je le transplante tel quel ici, il y a peu de chance que cela fonctionne, mais si je comprends bien ce qui rend possible une telle productivité, je suis capable de l’adapter et de créer un système différent pour notre climat froid, mais suivant les mêmes principes.

Un excellent exemple est celui de l’agriculture bio-intensive qui fait ses preuves depuis plusieurs années au Québec, comme le démontre le succès de la ferme La Grelinette. Les propriétaires de cette microferme se sont entre autres inspirés de ce qui se faisait en France autrefois.

C’est ça la permaculture : du design écologique intelligent, de la pensée critique et de la résolution de problème!

Voici le vidéo fait par l’INRA à propos de la ferme et de leurs recherches!

<img alt="Ferme de Bec Hellouin" src="https://inra-dam-front-resources-cdn.brainsonic.com/ressources/media/photo-359103-ferme-de-bec-hellouin.jpg" /><h2>Ferme de Bec Hellouin</h2><p>Etude économique d’une parcelle type de 1000 m2 au sein de la ferme de <a href="https://inra-dam-front-pad.brainsonic.com/nom-bec-hellouin.html">BEC HELLOUIN</a> (2011-2015). Contact chercheur : François Léger, UMR SAD-APT Inra AgroParisTech.</p>

Pour plus de détails sur le projet, visitez: http://www.inra.fr/Chercheurs-etudiants/Agroecologie/Tous-les-magazines/Ferme-du-Bec-Hellouin-la-beaute-rend-productif

AG samedi 24 septembre à 19h

L’assemblée générale a changé d’heure! Elle aura lieu Samedi 24 septembre 2016 à 19h au jardin Pouplier s’il fait beau.. et à la Brasserie dans le cas contraire.

Au programme :

–          bilan 2015 & exposé de la situation morale de l’association

–          exposé du rapport financier

–          orientations de l’association pour 2017 et suivantes…

–          changement d’adresse du siège

–          élection des membres du Conseil Collégial

–          élection des membres du Bureau

–          question diverses

 


Pourquoi et comment produire ses propres graines ?

Autrefois, les graines de fleurs, de fruits, de légumes locaux se transmettaient de génération en génération, comme des trésors. Particulièrement adaptées à leur terroir, ces graines reçues en héritage étaient la promesse d’une belle récolte souvent salvatrice et nourricière, ce qui garantissait une certaine résilience à la famille en contribuant à son autonomie pour se nourrir, se soigner…

Rares sont ceux qui, de nos jours, ont encore accès à ce genre de graines transmises précieusement de proche en proche. Pour la majorité de ceux qui jardinent, faire des semis implique généralement de passer par la case achat de graines chez un professionnel, surtout quand on débute, car soit on n’a pas du tout de graines à disposition ou, tout du moins, pas celles que l’on souhaite, soit on ne sait pas comment produire ses propres graines à partir de ce qu’on a déjà.

préparation-potager-hiver-permaculture-design-5-600

Alors on va en jardinerie, en magasin spécialisé ou sur internet pour se procurer des graines. Au départ, il faudra choisir si on achète des graines hybrides de type F1* ou des non-hybrides (dans cette dernière catégorie, les rayons des commerces sont généralement moins bien achalandés, ce qui peut être un premier obstacle dans le choix !), veut-on des semences bio ou pas… au final, la facture peut être assez salée surtout si on fait le choix du bio. Et même dans le cas de graines bio, on oublie souvent que certaines de ces graines sont issues de plantes ayant poussé dans des contextes pédoclimatiques complètement différents de celui dans lequel on veut les faire germer et grandir. Par conséquent, ces graines ne seront pas forcément adaptées au contexte dans lequel on va les semer. Elles ne développeront pas leur plein potentiel donnant une sensation d’échec au jardinier.

Face à des déceptions de ce type, l’idée de faire ses propres graines peut germer, mais elle se heurte souvent au manque de connaissance en la matière, au manque de temps et aussi au fait de ne pas avoir dans son jardin de plantes issues de « bonnes » graines non hybrides que l’on pourra vraiment reproduire !

Apprendre à produire ses propres graines pour être plus autonome !
Glomérules de poirée contenant chacune plusieurs graines.

Pourquoi produire ses propres graines ?

Pourtant, produire ses propres graines a bien des avantages : c’est économique (plus besoin d’acheter ses semences tous les ans), c’est valorisant et stimulant à la fois (quelle joie et quelle fierté d’une saison à l’autre de récolter les bons fruits et légumes issus de ses propres graines).
C’est aussi une façon de se ressourcer et de retisser du lien avec la nature qui nous entoure par l’observation, la patience et l’attention que cela implique.

C’est une activité qui peut être faite par toute la famille, impliquer les enfants dans le processus (observation, récolte, stockage, semis) les éveille au cycle de la vie, aux rythmes naturels, aux saisons… et cela pourra nourrir nombre de discussions très enrichissantes (sur les petites graines😉) tout en les responsabilisant et les intéressant au jardinage et à la biodiversité !

De plus, les graines que vous récolterez sur vos lieux seront spécialement adaptées à votre contexte pédoclimatique comme à votre façon de jardiner, car elles portent en elles l’histoire de vie de la plante qui les a fait naître : dans quel sol elle a grandi, sous quel climat, comment elle a fait face aux maladies ou attaques de nuisibles, au manque ou au surplus d’eau… si bien que, année après année, avec un minimum de sélection des porte-graines, vous obtiendrez des graines ultra-performantes, car parfaitement adaptées à vous et à votre lieu !

Alors, n’hésitez plus et lancez-vous dans cette formidable aventure !

Apprendre à produire ses propres graines pour être plus autonome !
Graines de panais

Comment produire ses propres graines ?

Commencer avec des graines de qualité !

Les graines de vos voisins :

Pour commencer, il faut se procurer des graines de qualité, non hybrides, reproductibles, rustiques et adaptées le plus possible à votre terroir… L’un des meilleurs moyens pour ce faire est de vous tourner vers vos voisins qui auront peut-être dans leur « catalogue » personnel d’anciennes variétés locales hyper rustiques, reçues du grand-père ou de la mémé, et qu’ils pourront vous faire partager.

Les grainothèques:

Renseignez-vous aussi sur les « grainothèques » les plus proches de chez vous, car de plus en plus de ces lieux d’échanges permanents voient le jour dans les villages, tenus par des associations ou des municipalités soucieuses de préserver la biodiversité locale.

Exemple de grainothèque en libre service !
Exemple de grainothèque en libre service !

Les bourses aux graines :

Rendez-vous sur les événements de type « bourse aux graines » qui fleurissent généralement au début du printemps quand s’éveillent jardins et jardiniers… ces lieux d’échanges temporaires entre amateurs et amoureux de la biodiversité sont souvent l’occasion de faire de belles et étonnantes rencontres tant humainement que botaniquement ! Ces premières pistes pour trouver de « bonnes » graines reproductibles et rustiques sont en plus, la plupart du temps, gratuites ou avec une simple participation consciente à hauteur de ses propres moyens !

Les semenciers :

Au-delà de ces échanges informels entre amateurs, qui ne permettent pas toujours de trouver ce que l’on cherche, si vous souhaitez acheter des graines de variétés de plantes particulières qui soient suffisamment qualitatives pour permettre de les reproduire ensuite par vous-même, voici quelques distributeurs de semences (liste non exhaustive ;)) qui pourraient vous satisfaire :

L’association kokopelli, qui milite pour « la libération de la semence et de l’humus et la protection de la biodiversité alimentaire », propose un catalogue remarquablement étoffé de graines de variétés de plantes potagères, céréalières, médicinales, condimentaires et ornementales, toutes non-hybrides, non-OGM et majoritairement produites en France par des professionnels certifiés en agriculture biologique.
Le Biau Germe est un groupement d’agriculteurs passionnés basés autour de Montpezat dans le Lot et Garonne qui propose depuis plus de 30 ans un catalogue de graines bio de grande qualité à découvrir dans leur boutique en ligne.
La ferme de Ste Marthe est un autre grainetier bio au catalogue intéressant en terme de variétés.
— Rachel et Pascal Poot sont des passionnés qui, eux aussi, militent pour la biodiversité dans nos assiettes. Ils ont donc lancé leur petite entreprise « Le potager de Santé » qui produit et vend des semences, plants et légumes bio sélectionnés pour leurs qualités nutritionnelles et gustatives, leurs résistances aux maladies, à la sécheresse ou aux excès d’humidité ainsi que pour leur productivité depuis plus de 20 ans.

Pour une même variété, la qualité des graines peut varier d’un semencier à l’autre pour diverses raisons (année, qualité de production, contexte de production…) mais n’oubliez pas que votre contexte aussi va beaucoup influencer la réussite de la germination.
N’hésitez pas à tester différentes semences et à partager vos expériences (bonnes ou mauvaises) dans les commentaires en dessous de l’article.

Produire ses graines selon son contexte

Il est, en effet, important de comprendre que toutes les graines que vous sèmerez ne seront pas forcément adaptées à votre contexte global unique (sol, climat, mais aussi votre contexte personnel : attention portée, temps consacré, façon de les cultiver, désherbage ou non, arrosage ou non, type d’amendement, de mulch…), seules vivront, se développeront et se reproduiront correctement celles qui auront su s’y adapter ! Comme dirait Darwin, la sélection naturelle fera son œuvre ! Cela implique qu’il faudra plusieurs saisons pour repérer et sélectionner les graines qui deviendront vraiment performantes, résistantes et productives dans votre contexte spécifique ! Rien ne sert de vouloir à tout prix reproduire les graines d’une plante qui, en fait, n’est pas adaptée chez vous, ce serait beaucoup d’effort pour un résultat bien décevant ! Dans la vidéo ci-dessous, Pascal Poot explique bien ces mécanismes de sélection. Il a, en effet, était médiatisé, pour sa façon, assez déconcertante pour un jardinier classique, de cultiver ses légumes « à la dure » sans eau.

Commencez petit puis étendez-vous…

Ce principe de permaculture illustre très bien l’attitude à adopter quand on veut commencer à produire ses propres graines ! Pour ne pas se décourager et parvenir à bien gérer sa première saison de récolte de graines, il nous semble primordial de commencer petit, par des choses très simples comme, par exemple, conserver les graines de vos courges issues de bonnes graines reproductibles que vous aurez fait pousser chez vous ! Après sélection des plus belles courges, récoltée à pleine maturité, lorsque le pédoncule est devenu ligneux, vous choisirez celles se conservant le mieux après récolte (il faudra donc faire preuve d’encore un peu de patience😃) et au moment de les cuisiner, au lieu de jeter les graines, vous les récolterez, les essayerez dans un torchon pour les nettoyer de la pulpe collée autour et les ferez sécher quelques jours à plat !

Principe-de-permaculture_Commencez-petit-puis-etendez-vous

Après, vous n’aurez plus qu’à les mettre en sachet en notant dessus la variété, ses caractéristiques et l’année de récolte de ces graines avant de les stocker à l’abri des fortes chaleurs, de l’humidité et des rongeurs qui en raffolent !!! Pour vous accompagner dans cette étape du stockage/rangement de vos graines, nous vous proposons, ci-dessous, un gabarit de sachet tout prêt à imprimer contenant déjà les principaux critères à préciser pour bien identifier vos graines. Ce sachet est inspiré d’un modèle proposé par Sandra Willauer sur son site spécialisé en contenus didactiques

fiche-sachet-graine-a-imprimer-permaculture-design

Se former, se documenter

Évidemment, il faut bien garder à l’esprit que cela ne se fera pas du jour au lendemain, ni même sans un minimum de formation ! Il faut du temps pour comprendre les cycles naturels de chaque plante. Participer à des échanges locaux de type bourses aux graines peut être très formateur dans ce domaine en écoutant simplement les conseils de ceux qui vous transmettent leurs graines !
L’idéal est évidemment de suivre une formation, comme celle que proposent, par exemple, Pascal et Rachel Poot avec leur association « les petites semences »… en cherchant un peu, vous devriez trouver assez facilement près de chez vous des associations qui dispensent ce type de formations courtes.

Pour ceux qui aiment se former par la vidéo, nous vous conseillons l’excellent coffret DVD intitulé « semences buissonnières » qui est un véritable manuel filmé rempli d’astuces pour apprendre à produire ses propres graines. Les 4 DVD très qualitatifs expliquent l’évolution de la plante de la graine à la graine. Ils facilitent la compréhension de la biologie des fleurs, des phénomènes de pollinisation, des gestes et méthodes utilisés pour les récoltes, l’extraction, le tri et le stockage des graines. Vous y découvrirez, pas à pas, la production de semences de 32 sortes de légumes plus 8 autres films décrivant des aspects techniques et théoriques de la production de semences. Vous trouverez ci-dessous, un extrait de ces vidéos en coffret DVD présentant l’oignon de la graine à la graine.

Si la vidéo est une voie intéressante pour se former à la production de graine ou à la méthodologie de design en permaculture par exemple, vous pouvez aussi vous former par la lecture. Nous vous conseillons, dans ce cas, le livre de Christian Boué « Produire ses graines bio ». Ce livre, facile d’accès, particulièrement adaptés aux personnes débutantes, revient sur les fondamentaux de la sélection (mécanismes de reproduction végétale, lois génétiques) et détaille toutes les étapes de la production des graines pour 55 plantes courantes (légumes, aromatiques, et fleurs).

produire-ses-graines-bio-permaculture-design-christian-boue-300

« Produire ses graines bio : Légumes, fleurs et aromatiques » de Christian Boué — 270 Pages, édité par Terre Vivante en 2012, prix environ 28 €.
Références complètes (éditeur, ISBN…), descriptions et avis des lecteurs sur :
Lien Amazon
Lien Decitre
Lien Unithèque

* Les graines hybrides F1 sont issues de la première génération d’un croisement végétal entre deux variétés distinctes d’une même espèce. La variété hybride ainsi créée bénéficie des caractéristiques génétiques des deux parents, souvent sélectionnés pour leur productivité, leur résistance aux maladies, leur conservation ou autre critère apportant des atouts à l’hybride.

créer, récupérer, conserver, stocker, multiplication, bio, reproduire, reproduction, produire, autonomie, autoproduction, adapté, contexte, contextuelle, reproductible, fleurs, légumes, aromatiques, médicinales, plantes, plants, jardin, jardinage, permaculture design, permacultureDesign

#PermacultureDesign #Permaculture #Graines #Semences #ProduireSesGraines #Jardin #Jardinage #abondance #JardinNaturel #JardinPermaculture #JardinPotager #PlantezVotreAbondance #potager #PotagerPermaculture #Multiplication #FaireDesEconomies #FaireSoiMeme #ApprendreEnVideo #dvd #IdeeLecture #autonomie #autoproduction #autoproduire #echanges #Plantes #Bio

Deux nouveaux composts de quartier à Montreuil!

Vous habitez la Boissière ou le Morillon à Montreuil? Vous allez bientôt pouvoir transformer vos épluchures en compost avec vos voisins et amis. Nous vous invitons à l’inauguration de ces nouveaux composts de quartier:

samedi 1er octobre sur la place Jules Verne à la Boissière :
16h30 Disco soupe avec Le Fait Tour; animation jardinage avec Dominique Goitino, initiation au compostage avec Le Sens de l’Humus et le Collectif Jules Verne S’Anime
17h30: premiers dépôts et inauguration officielle.

mardi 18 octobre entre 12h et 15h30 à l’espace Romain Rolland, 56 rue des Blancs Vilains:
12h Repas partagé: chacun apporte ce qu’il a cuisiné (et dans un petit seau chacun apporte les épluchures correspondant bien sûr ;))
13h30 -> 15h30 Formation au compostage + animation jardinage avec Dominique Goitino

Ces composts de quartier sont accompagnés par Le Sens de l’Humus, dans le cadre du programme local de prévention des déchets. Ils sont financés par Est Ensemble, le Syctom et la Région Ile de France.

 


Journées du patrimoine

Vous ne les connaissez pas encore…? Venez découvrir les mûrs à pêches dans le cadre des Journées du Patrimoine:

-Le jardin Gobétue sera ouvert dimanche 18 septembre après-midi, à partir de 14h (impasse Gobétue, accessible depuis la rue Saint Just, 93 100 Montreuil)

-Le jardin Pouplier sera ouvert de 14 à 17h samedi 17 septembre (Adresse: 60 rue Saint Antoine, 93 100 Montreuil)

 

 


Pourquoi faire pipi dans un arrosoir ?

Il y a tellement de bonnes raisons d’utiliser son urine pour fertiliser son jardin que ça serait vraiment dommage de vous en priver !

Contenant les fameux N,P,K (Azote, Phosphore, Potassium) dont nos plantes ont besoin pour bien se développer, notre pipi est, en effet, un formidable engrais naturel, gratuit et à la portée de tous !
Découvrez tout cela ci-dessous dans la première vidéo de notre nouvelle série, « La Minute de PermacultureDesign » !

Pour ceux qui souhaitent approfondir leurs connaissances sur ce sujet très intéressant, nous vous proposons les deux lectures suivantes :

Etude sur l'utilisation de l'urine pour fertiliser le jardin

Pour accéder à l’étude « Conseils Pratiques pour une Utilisation de l’Urine en Production Agricole » dont parle Benjamin dans la vidéo, cliquez sur l’image ci-contre.

Livre sur l'utilisation de l'urine pour fertiliser le jardin

« Urine, de l’or liquide au jardin » de Renaud de Looze
96 pages, édité par Terran Éditions en mai 2016, prix : environ 12 €
Pour lire les différents avis des lecteurs et obtenir les références complètes du livre :
Lien Amazon
Lien Decitre
Lien Unithèque

permaculture, design, permacultureDesign, pisser, faire pipi, uriner, utilisation, utiliser, arrosoir, arroser, naturel, azote, phosphore, potassium, fertilisant, fertilisation, économique, gratuit, alternative, vidéo, astuce, recette, jardinage, jardin, légumes

#PermacultureDesign #Permaculture #LaMinutePermaculture #FertiliserSonSol #jardin #Jardinage #FaireDesEconomies #FaireSoiMeme #QueFaireDeSonPipi #TechniquePermacole #Astuces #EngraisNaturel #PisserDansSonArrosoir #NPK

Les Portes ouvertes reprennent!

Ouverture des portes du jardin Pouplier ce samedi 10 septembre, à partir de 11h,
(60 rue St Antoine, Murs à Pêches): pique-nique, cueillette de fruits, bouquets de fleurs (dahlias notamment) chorale enchanteresse (16h30), massages relaxants (avec Florent), ce qui viendra à nous d’ici là et ce que bon vous semblera…
Au plaisir !

Capture d’écran 2016-09-06 à 10.38.04

 


La biodiversité des semences & leur échange sont libres

Communiqué du site Intelligence Verte  :

La Loi « Biodiversité » est une  victoire pour la biodiversité des semences cultivées

Les variétés du domaine public enfin libérées du carcan du « catalogue officiel » – payer 500€ pour chaque variété différente vendue notamment.

Mercredi 20 juillet 2016, l’Assemblée nationale a définitivement voté la loi « pour la reconquête de la biodiversité », après deux années de procédure législative et de nombreux revirements dans le contenu des dispositions législatives.

En tout état de cause, la loi donne une véritable bouffée d’oxygène à la biodiversité cultivée, par le biais d’un article 4 quater qui a lui-même connu de nombreuses vicissitudes, et qui est finalement devenu l’article 11 de la loi.

(…)

semences anciennes

Cela signifie que toutes les associations Loi 1901 pourront désormais donner, échanger et vendre des semences de variétés du domaine public *, qu’elles soient inscrites ou non inscrites au « catalogue officiel », à des jardiniers amateurs. Seules les exigences sanitaires de la réglementation sur le commerce des semences resteront applicables.

De nombreuses associations vont pouvoir bénéficier de ces dispositions et les petites entreprises qui ne pourraient jouir de cette dérogation seront amenées à créer des associations pour distribuer des variétés « hors catalogue ».

Les jardiniers vont désormais avoir accès à une gamme très étendue de graines, aux goûts, aux formes et aux couleurs bien plus diversifiées qu’auparavant. Il faut espérer que cette biodiversité se répandra très vite dans tous les potagers de France et d’ailleurs.

Permaculture au jardin

Objectifs recherchés

  • Éviter de perdre du temps & de l’argent
  • Arrêter de détruire la biodiversité dans mon jardin
  • Récolter des Fruits & Légumes en Abondance
  • Récoltez des Fruits & Légumes Savoureux
  • Obtenir les meilleures stratégies
  • Gagner du plaisir & du temps

Vous jardinez depuis plusieurs années, mais pas en Permaculture. Vous n’avez jamais jardiné & vous voulez mettre en place un jardin selon les principes & les stratégies de la Permaculture. Vous avez une toute petite surface pour produire, votre sol est à nu, il n’y a presque pas de vers de terre dans votre jardin, les limaces réduisent à néant tous vos efforts, bref une multitude de soucis, mais pas de solution. Pourtant une multitude d’informations contradictoires circulent sur internet mais ne vous permettent pas de savoir comment vous y prendre !

Vous voulez produire une multitude de Fruits & Légumes, Savoureux & Sains, sans vous éreinter, en multipliant la biodiversité dans votre jardin, & vous protéger des limaces & maladies !

Imaginez un jardin qui ressemblerait à une oasis d’Abondance en plein désert. C’est exactement ce que je vous propose. Créer un système fertile & productif, qui fonctionne presque tout seul. Tout ce qui est là fonctionne ensemble, il n’y a plus de déchet, tout devient une ressource qui aggrade le paysage, régénère les sols.

Pour cela, nous allons utiliser les principes, les stratégies pour choisir les techniques adaptées. Je vous présenterais aussi la Culture en 5 D, l’importance des interrelations, des semences,

Dimanche 9 Octobre 2016 de 10h à 16 h

Découvrez ce jour-là, les notions indispensables pour mettre en place un écosystème jardiné qui s’enrichit d’année en année, produit de plus en plus, éloigne les maladies de toute sorte, apporte de plus en plus de nutriments !

Pour résumer l’intérêt de cette journée

  • Un cours permettant de comprendre & décider ce que vous allez faire dans votre jardin

  • Un livret répertoriant les bases & l’application de la Permaculture au jardin

  • La certitude de ne plus vous tromper

  • Une méthode applicable immédiatement

  • Une production démultipliée

  • Une augmentation des nutriments 3 à 4 fois supérieur

  • La certitude de travailler avec la Nature & non pas contre elle !

Offre garantie 100% satisfaction

Je vous rembourse si vous n’êtes pas entièrement satisfait.

Achetez vos billets