Festival des murs à Pêches : appel aux arts et aux bénévoles

Le festival 2019 arrive à grands pas et s’annonce toujours plus fantasmagorique et délirant ! On sera heureux.se de te compter parmi nous cette année encore, que ce soit avant, pendant, ou après le festival, qui aura lieu le samedi 8 et dimanche 9 juin. Le festival vit et grandit d’année en année grâce à l’investissement de bénévoles

Le site de la Fédération des Murs à Pêches et pour les contacter : federationmursapeches@gmail.com

image.pngimage (1).png

Nouveau départ!

Bonjour à tous, Vous constaterez que le blog à fait peau neuve 🙂 Qui dit nouveau look, dit nouveau départ… De prochains changements et articles, qui je l’espère, vous plairons toujours autant. La refonte d’un site n’est pas une mince...

Les associations de légumes dans un potager en permaculture.

Les associations de cultures : on en parle beaucoup en jardinage, et ça fait bien longtemps que certains agriculteurs les pratiquent. Et bien avant l?homme, la nature le faisait déjà depuis des millions d?années. En permaculture, Bill Mollison nous invite à imiter le fonctionnement de la nature, alors allons-y?!

C?est quoi une association de culture au potager??

Associer des cultures, c?est imbriquer et cultiver plusieurs plantes différentes au même endroit et en même temps. On peut distinguer deux grands types d?associations :

  • Les associations allélopathiques : quand les plantes poussent, elles peuvent avoir une action positive ou négative sur leurs voisines. On peut donc profiter de ce phénomène pour améliorer nos récoltes.
  • Les associations « dans le temps et dans l?espace?» : toutes les plantes ne poussent pas à la même vitesse, et ne prennent pas la même place dans le sol ou au-dessus du sol. En choisissant bien, le jardinier ou maraîcher peut tirer parti de cette réalité.
Les associations de légumes au potager en permaculture permettent de maximiser vos récoltes tout en imitant la nature.

Exemple d?association de légumes : chou rave/betterave/salade, à tester au potager?!

Les associations de légumes que je pratique

Après avoir essayé les grands classiques décrits dans certains ouvrages comme « Le poireau préfère les fraises » ou « Les bonnes associations au potager », j?en suis arrivé à deux constats :

D?une part, les plantes censées s?entraider n?ont pas forcément les mêmes besoins (eaux, sol, soleil?). Ainsi, l?association « oignons-carottes », présentée comme un exemple de protection mutuelle ? la carotte éloigne la mouche de l?oignon, et l?oignon éloigne la mouche de la carotte ? met en ?uvre deux plantes aux besoins en eau opposés. La carotte en veut beaucoup, mais l?oignon non seulement se contente de peu, mais peut pourrir sur pied s?il en a trop?!

D?autre part, malgré de nombreux essais, je n?ai pas constaté de différences flagrantes quand j?associais et quand je n?associais pas. Ce qui ne veut pas dire que ça ne marche pas. J?ai reçu beaucoup de témoignages positifs sur ce genre d?associations.

Et c?est donc seulement quand j?ai renforcé ma volonté de densifier les cultures que j?ai commencé à imbriquer les cultures « dans l?espace et dans le temps ». Cette année-là, en divisant ma surface cultivée par 2, j?ai maintenu (et même augmenté un peu) ma production totale. J?ai, tout simplement, mieux utiliser l?espace, ce qui m?a permis de mieux « soigner » mon jardin (2 fois plus petit) et donc mes récoltes.

Les associations de légumes au potager en permaculture permettent de maximiser vos récoltes tout en imitant la nature.

Gros plan sur une des associations favorites de Jérôme : carottes / radis / tomates / salades pour une butte de culture très productive. ©Jérôme Boisneau

Je n?ai pas inventé toutes les associations que j?utilise. C?est à la fois des partages entre maraîchers et jardiniers, mais aussi des lectures (Eliot Coleman ? The new Organic Grower,John Jeavons ? How to grow more vegetables?, et Le manuel pratique de la culture maraîchère de Paris, écrit en 1845) qui m?ont permis de pratiquer aujourd?hui ces associations :

– Radis ? carottes ? haricots grimpants : si vos supports de cultures sont orientées Est-Ouest, profitez du microclimat ombragé provoqué par les haricots grimpants pour cultiver des radis et carottes au nord des haricots.

– Choux ? Carottes : sur une planche de 80 cm de large, une rangée de choux au milieu, et 3 rangs de carottes de chaque côté. Les deux on besoin de beaucoup d?eau au début : les carottes pour germer, les choux pour bien pousser, mais aussi pour lutter contre les altises.

– Choux ? laitues : au printemps et en été, après avoir planté des laitues tous les 30 cm, plantez un chou tous les 90 cm sur la ligne centrale. Les choux sont lents à prendre de la place, et les laitues rapides à être récoltées. Après la récolte des laitues, ajoutez un gros paillage pour le reste de la croissance des choux.

– Au pied des « grandes plantes » (tomates, poivrons ou aubergines), occupez l?espace avec des plus petites : laitues, betteraves, radis, carottes…

Invitez les vivaces comme l?oignon ciboule Ishikura un peu partout au jardin. En le coupant au ras du sol plutôt que de l?arracher, il repoussera pendant des années, quelle que soit la culture suivante (et passera même à travers un épais paillage). Mais attention, même s?il est costaud, il ne résistera pas trop aux fraises du motoculteur?

Les associations de légumes au potager en permaculture sont passionnantes et source d?apprentissages.

À gauche, les carottes aux pieds des tomates. À droite, les ciboules Ishikura aux pieds des poivrons, deux associations de légumes intéressantes. ©Jérôme Boisneau

Et enfin, ma préférée, que je pratique sous tunnel : l?association radis – carottes – tomates qui me permet de dépasser les 50 ? de récolte par mètre carré cultivé.

Pour chacune de ces associations, je fais attention à ce qu?elles ne me compliquent pas (ou peu) la récolte.

Les grandes classiques des associations potagères

La Milpa, ou « les 3 s?urs » est pratiquée depuis très longtemps en Amérique Centrale, où le maïs est associé aux haricots grimpants et aux courges. Le maïs sert de tuteurs aux haricots. Les haricots (légumineuses) captent l?azote de l?air et le stockent dans des nodosités au niveau des racines. Les courges font couvre-sol et limitent ainsi la prolifération d?adventices. Et le couple haricots-maïs fait de l?ombre aux courges qui supportent mal le plein soleil en été. Bref, un parfait exemple d?association?!

Basilic ? Tomates : on voit souvent le basilic au pied de tomates. Et c?est vrai que ça se passe bien entre eux. Mais est-ce pour favoriser mutuellement ces plantes, ou bien parce qu?en cuisine elles s?assemblent plutôt bien et qu?on a simplement envie de les récolter en même temps?? À vous de vous faire votre idée sur la question ?

Comment créer VOS associations de légumes??

Tous ces exemples ne vous conviennent peut-être pas. Alors, pourquoi ne pas créer vos propres associations. Comment?? En tenant compte de pas mal de paramètres, et en faisant des essais.

Les associations de légumes au potager en permaculture sont passionnantes et source d?apprentissages.

Autre exemple, l’association asperges/fraises, testée et approuvée depuis 3 ans par Magalie, de l?équipe PermacultureDesign?!

Les associations de légumes au potager en permaculture sont passionnantes et source d?apprentissages.

Autre exemple, l’association asperges/fraises, testée et approuvée depuis 3 ans par Magalie, de l?équipe PermacultureDesign?!

Le paramètre principal est la taille de la plante, ou l?étage dans lequel elle se trouve. Un peu comme dans un mini jardin-forêt. Les radis sont à l?étage du bas, et les tomates occupent les étages supérieurs. Mais la vitesse de croissance est importante aussi : au pied des courgettes, il y a beaucoup de place lors de la plantation. Mais en quelques semaines, la courgette recouvre toutes les cultures qu?on aurait pu implanter autour d?elle.

Les associations de légumes au potager en permaculture permettent de maximiser vos récoltes tout en imitant la nature.

Sur cette butte, les laitues à côté des courgettes sont déjà bien développées, mais? © Jérôme Boisneau

? elles vont se faire rapidement recouvrir par les courgettes?! © Jérôme Boisneau

Les essais restent importants, surtout pour apprendre d?éventuels effets indésirables de certains voisinages. Chez moi, les aubergines n?ont pas apprécié la roquette plantée à leurs pieds.

Les associations de cultures sont passionnantes, aussi bien en maraîchage qu?en grande culture ou au verger. Elles donnent lieu à de multiples essais un peu partout, alors n?hésitez pas à partager les vôtres ? bonnes ou mauvaises ? dans les commentaires tout en bas.

À bientôt,

Jérôme BOISNEAU / Permaraicher

Jérôme Boisneau

Jérôme Boisneau

Paysan maraîcher en permaculture depuis 2009, Jérôme BOISNEAU a gardé de sa formation d?ingénieur l?esprit de recherche et d?expérimentations. Il a créé en 5 ans une microferme résiliente et économiquement viable, et partage tout ça à la fois sur son blog www.permaraicher.com et dans des vidéos, conférences ou formations.

Conseils de lecture pour aller plus loin?

Vous retrouverez ci-dessous plusieurs ouvrages intéressants sur les associations potagères dont ceux cités par Jérôme dans son article :

Trees for Gardens, Orchards and Permaculture

« Le poireau préfère les fraises »

Les meilleures associations de plantes

Livre Hans Wagner
111 pages, édité par Terre Vivante en 2001.
?
Prix : environ 14.70 ?
?
Références complètes (éditeur, ISBN?), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon   |   Decitre  |  Unithèque

Trees for Gardens, Orchards and Permaculture

« Les bonnes associations au potager »

Livre Noémie Vialard
150 pages, édité par Rustica en 2007.
?
Prix : environ 7,95 ?
?
Références complètes (éditeur, ISBN?), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon   |   Decitre  |  Unithèque

Trees for Gardens, Orchards and Permaculture

« Un jardin sain grâce aux cultures associées »

Légumes, herbes aromatiques et médicinales, fruits et fleurs

Livre Gertrud Franck
256 pages, édité par Imagine un colibri en 2013.
?
Prix : environ 23,00 ?
?
Références complètes (éditeur, ISBN?), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon   |   Decitre  |  Unithèque

Le jardinier-maraîcher : Manuel d?agriculture biologique sur petite surface

« Manuel pratique de la culture Maraîchère de Paris »

J. G. Moreau et J. J. Daverne
378 pages, édité par Editions CreateSpace Independant Publishing Platform en 2016.
?
Prix : environ 23 ?
?
Références complètes (éditeur, ISBN?), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon    |   Decitre    |   Unithèque

Pour ceux qui lisent l?anglais :

Le jardinier-maraîcher : Manuel d?agriculture biologique sur petite surface

« How to grow more vegetables »

(and Fruits, Nuts, Berries, Grains, and Other Crops) Than You Ever Thought Possible on Less Land Than You Can Imagine

John Jeavons
256 pages, édité par Editions Teen Speed Press en 2017.
?
Prix : environ 20 ?
?
Références complètes (éditeur, ISBN?), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon

Le jardinier-maraîcher : Manuel d?agriculture biologique sur petite surface

« The New Organic Grower »

A Master's Manual of Tools and Techniques for the Home and Market Gardener

Eliot Coleman
340 pages, édité par Editions Chelsea Green Publishing Co en 2017.
?
Prix : environ 18,20 ?
?
Références complètes (éditeur, ISBN?), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon

Associer vos légumes, oui, mais sur quel support de culture??

Pour éviter les échecs et pertes d?énergie inutiles, il faut avoir des supports de culture réellement adaptés à vos besoins, vos objectifs et votre contexte propre. Alors, avant de vous lancer au potager, trouvez le support de culture qu?il vous faut en suivant notre formation en ligne « Choisissez votre support de culture idéal ». Pour en savoir plus, cliquez sur le bouton ci-dessous.

Vous souhaitez produire tout ou partie de votre alimentation en la cultivant vous-même ? Faire des buttes ne sera pas forcément une bonne idée dans votre cas. Trouvez le support de culture le plus adapté à votre contexte et vos objectifs de production grâce à notre formation vidéo en ligne « Choisissez votre support de culture idéal ».

Mots clés
légume, association, potager, jardin, fruits, fleurs, biodiversité, cultures associées, culture, plantes, jardinage, production, nourriture, autonomie alimentaire, support, butte, maraîcher, maraîchage, formation, permaculture, design, permacultureDesign

#PermacultureDesign #Permaculture #AssociationsPotageres #BienAssocierSesLegumes #Jardin #Potager #Legumes #JeromeBoisneau #JardinPermaculture #JardinPotager

Sur le même thème

Pour aller plus loin

N'hésitez pas à jeter un coup d'?il à nos ressources

Abonnez-vous à la Newsletter !

et ne ratez plus aucun de nos contenus !

Votre prénom* Votre email*

Si vous ne cochez pas la case ci-dessus, nous ne pouvons pas vous envoyer notre eBook compte tenu de nouvelle législation en vigueur.
Votre adresse mail et votre prénom seront enregistrés dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité. Ces données personnelles ne seront bien évidemment jamais partagées ou revendues à qui que ce soit.

20 mars : atelier jardinage et petit marché de printemps

Ateliers de jardinage durable

avec le Sens de l’Humus

Une fois par mois, 1 atelier gratuit,
sur un thème différent !
Venez jardiner !

 

Mercredi 20 mars 2019
14 h – 16 h 30

Point sur les graines,

c’est le moment de semer

Inscription obligatoire auprès de christophe.humus@gmail.com

 

Jardin Pouplier – 60 rue Saint Antoine – 93100 Montreuil
Bus 102 ou 121 arrêt Danton,
ou 15 min à pieds depuis la mairie de Montreuil

En parallèle de cet atelier nous accueillons également Pauline

des Herbes Libres pour un petit marché de printemps  !

Affiche 20 mars jardin.jpg

L’élevage en permaculture sur une microferme agroécologique

Sur une ferme ou dans un potager, l?animal a toute sa place. La nature ne peut s?en passer dans n?importe lequel de ses paysages, du désert à l?océan, d?une manière ou d?une autre, il est omniprésent. Ne soyons pas à nouveau l?exception et apprenons à travailler (ou retravailler) avec lui.

Pourquoi une séparation homme / animal en agriculture ?

Il y a encore peu, l?agriculture dite paysanne élevait les animaux pour répondre à un besoin alimentaire, mais n?oubliait pas dans sa démarche la fonction première de ce dernier dans l?écosystème et s?en servait dans le travail de la ferme. Ainsi, le cochon, grand fouisseur de la terre avec son groin toujours à la recherche de vers de terre et de racines, servait à défricher ou à nettoyer un champ après la récolte d?une culture envahissante.

Sous le coup du progrès et de la mécanisation, l?illusion qu?il serait possible de produire plus en rendant la tâche moins pénible au fermier est devenue alléchante. Les animaux et la culture ont été séparés au profit des tracteurs.

Conseils avisés d?agriculteurs paysans sur l?élevage d?animaux en permaculture dans une microferme agroécologique.

Traction avec un âne à la ferme Le Champ du Ver Luisant (57) ©AMEM 57

Quel type d?animaux choisir sur une microferme en permaculture ?

En permaculture, nous ne perdons jamais de vue qu?un élément doit avoir plusieurs fonctions, il en va de même avec les animaux. Ils auront donc différentes utilités, parfois s?imbriquant même.

Principe de permaculture : Un élément remplit plusieurs fonctions

Commençons déjà par distinguer les animaux de consommation et ceux utiles, bien que les rôles puissent s?inverser.

Le porc et la volaille, considérés en général comme des animaux de consommation, ont une fonction extrêmement utile, celle de manger les restes ainsi que les fruits et légumes non consommables. Ils procurent également du fumier indispensable aux cultures.

Le cochon, comme nous l?avons évoqué plus haut, fait en amont d?une culture tout un travail du sol. Il est élevé du printemps à l?hiver, si vous l?achetez à l?état de porcelet, et lorsque le froid arrive, il sera tué et transformé afin de vous nourrir au moment où votre corps a besoin d?une pitance plus conséquente. Ses saucissons et lards seront également mieux conservés à la saison froide. Un autre avantage des cochons que nous avons découvert il y a peu, en leur donnant vos branches d?arbres fraîchement taillées, ils vont se nourrir des feuilles et de l?écorce, qui soit dit en passant sont une belle source de minéraux et de vitamines, pour vous rendre des troncs d?une propreté inégalée sans oublier de s?amuser avec au passage. Il n?y aura plus qu?à les couper en bûches pour vous chauffer à la saison froide. Pour les brindilles, faites des tas dans le potager pour créer des habitats à nos amis les insectes auxiliaires.

La poule, servant également pour le travail du sol, sera plus efficace pour nettoyer potagers et vergers des petites bêtes ravageuses. L?avantage de cette dernière, c?est qu?elle procurera de bons oeufs frais tout le long de sa vie avant de vous régaler en poule au pot.

Autre animal, atypique, mais cependant fort intéressant, la dinde. Notre ami Stefan Sobkowiak, de la Ferme Miracles au Québec, nous apprend que dans un verger, elles se déplacent en bande alignées, comme des chasseurs lors d?une battue, et ratiboisent toute la zone en vous débarrassant d?une grande partie des rongeurs.

Le mouton mangera l?herbe entre les arbres du verger, nettoiera le sol des fruits non consommables. Attention tout de même à ne pas le laisser trop longtemps sur une même parcelle, car il risque de trop tasser votre sol. Cela dit, son pied fin peut être un avantage, rentrant dans les trous des mulots, il abîme leurs galeries et par conséquent les chasse, car le mulot n?aime pas être dérangé.

Avec les brebis, il sera possible de faire du fromage.

Conseils avisés d?agriculteurs paysans sur l?élevage d?animaux en permaculture dans une microferme agroécologique.

Sur la Ferme du Vieux Poirier, les cochons nettoient les branches fraîchement coupées. Elles serviront de petit bois pour allumer le feu. ©La Ferme du Vieux Poirier

L?âne et le cheval, quant à eux, sont à mettre dans la catégorie des animaux utiles. Les maraîchers, les viticulteurs et les débardeurs s?en serviront pour la traction. Ils produisent du fumier, tondent l?herbe, empêchent la pousse d?arbre et ralentissent le développement des haies. En fin de carrière, nos ancêtres, bien plus logiques et rationnels que notre génération, afin de boucler la boucle, les auraient transformés pour que d?utiles ils deviennent de consommation. En sommes-nous encore capables ? J?en doute ? quoique l?âne à toutes les chances de s?en sortir, car mis dans le parc des poules il est un très bon chasseur de renard. À l’affût de tout étranger s?introduisant dans son enclos, il est capable de charger l?intrus et de le chasser à coup de sabot.

Les extraordinaires abeilles sauvages et domestiques sont essentielles à nos écosystèmes. Les abeilles sauvages, même si elles ne produisent pas pour l?homme, rendent le plus grand des services en pollinisant de nombreux végétaux. Sans elles, pas de mise à fruit.  Comment favoriser leur présence ? En leur offrant le gîte et le couvert ?, plantez la biodiversité qui va les attirer chez vous, ne coupez pas dans certaines zones votre herbe, car les herbes hautes sont propices pour créer un nid, installez hôtels à insectes, des petits dômes de pierres sèches, des tas de bois morts ou de branchages ou encore, laissez quelques vieux tubes de ferrailles à l?horizontale sur un tas de bois, elles adorent y vivre. Les abeilles domestiques, tout en produisant cette fois-ci du miel, de la propolis et de la cire, auront le même rôle de pollinisation. Cependant, elles restent plus fragiles et sortent au printemps de la ruche plus tardivement alors que leurs homologues sauvages sont déjà en train de butiner. Vous pouvez pour elles soit installer une ruche horizontale soit une ruche de garde* dans un tronc.

Conseils avisés d?agriculteurs paysans sur l?élevage d?animaux en permaculture dans une microferme agroécologique.

Une abeille qui butine une fleur de pissenlit. ©Clémentine Challet

La chèvre, utile, consommable ? Elle fait un super fromage, pour le reste, les contraintes sont plus importantes que les avantages. Si vous ne souhaitez pas de fromage, passez votre chemin et ne succombez pas à la tentation du citadin arrivé à la campagne avec un vieux rêve celui d?avoir un potager, un verger et une chèvre. Croyez-moi c?était mon cas ! Après quatre années à refaire des clôtures, le potager dévasté et tant d?autres choses encore, j?ai capitulé.

Le chien et le chat sont deux alliés purement utiles.

Le chien sera le gardien, nombre de cambrioleurs ou tout simplement de voleurs de tomates et de fruits n?oseront pas rentrer dans le potager s?il est gardé par un imposant compagnon. Dans un verger, juste par son odeur, il éloignera les chevreuils qui voudraient s?attaquer à l?écorce de vos troncs. Petit conseil en aparté, pensez à laisser des gourmands pousser par-ci par-là autour de vos troncs et jusqu?à 1.20m du sol environ. Les chevreuils s?occuperont de les grignoter et l?écorce de vos troncs sera épargnée.

Le chat, quant à lui, est un chasseur invétéré de rongeurs. Attention tout de même, car il chasse également les oiseaux comme la mésange, mangeuse de chenilles, et d?autres petits animaux partant de la musaraigne, croqueuse de larve, à la grenouille, adepte de limaces et autres insectes. Pensez donc à réguler son impact en stérilisant si c?est une femelle pour ne pas avoir toute une flopée de chats chez vous, en mettant les nichoirs, abreuvoirs et mangeoires hors de sa portée.

Conseils avisés d?agriculteurs paysans sur l?élevage d?animaux en permaculture dans une microferme agroécologique.

Les chiens, gardiens à La Ferme du Vieux Poirier(67) ©La Ferme du Vieux Poirier

Posez-vous bien les bonnes questions avant d?adopter une bête et soyez certains des avantages, car une fois chez vous il faudra l?assumer pour son confort et sa sécurité. Et n?oubliez pas les coûts pour la création de son lieu de vie, parc, nourriture, soins. Plus le nombre de résidents sera grand plus cela vous en coûtera. Le surnombre peut même engendrer l?effet inverse recherché et être plus destructeur qu?une réelle aide.

En permaculture, comment recréer le biotope de l?animal ?

La plupart des animaux d?élevage sont issus du milieu forestier. Comme évoqué dans un précédent article  les jeunes paysans que nous avons été à nos débuts l?avaient oublié. Pensant bien faire, laissant plus de place à nos volailles et nos porcs que dans le cahier des charges bio. Cependant cela n?a pas suffi à leur bien-être. Là encore, les humains que nous étions avaient oublié de regarder comment ces bêtes vivent dans la nature : en sous-bois ! Cela dit, c?est plutôt logique, la grande majorité des animaux s’adapte plus facilement à vivre dans un tel milieu que dans un champ totalement dénudé, mais faudrait-il ne pas l?avoir oublié.

Il faudra planter dans les parcs :

  • Arbres fourragers (saule, frêne, robinier faux-acacia, tilleul, mûrier, etc.). L?arbre fourrager dépasse largement ses fonctions en apportant un bon nombre d?avantages : piquet de parc pour l?acacia, bois de chauffage et petit bois ne sont que quelques exemples parmi les nombreux services qu?ils peuvent nous rendre. Les fruits du mûrier sont un délice pour les volailles.
  • Arbustes à petits fruits (sureau noir, aronia, genévrier, arbre aux faisans, etc.). Il s?agit ici de créer un couvert assez bas pour les volailles qui aura pour deuxième fonction de les nourrir avec la production de fruits. Pensez à vérifier les dates de cueillette de chaque espèce afin d?avoir des variétés qui s?étalent un maximum sur la saison ainsi le besoin d?apport externe en nourriture sera moins important.
  • Des rosacées comme l?églantier. Feuilles et fruits sont, pour la plupart des animaux, un vrai régal. Mettez-les en bordure des parcs pour renforcer les clôtures et démotiver tout éventuel fuyard ou intrus.
  • Et même des ronces qui hébergent papillons et petits mammifères tout en produisant des fruits. Adepte de la vannerie sauvage, les tiges de ronces n?ont pas leur égale !
Conseils avisés d?agriculteurs paysans sur l?élevage d?animaux en permaculture dans une microferme agroécologique.

Création d?un biotope dans le parc à poules au Jardin-Forêt de la Forêt-Gourmande (71) ©Jardin-Forêt de la Forêt Gourmande

Trop souvent, nous nous concentrons sur les animaux domestiques en oubliant les auxiliaires qui sont nos premiers alliés dans la lutte des ravageurs. Ainsi en leur créant un biotope adéquat et des habitats vous verrez les nuisibles et maladies fondre comme neige au soleil. La coccinelle se régale de pucerons, grenouille, orvet et hérisson mangeront limaces et escargots, la chauve-souris est une grande prédatrice d?insectes volants dont les moustiques qu?elle dévore au nombre de 500 par heure, les oiseaux picorent les chenilles, la belette est une croqueuse de mulot, les hyménoptères (abeille, guêpe, fourmis, frelon) mangent des insectes, pollinisent, etc. Tout ceci forme une boucle vertueuse.

Quelques petits travaux simples pour inviter la faune sauvage chez vous :

  • Hôtel à insectes
  • Nichoirs pour les oiseaux, mais aussi pour les chauves-souris
  • Sandarium : creuser un trou de 50cm de profondeur sur 1m2, remplir d?un sable épais, y déposer des pierres et rondins de bois tout en laissant des zones de sables. La plupart des hyménoptères sont fouisseurs et nichent dans le sol. Il faudra penser à nettoyer régulièrement cette zone de la végétation.
  • Caveau à insectes : creuser un trou carré ou rectangulaire, mais d?au moins 50cm de profondeur, y déposer du bois mort jusqu?à ce qu?il dépasse d?au moins 50cm
  • Zone maigre : un tas de pierres posées sur du sable et tout autour des fleurs
  • Un tas de bois pour notre belette
  • Une petite mare autour de laquelle vous aurez laissé la végétation pousser naturellement. Les grenouilles s?y installeront rapidement. Pensez à vérifier le niveau d?eau lors de sécheresse et à lui prévoir des berges en pente douce avec plusieurs profondeurs différentes pour favoriser l?installation des végétaux comme des animaux sauvages.
  • Tondez tardivement votre herbe, fin août, ou laisser des zones non tondues, beaucoup d?animaux et insectes y vivent.

Vous avez désormais toutes les cartes en main pour une bonne réflexion, mais le mieux c?est encore d?expérimenter et de voir avec quel animal vous avez le plus d?affinités. Ceux dont vous aimeriez vous occuper, ceux que vous tolérez, car utiles, ceux qui vous sortiront par les trous de nez  et il y en aura !

Il vous faudra du courage, mais très souvent la relation homme / animal apporte bien plus qu?une utilité ou de la pitance, c?est un lien fort qui se crée. Une présence dont il est difficile de se passer.

*Une ruche de garde est une ruche où l?homme n?interviendra pas, ne prélèvera pas de miel, afin d?avoir des abeilles plus résistantes.

Un petit clin d?oeil et un grand merci à Hyménoptéra pour leur travail et toutes les informations qu?ils mettent à dispositions sur les auxiliaires.

Pour aller plus loin notre livre La microferme agroécologique paru aux éditions de Terran.

Trees for Gardens, Orchards and Permaculture

« La microferme agroécologique »

« Une agriculture circulaire où tout est valorisé grâce à la permaculture  »

Livre de Lauriane et Charles Durant
320 pages, édité par Edition Terran en 2019.
?
Prix : environ 23 ?
?
Références complètes (éditeur, ISBN?), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon   |   Decitre   |   Unithèque

Concevez votre projet en permaculture grâce au design !

Lauriane et Charles suivent depuis 2016 notre formation vidéo en ligne sur le design de permaculture pour avancer plus sereinement dans la transformation de leur microferme. Vous aussi, laissez-vous guider par cette formation en ligne pour concevoir vous-même, pas à pas, en toute autonomie, le projet permacole qui vous correspond. Cliquez sur le bouton ci-dessous pour en savoir plus.

Invitez la permaculture dans votre jardin

Vous souhaitez créer ou transformer votre jardin grâce à la permaculture mais ne savez pas comment vous y prendre ? Laissez-vous guider pas à pas en suivant notre formation vidéo en ligne « Invitez la permaculture dans votre jardin ! ».

Mots clés

Microferme, Élevage, Permaculture, animal, animaux, cochons, porcs, ovins, bovins, volailles, poules, canards, oies, moutons, chèvres, ânes, cheval, agroécologie, agriculture paysanne, paysans, traction animale, animaux domestiques, chiens, chats, coût, biotope, planter, plantations, arbres, arbustes, milieu forestier, élever, service, consommation, formation, permaculture, design, permacultureDesign
#PermacultureDesign #Permaculture #ElevageEnPermaculture #MicroFermeEnPermaculture #FermeDuVieuxPoirier

Sur le même thème

Pour aller plus loin

N'hésitez pas à jeter un coup d'?il à nos ressources

Abonnez-vous à la Newsletter !

et ne ratez plus aucun de nos contenus !

Votre prénom* Votre email*

Si vous ne cochez pas la case ci-dessus, nous ne pouvons pas vous envoyer notre eBook compte tenu de nouvelle législation en vigueur.
Votre adresse mail et votre prénom seront enregistrés dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité. Ces données personnelles ne seront bien évidemment jamais partagées ou revendues à qui que ce soit.

Une monnaie permaculturelle?

« Si la population comprenait le système bancaire, je crois qu’il y aurait une révolution avant demain matin. » Henri Ford   Nous allons continuer notre exploration des différentes « pétales » de la fleur de la permaculture avec une halte inattendue dans le champs économique. Nous le savons, dans un système global, on ne peut isoler les éléments […]

L’article Une monnaie permaculturelle? est apparu en premier sur Prise de Terre.

Redécouvrons la cueillette des plantes sauvages comestibles…

Fruits et légumes en agriculture conventionnelle : un bilan nutritionnel déplorable

Vous connaissez tous le fameux conseil « Pour votre santé, manger 5 fruits et légumes par jour ». En fait, il faudrait plutôt dire aujourd?hui « mangez entre 30 à 50 fruits et légumes par jour »?pas évident n?est-ce pas ?

À titre d?exemple, une étude canadienne, menée en 2002, a révélé qu?une pêche d?aujourd?hui contient vingt-six fois moins de vitamine A qu?elle en contenait en 1950, de même qu?une pomme d?aujourd?hui (en plus du fait que ce soit un des fruits les plus traités chimiquement) contient presque 100 fois moins de nutriments qu?en 1950?et les exemples de ce type sont très nombreux: pour rivaliser avec un seul de leurs homologues de 1950, il faudrait manger aujourd?hui 5 oranges ou encore 5 bananes. Les pommes de terre ont perdu la quasi-totalité de leur vitamine A, plus de la moitié de leur vitamine C et de leur fer?

Aussi, à l?heure où les nutriments essentiels à notre bonne santé sont de plus en plus absents des fruits et légumes issus de l?agriculture conventionnelle, il est plus que nécessaire de trouver de nouvelles sources d?alimentation riche en nutriments.

Le problème est de savoir où chercher? Ne consommer que des fruits et légumes bios est déjà une bonne chose, mais ce n?est pas à la portée de toutes les bourses, ni la panacée, car la diminution du nombre de variétés cultivées, même en bio, (avec la disparition totale de certaines variétés anciennes) a également réduit (dans de moindres proportions que pour l?agriculture conventionnelle) la valeur nutritionnelle de beaucoup de fruits et légumes.

 

Une solution simple très permaculture : la cueillette des plantes sauvages comestibles

La solution est pourtant « ridiculement simple » (comme dirait un certain Bill Mollison 😉 ) : il faut apprendre à redevenir cueilleur de plantes sauvages en se tournant de nouveau vers la nature qui nous a fait naître et dont nous nous sommes trop longtemps séparés !

En permaculture, on recommande la cueillette de plantes sauvages comestibles pour une alimentation saine et nutritive offerte par la nature !

Farandole de fleurs sauvages comestibles pour décorer et agrémenter vos salades !

Pourquoi faire cet effort ? Parce que la nature nous offre, à portée de main et d?assiette, tout ce dont notre corps a besoin, pour peu qu?on se donne la peine d?apprendre à reconnaître, cueillir et cuisiner la ribambelle de plantes sauvages comestibles qu?elle propose, gratuitement, en libre service 😉 et ce sans même avoir à cultiver !

Comme on dit : « y?a qu?à se baisser » !!!

Principes simples pour une cueillette sauvage en toute sécurité

Évidemment réapprendre la cueillette des plantes sauvages comestibles nécessite un minimum d?investissement de votre part, car ce n?est pas aussi facile que d?aller au supermarché du coin : il faut tout d?abord prendre le temps de se former pour ne pas faire n?importe quoi, car si la nature donne beaucoup, elle peut aussi reprendre et des intoxications alimentaires, parfois graves, sont possibles si on pratique la cueillette à la légère.

Cependant, pas de panique, inutile d?avoir de trop fortes craintes, car la grande majorité des plantes sauvages poussant sous notre climat européen tempéré sont comestibles ! Les plantes toxiques et réellement dangereuses pour l?homme sont peu nombreuses et très clairement identifiées, il suffit de les connaître et d?être vigilant !

En permaculture, on recommande la cueillette de plantes sauvages comestibles pour une alimentation saine et nutritive offerte par la nature !

Avec un peu d?expérience et un minimum de connaissances, on peut se régaler sans risque avec les plantes sauvages : ici de délicieux beignets de consoude.

Où cueillir vos plantes sauvages comestibles ?

Pour commencer, on ne cueille pas les plantes sauvages que l?on souhaite consommer n?importe où ! Il y a des risques de pollutions aux produits chimiques comme les engrais de synthèse, les pesticides et autres produits en « cides » ainsi que des pollutions par des métaux lourds tel que le plomb. C?est pourquoi on évitera, à tout prix, les cueillettes aux bords des routes trop fréquentées, des champs, des vignes et des vergers cultivés en agriculture conventionnelle, près d?endroits souillés par des déjections animales, près d?élevage de ruminants. Choisissez plutôt des chemins de balade éloignés des grands axes, les bosquets, forêts et clairières ou, plus simplement, si vous avez un jardin sans problème de pollution antérieur particulier ou sans bordure directe avec une grande route ou une culture agricole polluante, vous pouvez tout à fait faire cette cueillette directement chez vous, sur le pas de votre porte !

En permaculture, on recommande la cueillette de plantes sauvages comestibles pour une alimentation saine et nutritive offerte par la nature !

On n?est pas obligé d?aller loin pour trouver une grande variété de plantes sauvages comestibles, un simple tour au jardin peut suffir ?

N?oubliez pas non plus de vous assurer que vous êtes autorisé à cueillir sur le lieu que vous avez choisi. Il y a, en effet, des zones naturelles protégées où la cueillette de certaines plantes est interdite ! Et si vous avez repéré un super coin, mais qu?il s?agit d?une propriété privée, assurez-vous d?avoir l?accord du propriétaire pour éviter les ennuis. ?

Comment éviter les pollutions organiques lors de vos cueillettes sauvages ?

Même si les cas de maladies avérés sont très rares, il faut quand même avoir conscience que certains parasites naturels peuvent être présents sur les végétaux que vous cueillez.

La douve du foie (fasciola hepatica), en lien avec la présence de mammifères parasités (élevages de vaches, moutons?) à proximité, peut être présente, sous forme de larve, sur les végétaux qui se trouvent aux bords des cours d?eau et autres eaux stagnantes dans lesquelles viennent s?abreuver ces animaux. On évitera donc ce genre de contexte pour la cueillette. Mais s?il vous arrive d?en ramasser dans ces conditions, un lavage soigneux et systématique des plantes avant consommation sera indispensable et seule une cuisson (au moins 5 min à 70°C) pourra totalement éradiquer les larves.

Quant à la toxocarose transmise par les chiens et les renards ou la toxoplasmose transmise par les chats, elles seront, elles aussi, totalement éliminées lors de la cuisson.

De même pour les deux principaux types d?échinocoques (vers parasites) pouvant sévir en France, ils sont transmis principalement via les déjections de chiens et de renards et parfois de chats, mais une simple cuisson éliminera entièrement tout risque de contamination !

Nous voyons déjà les cheveux de certains d?entre vous se hérisser sur leur tête à l?idée de risquer de telles contaminations. Rassurez-vous, non seulement ces parasites ne sont pas présents partout, mais en plus notre système immunitaire humain a du répondant. Pour relativiser, rappelons simplement que partager au quotidien la vie de vos animaux domestiques préférés, chiens et chats en première ligne, comporte plus de risque de contamination que la consommation de végétaux ! Alors il serait vraiment dommage de se priver de merveilleuses cueillettes sauvages. Une personne avertie en vaut deux à ce qu?il parait, donc ayez conscience de ces risques, mais ne les laissez pas prendre le dessus et vous empêcher de profiter des plantes sauvages comestibles ? !

Débuter dans la cueillette des plantes sauvages comestibles :

Comme on l?entend souvent lors de la saison des champignons, des intoxications alimentaires graves sont possibles pour qui n?est pas vigilant sur ce qu?il ramasse. Ce sera pareil pour la cueillette des plantes sauvages !

La règle d?or du cueilleur est de ne ramasser que les plantes sauvages dont vous êtes sûr à 200% de la comestibilité. Dès lors qu?il y a un doute, il suffit de ne pas cueillir !

Or rappelons-le à nouveau, les plantes réellement toxiques et dangereuses sont peu nombreuses et facilement identifiables avec un peu d?exercice.

En permaculture, on recommande la cueillette de plantes sauvages comestibles pour une alimentation saine et nutritive offerte par la nature !

Ici une fleur d?apiacée particulièrement gouteuse : le fenouil.

Ainsi, on fera particulièrement attention à certaines familles de plantes regroupant des comestibles et des toxiques pouvant être facilement confondues. C?est le cas, notamment, de la famille des Apiacées (anciennement appelée Ombellifères) qui regroupe d?un côté la carotte sauvage, excellente comestible, et de l?autre la petite et la grande cigüe (plante à la base de la confection du poison mortel bu par Socrate dans la Grèce Antique?) !!! Évidemment, il y a des clés d?identification formelle qui permettent de récolter la carotte sauvage, mais tant qu?on ne les a pas apprises et bien assimilées, on ne cueille pas ce type de plante !

De même, la famille des liliacées regroupe d?un côté l?excellent ail des ours et de l?autre le muguet et la colchique dont les feuilles toxiques peuvent être confondues avec le fameux ail sauvage !

C?est pour cela aussi qu?un cueilleur averti prendra toujours le soin, pour sa récolte, de se munir de plusieurs sachets papiers (éviter absolument le plastique accélérant le flétrissement des feuilles cueillies) afin de pouvoir ne mettre qu?une seule variété de plante par sachet. Cela facilite ensuite grandement le tri et le nettoyage de sa récolte avant consommation !

En permaculture, on recommande la cueillette de plantes sauvages comestibles pour une alimentation saine et nutritive offerte par la nature !

Tri et nettoyage avant confection d?un gâteau aux graines de fenouil sauvage !

En permaculture, on recommande la cueillette de plantes sauvages comestibles pour une alimentation saine et nutritive offerte par la nature !

Récolte de plantes sauvages comestibles triées par variétés

Cela vous semble compliqué, hors de votre portée ? Détrompez-vous ! Comme l?abondance est un état naturel, le nombre de plantes sauvages communes et comestibles est tel qu?il est rapidement facile, même pour un novice, d?en reconnaître entre 5 et 10 toutes excellentes pour notre santé !

En voici quelques-unes parmi les plus communes et les plus facilement identifiables : l?ortie (5 fois plus riche en calcium que le lait), le pissenlit (4 fois plus riche en calcium que le lait), la pâquerette, la marguerite, le trèfle, le plantain (le grand, le lancéolé), la violette, la bourrache, la capucine, le pourpier, la petite oseille, la primevère officinale (aussi appelé le coucou), la consoude, le chénopode blanc, l?amarante, la mauve, le souci?

En permaculture, on recommande la cueillette de plantes sauvages comestibles pour une alimentation saine et nutritive offerte par la nature !

Fleur de bourrache, au goût délicat, très facilement identifiable et du plus bel effet dans vos salades ?

En permaculture, on recommande la cueillette de plantes sauvages comestibles pour une alimentation saine et nutritive offerte par la nature !

Mauve, souci, bourrache, capucine, violette, oxalis?un régal pour les yeux et les papilles !

Bref, même si vous êtes débutant en la matière, vous pouvez assez rapidement réintroduire dans votre assiette ces plantes sauvages bourrées de nutriments essentiels ! Il suffit de le vouloir 😉

Vous l?aurez compris, apprendre à redevenir cueilleurs et consommateurs de plantes sauvages comestibles est une des clés pour retrouver les nutriments essentiels qui manquent tant aujourd?hui à notre alimentation ! Elles peuvent aussi nous aider à atteindre plus facilement un certains niveau d?autonomie alimentaire, car elles poussent sans avoir besoin de nous et on peut en trouver en toute saison même si le printemps et l?été sont les périodes où il y a le plus d?abondances. Elles nous permettent également de retrouver une place, un lien à la nature où nous ne sommes plus interventionnistes et productivistes en cultivant, mais seulement un maillon de la chaine alimentaire dépendant de la providence naturelle.

Se former pour savoir reconnaitre et utiliser pleinement, au quotidien, les plantes sauvages comestibles :

Pour devenir cueilleur en toute sérénité, apprendre, vous former sera un passage obligé ! Il existe de nombreux moyens pour cela. Pour commencer, peut-être trouverez-vous dans votre entourage ou dans des associations locales des personnes expérimentées dans ce domaine à même de vous transmettre leur connaissance sur le terrain. Renseignez-vous car au début du printemps, de nombreuses manifestations sur le thème de la nature proposent, parfois gratuitement, des balades botaniques ou ateliers de cuisine sauvage qui peuvent vous mettre le pied à l?étrier.

En permaculture, on recommande la cueillette de plantes sauvages comestibles pour une alimentation saine et nutritive offerte par la nature !

Salade agrémentée de plantes et fleurs sauvages comestibles.

Il existe aussi d?excellentes formations en ligne sur ce thème pour un apprentissage à votre rythme depuis chez vous. Nous en conseillons tout particulièrement deux.

Tout d?abord, notre coup de coeur, la formation vidéo en ligne du Chemin de la nature, créée par Christophe de Hody, naturopathe, herbaliste et botaniste de terrain depuis plus de 13 ans. Cette formation est accessible à vie et vous permettra de maitriser plus de 200 plantes de leur identification formelle sans risque d?erreur à leur utilisation finale que ce soit à des fins médicinales ou alimentaires. Cette formation est extrêmement qualitative avec plus de 200 vidéos, des supports de cours en PDF, plus de 3000 photos, des quizz réguliers pour faire le point sur vos apprentissages, bref, un concentré de connaissances dispensées de façon ludique, très visuelle et esthétique, une vraie perle ! Cependant, les inscriptions à cette formation sont limitées et s?arrêteront dans le courant de ce mois de mars 2019, donc si vous êtes intéressé, n?hésitez pas trop longtemps sous peine de trouver les portes de cette formation closes ! Pour en savoir plus, cliquer ici !

Nous conseillons également la formation vidéo en ligne très complète et très bien faite, créée par Florence Laporte, guide nature depuis plus de 20 ans, elle s?intitule « au bonheur des plantes ». Florence est une passionnée qui saura vous transmettre simplement ses connaissances pour vous permettre d?identifier sans équivoque plus d?une cinquantaine de plantes sauvages que vous pourrez ensuite réintroduire facilement et sans crainte dans votre quotidien grâce à ses recettes et astuces pour les cuisiner ou les transformer en produits de soins et de bien-être (pommades, élixirs, huiles végétales, alcoolats, balnéothérapie?)?!

N?hésitez pas à aller la découvrir en cliquant ici !

En permaculture, on recommande la cueillette de plantes sauvages comestibles pour une alimentation saine et nutritive offerte par la nature !

Délicieux gâteau confectionné à base de fleurs de carotte et fenouil sauvages.

Enfin, pour ceux qui aiment les livres, nous vous conseillons principalement deux ouvrages.

Le premier est un petit format qui se glissera assez bien dans le sac à dos pour l?emmener en balade. Il s?agit du livre S. G. Fleischhauer, J. Guthmann, et R. Spiegelberger intitulé « Plantes Sauvages comestibles ». Simple d’accès et d’utilisation quand on débute, il est illustré de nombreuses photos en plus de dessins décrivant les caractéristiques précises de chaque plante (tige, feuille, racine, fleur, graine.)? Il présente plus de 200 espèces communes en Europe et surtout précise pour les plantes à risque les éventuelles confusions possibles avec des plantes toxiques. Il récapitule et décrit précisément, en fin d?ouvrage les onze plantes toxiques les plus courantes à connaitre pour ne pas les confondre avec d?autres comestibles. Il donne également un calendrier de récolte pour chaque plante, en fonction de la partie consommée. Bref il sera donc votre allié de cueilleur débutant à toujours avoir avec soi !

Pour les cueilleurs plus expérimentés qui ont soif de découvrir la riche végétale que nous offre la nature, nous conseillons l?excellent ouvrage de l?ethnobotaniste François Couplan « Le régal végétal » !

Cette belle encyclopédie regroupe 650 genres et 1 600 espèces présentées en détail, avec des indications pratiques pour la cueillette et la cuisine de ces formidables cadeaux de la nature (caractéristique de la plante, quelle partie consommer, en quelle saison, où la trouver pour éviter les pollutions chimiques et organiques?). Il est cependant plus réservé à des connaisseurs qu?aux débutants, car il contient peu de photos, il ne permet donc pas, à lui seul, l?identification d?une plante par une personne novice. Cependant, couplé avec, par exemple, une application sur la reconnaissance des plantes comme il est existe aujourd?hui (par exemple PlantNet), c?est une vraie mine d?or ! Bref, à nos yeux, un véritable « must have » qui changera votre vision des plantes sauvages et vous ouvrira tant de nouvelles perspectives alimentaires et gustatives que vous vous sentirez bientôt, en pleine nature, comme un gosse dans un magasin de bonbons 😉 !

Bonne cueillette à toutes et à tous et n?hésitez pas à nous partager vos impressions, recettes sauvages ou avis sur ces outils d?apprentissages dans les commentaires !!!

Guide Nutritionnel des plantes sauvages et cultivées

« Guide Nutritionnel des plantes sauvages et cultivées »

Livre de François Couplan
255 pages, édité par Delachaux et Niestlé en mars 2011.
?
Prix : environ 25 ?
?
Références complètes (éditeur, ISBN?), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon    |   Decitre    |   Unithèque

Trees for Gardens, Orchards and Permaculture

« Aimez vos plantes invasives »

Mangez-les !

Livre de François Couplan
144 pages, édité par Edition Quae en 2015.
?
Prix : environ 25 ?
?
Références complètes (éditeur, ISBN?), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon   |   Decitre  |  Ulmer

Le régal végétal

« Le régal végétal »

Reconnaître et cuisiner les plantes comestibles

Livre de François Couplan
528 pages, édité par Sang de la Terre en 2015.
?
Prix : environ 39 ?
?
Références complètes (éditeur, ISBN?), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon   |   Decitre   |   Unithèque

Trees for Gardens, Orchards and Permaculture

« Plantes Sauvages comestibles »

Livre de S. Guido FLEISCHHAUER, J. GUTHMANN, et R. SPIEGELBERGER
248 pages, édité par Edition Eugen Ulmer en 2012.
?
Prix : environ 25 ?
?
Références complètes (éditeur, ISBN?), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon   |   Decitre   |   Unithèque   |   Fnac

Vous aussi, redevenez cueilleur(se) et profitez des nombreux bienfaits des plantes sauvages !

Avec la formation vidéo en ligne de Florence Laporte, vous apprendrez à votre rythme, depuis chez vous, à identifier, cueillir et préparer les plus intéressantes plantes sauvages comestibles et médicinales pour en profiter sans risque. Pour en savoir plus, cliquez sur le bouton ci-dessous.

Invitez la permaculture dans votre jardin

Vous souhaitez créer ou transformer votre jardin grâce à la permaculture mais ne savez pas comment vous y prendre ? Laissez-vous guider pas à pas en suivant notre formation vidéo en ligne « Invitez la permaculture dans votre jardin ! ».

Mots clés

Cueillette, Plantes sauvages comestibles, Permaculture, reconnaitre, guide, toxique, apprendre, cueillir, ramasser, balade, nature, livre, plante médicinale, nutrition, nutriments essentiels, alimentation saine, naturelle, fruits, légumes,formation, permaculture, design, permacultureDesign

#PermacultureDesign #Permaculture #CueilletteSauvage #PlantesSauvagesComestibles #PlantesMedecinales #AbondanceNaturelle #AlimentationSaine #Santé #Alicaments

Sur le même thème

Pour aller plus loin

N'hésitez pas à jeter un coup d'?il à nos ressources

Abonnez-vous à la Newsletter !

et ne ratez plus aucun de nos contenus !

Votre prénom* Votre email*

Si vous ne cochez pas la case ci-dessus, nous ne pouvons pas vous envoyer notre eBook compte tenu de nouvelle législation en vigueur.
Votre adresse mail et votre prénom seront enregistrés dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité. Ces données personnelles ne seront bien évidemment jamais partagées ou revendues à qui que ce soit.

[COMPLET] Formation taille dimanche 17 mars 2019

unnamed

Formation à la taille fruitière

des arbres à pépins

avec Vergers Urbains

 

Comme chaque année, le Sens de l’Humus a la joie d’accueillir l’association Vergers Urbains pour une formation d’une journée dispensée par Thierry Regnier, grand spécialiste de la taille fruitière, qu’il a enseigné pendant plus de trente années à l’Ecole Du Breuil.

Afin que le coût de la formation ne soit pas un frein, nous vous proposons un tarif en participation libre et consciente, que nous avons estimé à environ 30 euros, en fonction de vos moyens respectifs.

La formation se déroulera intégralement au jardin Pouplier à Montreuil. Vous trouverez les détail ci-dessous.

Attention ! SAUF DESISTEMENT, L’ATELIER EST COMPLET !
Inscription obligatoire auprès de christophe.humus@gmail.com

 


Dimanche 17 mars 2019
9 h – 18 h

PROGRAMME :

– 09 h à 13 h : formation théorique : explication du fonctionnement végétal d’un arbre fruitier, les différents types de taille, pourquoi tailler…

– 13 h à 14 h : repas partagé en mode auberge espagnole où chacun(e) apporte quelque chose à manger ou à boire, à partager.
Merci d’amener vos couverts.

– 14 h à 18 h : pratique de la taille sur les fruitiers des murs à Pêche (ancien palissés).

 

Jardin Pouplier – 60 rue Saint Antoine – 93100 Montreuil
Bus 102 ou 121 arrêt Danton,
ou 15 min à pieds depuis la mairie de Montreuil

Quel broyeur pour recycler les déchets verts de votre jardin en permaculture ?

Un broyeur est un appareil très utile en permaculture pour recycler les déchets verts, particulièrement abondants en périodes de taille. Il en réduit le volume et permet de transformer ces déchets en une formidable ressource très utile au jardin.

Le broyat en général et, lorsqu?il s?agit de rameaux de l?année, le BRF (Bois Raméal Fragmenté) constitue, en effet, une matière organique précieuse pour le compost et le mulch.

En couverture de sol autour des arbres, fruitiers et arbustes par exemple, le broyat de déchets végétaux qu?ils soient verts (et donc plutôt azotés) ou bruns (donc plutôt carbonés) nourrira et protégera votre sol; le BRF, lui, favorisera en plus le développement de mycélium (champignon) dont certains pourront ensuite entrer en symbiose avec les racines de végétaux environnants pour créer des mycorhizes (association symbiotique entre une plante et un champignon qui se rendent des services mutuels) très bénéfiques pour l?ensemble de votre écosystème cultivé !

Vous pouvez également en ajouter à votre compost pour l?enrichir.

Si les broyeurs manuels sont de plus en plus rares neufs, on en trouve encore d?occasion.

Par ailleurs, il existe aujourd?hui de nombreux appareils mécanisés, électriques ou thermiques, très efficaces.

Il faut cependant éviter les petits broyeurs d?entrée de gamme, certes moins chers, mais aussi souvent moins qualitatifs et moins durables, provoquant des bourrages à répétition ou n?acceptant que des diamètres de branches très petits, limitant alors grandement leur utilité au jardin.

On vous le concède, dans l?ensemble, les broyeurs sont assez chers à l?achat neuf, mais c?est un investissement qui peut être très vite rentabilisé : plus besoin de faire des aller-retour à la déchetterie pour vos déchets verts ;), recyclage des nutriments sur site, production de votre propre mulch* et matière pour le compost. De plus, vous pouvez vous regrouper à plusieurs pour en faire l?acquisition de façon collective, d?autant que leur utilité reste très saisonnière.

Une autre option très intéressante pour vos besoins ponctuels : la location.

Attention, les branches longues agitées par les broyeurs électriques notamment peuvent occasionner des mouvements imprévisibles entrainant des griffures ou blessures si l?utilisateur se trouve trop près des branches en cours de broyage.

La machette

Les broyeurs manuels type hache-paille

Outil écologique par excellence, puisqu?il ne demande que l?huile de coude du jardinier, le hache-paille est conçu sur le principe d?une roue faisant tourner plusieurs lames qui découpent les déchets verts mis en contact, comme on peut le voir dans la petite vidéo ci-dessous avec la confection d?un broyat d?ortie en vue de la réalisation d?une butte selon la technique de la lasagne. ?

Notre conseil

On les trouve le plus souvent d?occasion. À la campagne, usez du bouche-à-oreille pour en chercher, ciblez plutôt l?agriculteur qui a une exploitation familiale depuis des générations ou fouinez dans les rassemblements agricoles ou les vide-greniers (qui, à la campagne, font aussi souvent vide-grange ;)) !

On peut en trouver des neufs, vendus en ligne, en provenance de Chine ou d?Inde, hélas, la qualité des matériaux de fabrication utilisés n?est pas toujours au rendez-vous.

Dernièrement, avec le développement de la permaculture, son usage revient au goût du jour et, à terme, il pourrait bien refaire son apparition un peu partout chez les fabricants d?outillages agricoles.

La Fabriculture, par exemple, qui a déjà développé la campagnole en collaboration avec la Ferme du Bec Hellouin, projette de se lancer en France dans la fabrication d?un hache-paille nouvelle génération avec plusieurs améliorations techniques. Une première série est d?ailleurs prévue en production pour ce mois d?avril 2019. Pour en savoir plus, n?hésitez pas à les contacter à ce sujet !

Les avantages 

  • fonctionne sans énergie fossile ni électricité, juste à la force des bras et à l?huile de coude ?
  • de fabrication robuste, gage de longévité
  • absence totale de nuisances sonores

Prix

À partir de 50 euros d?occasion, parfois moins si on s?adresse directement aux fermiers qui en ont encore un. Neuf, à partir de 250 euros, frais de port non compris.

La machette
La machette

Les broyeurs électriques

Il en existe de nombreux modèles, du plus silencieux au moins coûteux, le choix dépendra de la taille de votre jardin, de la taille du broyat souhaité et de la rapidité de la machine.

Il ne faut pas oublier toutefois que ces machines sont coupantes et donc potentiellement dangereuses. Pour plus de sécurité, munissez-vous toujours de gants adaptés et de lunettes de protection avant de vous lancer dans une session broyage. ?

Parmi les divers modèles électriques, on distingue notamment :

  • Le broyeur à disque porte-lame : très rapide, il tourne à 2000 tours par minute ! Pour éviter les désagréables vibrations lors de la poussée des branches dans l?appareil, il faut s?équiper d?un poussoir. Ce type de machine produit un broyat très fin facilitant le travail des micro-organismes. Il est donc rapidement composté. Seul bémol : il ne possède pas d?inversion de rotation. En cas de bourrages répétés, vous devrez donc rabattre la goulotte à chaque fois pour le nettoyer.

© Bosch

  • Le broyeur à rotor : il tourne à 40 tours par minute, donc plus lent et plus silencieux que le précédent. Les branches sont écrasées contre une lame de décompression et il est possible de réduire des branches dont le diamètre est plus important. Il possède généralement un inverseur de rotation bien pratique en cas de bourrage : aucun démontage ne sera nécessaire pour enlever les résidus gênants. Mais l?introduction des branches par une trémie assez étroite limite parfois la forme des branches acceptées. Le broyât sera plus grossier qu?avec un disque porte-lame.

© Bosch

  • Le broyeur à turbine : conçu sur le même principe que celui à rotor, à ceci près qu?il sera particulièrement performant avec les branches d?arbres fruitiers, dont le bois est plus dur, ainsi que les branches à gros diamètre (peut aller jusqu?à des sections de 45 mm).

© Bosch

Notre conseil 

  • Choisissez un modèle avec une puissance minimale de 2200 W, avec goulotte démontable pour faciliter le rangement et équipé d?un inverseur du sens de rotation pour une meilleure gestion des bourrages.
  • Vérifiez que le modèle choisi comprend un poussoir, sinon, achetez-le en option pour plus de sécurité, car tous n?en sont pas équipés.
  • Préférez un modèle avec bac de récupération intégré qui sera bien pratique pour récupérer le broyat. Attention toutefois, sur certains modèles bas de gamme, à la sensibilité des capteurs au niveau du bac de récupération qui entraine le verrouillage de l?ensemble du broyeur lorsque celui-ci détecte que le bac de récupération est mal positionné. Cela peut vite être très « prise de tête ». Pour éviter cela, soyez attentifs aux avis d?utilisateurs qui ne manqueront pas de vous signaler ce type de problématique !

Prix

De 100 ? à plus de 500 ?.

Quelques modèles en lien ci-dessous (pour les avis utilisateurs)

Modèle à disque porte-lame pour les petits jardinsModèle pour jardin petit à moyenModèle à rotor pour jardin moyenModèle à turbine pour jardin moyen à grand

La machette
La machette

Les broyeurs thermiques

Ces appareils haut de gamme sont plutôt à destination des professionnels en raison des gros volumes qu?ils sont capables de traiter. Ils conviennent particulièrement aux grands vergers ou très grands jardins.

En raison de son prix et du caractère ponctuel de son utilisation, il vaut mieux prévoir de louer cette machine ponctuellement, selon vos besoins.

Les tarifs à l?achat dépendent de l?épaisseur des branches qu?ils sont capables de broyer et de leur puissance. Sur ce type de modèle professionnel, la robustesse est généralement au rendez-vous.

Notre conseil

  • Choisissez en fonction du diamètre des branches que vous avez à broyer et la quantité à broyer
  • La puissance élevée du moteur assurera une bonne stabilité à l?appareil
  • La vitesse de la rotation produira un broyat fin et rapidement composté.

Prix

Entre 500 et plus de 1000 euros.

Quelques modèles en lien ci-dessous (pour les avis utilisateurs)

Modèle pour branche de diamètre jusqu?à 45 mmModèle pour branche de diamètre jusqu?à 76 mmModèle pour branche de diamètre jusqu?à 102 mm

* Attention, nous déconseillons l?utilisation régulière et répétée de BRF seul en couche épaisse comme mulch au potager pour des raisons d?équilibre des nutriments dans les couches supérieures du sol et du phénomène de faim d?azote qui peut être très pénalisant pour la croissance de vos légumes. Au potager, le BRF seul en couche épaisse ne s?utilisera qu?une fois, à l?automne, lorsqu?il s?agit de démarrer un potager sur une nouvelle surface pour que celle-ci soit prête au printemps suivant, mais mieux vaut éviter d?en mettre tous les ans en grande quantité comme seul mulch dans un potager existant ! Il pourra cependant être ajouté avec parcimonie à votre mulch potager à partir du moment où il est en mélange avec d?autres matières organiques et notamment des matières vertes plutôt azotées comme des tontes de pelouses, des déchets de cuisine, des fientes de poules, des fumiers de vaches, de cheval? ? 

livre en lien avec la permaculture indispensable à lire

« Le BRF (Bois Raméal Fragmenté) vous connaissez ? »

« Pour une (agri)culture du vivant »

Livre de Jacky Dupéty
128 pages, édité par Éditions de Terran en 2007
?
Prix : environ 15,00 ?
?
Références complètes (éditeur, ISBN?), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon    |   Decitre

Plantez votre abondance grâce aux guildes autour des arbres fruitiers !

Découvrez nos compositions végétales autours des arbres fruitiers pour une abondance de récoltes et une attraction importante de la biodiversité chez vous ! Le BRF et le broyat de déchets verts en général seront une excellente couverture de sol pour ces guildes. Pour en savoir plus sur les guildes, cliquez sur le bouton ci-dessous.

Invitez la permaculture dans votre jardin

Avec nos fiches techniques détaillées, démultipliez vos récoltes tout en favorisant la vie sous toutes ses formes grâce aux guildes autour des arbres fruitiers.

Mots clés

Broyeur, Déchets verts, Permaculture, taille, recycler, recyclage, broyer, broyat, compost, mulch, BRF, bois raméal fragmenté, hache-paille, manuel, électrique, thermique, machine, traditionnelle, gestion, couverture, sol, fruitier, vivant, outils, outillage, indispensable ,formation, permaculture, design, permacultureDesign

#PermacultureDesign #Permaculture #OutilsIndispensablesEnPermaculture #LesDifferentsBroyeurs #HachePaille #Mulch #Compost #BRF #SolVivant

Sur le même thème

Les différentes machettes et serpes

Les machettes (appelées aussi «?coupe-coupe?») et les serpes sont des outils intéressants dans un jardin-potager-verger en permaculture ou dans une forêt comestible, car ce sont des outils peu chers, très robustes et que l?on peut trouver facilement fabriquer en...

Pour aller plus loin

N'hésitez pas à jeter un coup d'?il à nos ressources

Abonnez-vous à la Newsletter !

et ne ratez plus aucun de nos contenus !

Votre prénom* Votre email*

Si vous ne cochez pas la case ci-dessus, nous ne pouvons pas vous envoyer notre eBook compte tenu de nouvelle législation en vigueur.
Votre adresse mail et votre prénom seront enregistrés dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité. Ces données personnelles ne seront bien évidemment jamais partagées ou revendues à qui que ce soit.

Comment faire découvrir la permaculture aux enfants ?

La permaculture est souvent difficile à expliquer à autrui, alors comment la transmettre facilement à ses enfants ou petits enfants?? Avec cet article, nous vous proposons de les amener avec vous dans le jardin afin de leur faire vivre une expérience à travers la culture d?un mini-espace. Cela vous permettra de leur faire découvrir les éthiques et quelques principes de permaculture.

C?est LEUR jardin?en permaculture, rien qu?à eux !

Conseils et idées ludiques pour faire découvrir la permaculture aux enfants et resserrer leur lien avec la nature tout en développant leur imagination et leur créativité !!

En ayant un espace bien à eux, dont vous leur laisserez la responsabilité « comme les grands », les enfants seront plus enclins à expérimenter le jardinage !

La première étape pour sensibiliser vos enfants à la permaculture dès le plus jeune âge, est de leur réserver un petit espace qui sera uniquement à eux? et rien qu?à eux?

Ce sera leur domaine, leur lieu d?expérimentation, de découverte, et de créativité.

L?objectif de cet espace sera de les rendre autonomes et responsables de leurs actions.

Comment procéder pour créer un mini jardin en permaculture avec les enfants ??

Tout d?abord, lors d?un repas par exemple, proposez à vos enfants de produire eux-mêmes quelques légumes qu?ils aiment bien manger et que vous savez faciles à cultiver dans votre jardin. Proposez également, des fleurs et autres plantes pour accompagner le tout.

Inutile, d?envisager trop d?éléments?! L?objectif reste le plaisir pour les enfants de voir pousser ce qu?ils auront planté. Restez impérativement dans la dimension plaisir, ludique et pédagogique? ne visez pas la performance, on ne veut pas en faire des maraîchers pros?! ?

Encouragez les enfants à choisir eux-mêmes cet espace sans les influencer, c?est important, car ils seront plus à même de venir au jardin et mettre les mains dans la terre, si le lieu leur plait. De plus, cela permet de mettre en avant un aspect important en permaculture, le ressenti.

Discuter du choix de cet emplacement avec eux : est-il approprié pour ce qu?ils ont envisagé?? Sinon proposez-leur un autre emplacement plus adapté, mais toujours sans rien imposer, à eux de décider, c?est primordial?

Une fois l?emplacement choisi, marquez leur territoire, afin que spatialement celui-ci soit clair pour tout le monde. Cela peut donner lieu à un atelier créatif et rigolo, création de bordures, d?une butte, fabrication et ajout d?accessoires ludiques et colorés : par exemple des pots en terre cuite peints d?une couleur voyante, avec le nom des enfants dessus.

Cela permettra de voir l’éthique de permaculture : « Être attentif à l?humain ».

Soyez un animateur ludique, discret et respectueux?!

Conseils et idées ludiques pour faire découvrir la permaculture aux enfants et resserrer leur lien avec la nature tout en développant leur imagination et leur créativité !!

Commençons par une métaphore de circonstance pour expliquer votre rôle de parent-accompagnateur.

Vos enfants sont comme des graines, ils possèdent en eux, tout ce dont ils ont besoin pour pousser et s?épanouir sans intervention extérieure. Votre rôle sera donc de créer les conditions adéquates et optimales pour leur croissance naturelle. Ne tirez pas sur la graine pour les faire pousser plus vite?! ?

Vous devez donc rentrer dans une posture d?accompagnateur toujours présent, dévoué, discret et désintéressé. Cela demande un engagement total à leurs côtés. Vous devez respecter leurs choix et leurs erreurs afin qu?ils en tirent une expérience personnelle.

Développer au maximum le côté ludique et enrichissant de cette expérience, à aucun moment cela ne doit devenir pénible ou réclamer des efforts ou contraintes non consentis (parents et enfants inclus). Soyez toujours à l?écoute, et expliquez, sans jugement de valeur.

Nous sommes en plein dans l?une des trois éthiques de permaculture : « Être attentif à l?humain ».

Faites découvrir aux enfants la richesse de la nature?!

Conseils et idées ludiques pour faire découvrir la permaculture aux enfants et resserrer leur lien avec la nature tout en développant leur imagination et leur créativité !!

Petit groupe de punaises arlequins sur une tige de fenouil, une curiosité à observer qui peut être le point de départ d?aventures imaginaires et extraordinaires au jardin !!

Les principaux concepts intéressants à faire découvrir à vos enfants grâce à la permaculture sont l?écosystème et la biodiversité. Apprenez aux enfants à exercer leurs regards sur la faune et la flore déjà présentes dans votre jardin. En effet, l?observation est vraiment le premier pas à faire en permaculture.

De plus cela fournira quantité d?autres moments ou d?ateliers à partager avec vos enfants :

  • recherche dans les livres ou sur internet des insectes croisés dans la journée
  • discussion sur la présence de certains insectes ou plantes
  • explication de l?intérêt de chaque être vivant, de l?équilibre de la nature
  • faire dessiner chaque semaine la même plante, afin de percevoir tout le cycle de croissance d?une plante
  • trouver des contes, fables, histoires utilisant des insectes ou les plantes vus la journée par exemple
Conseils et idées ludiques pour faire découvrir la permaculture aux enfants et resserrer leur lien avec la nature tout en développant leur imagination et leur créativité !!

Un hôtel à insectes, c?est simple à faire soi-même à partir d?une caisse de vins et de quelques élements naturels (pommes de pin, tiges de sureau?) ou de récupération (briques).Un hôtel à insectes, c?est simple à faire soi-même à partir d?une caisse de vins et de quelques élements naturels (pommes de pin, tiges de sureau?) ou de récupération (briques).

Suivant l?intérêt et l?âge de vos enfants, vous pouvez proposer des ateliers de fabrication de niches écologiques afin d?attirer une autre faune :

  • création d?une mare
  • création un hôtel à insecte
  • création d?un tas de bois ou pierre
  • création de perchoirs, nichoirs

Cela vous permettra de voir avec eux un des principes de permaculture : « Utiliser et valoriser les ressources biologiques ».

Sensibilisez-les aux énergies et ressources !

Le soleil, l?eau, le vent, la terre, les mulchs? Provoquez leur curiosité en leur posant des questions, et répondez en détail à leurs centres d?intérêt. N?hésitez pas à revenir dessus plus tard lorsque vous avez des sources d?informations, en particulier imagées, sous la main (internet, livre, musée, ami ou famille de passage?).

Conseils et idées ludiques pour faire découvrir la permaculture aux enfants et resserrer leur lien avec la nature tout en développant leur imagination et leur créativité !!

Créer une petite mare attire généralement très vite une biodiversité importante que les enfants pourront observer facilement !

Un des premiers exercices pouvant être réalisés facilement et très pédagogiques est celui du captage et du stockage d?un peu d?eau. Pourquoi ne pas faire une petite mare qui pourra en plus accueillir des plantes aquatiques et servir de niche écologique ?

Le principe de permaculture mise en oeuvre sera : « Collecter et stocker l?énergie ».

Intégrez des animaux dans votre jardin?!

Conseils et idées ludiques pour faire découvrir la permaculture aux enfants et resserrer leur lien avec la nature tout en développant leur imagination et leur créativité !!

Les poules sont des animaux formidables et attachants qui sauront intéresser et responsabiliser vos enfants au jardin?!

L?idéal, si vous le pouvez bien sûr, est d?intégrer de petits animaux dans votre jardin. En effet, en intégrant des poules, canard, lapins? vous amenez une nouvelle dimension auprès de vos enfants. Quoi de plus excitant pour les enfants, que d?avoir la responsabilité de nourrir des animaux, ou d?aller ramasser des ?ufs??

De plus, cela permet de les sensibiliser sur les notions de cycle, de boucle, d?écosystème :

  • recyclage des déchets de cuisine = nourriture pour les poules
  • les poules me donnent des ?ufs
  • le caca des poules nourrit la terre
  • la terre nourrit les plantes
  • je mange les plantes et ce que je ne mange pas repart dans une nouvelle boucle
Conseils et idées ludiques pour faire découvrir la permaculture aux enfants et resserrer leur lien avec la nature tout en développant leur imagination et leur créativité !!

Petite illustration pour expliquer simplement aux enfants le cycle des nutriments et leur faire comprendre que « Tout déchet est une ressource inexploitée » ?

Cela leur permettra de voir le principe de Permaculture « Tout déchet est une ressource inexploitée?! »

Prenez la relève au jardin? discrètement?!

Vos enfants feront probablement beaucoup d?erreurs et c?est normal.

Respecter une règle : laissez-les planter leurs graines eux-mêmes, mais débrouillez-vous pour qu?elles poussent?! ?

Repassez derrière eux discrètement pour vérifier la bonne mise en place des graines (profondeur, surnombre, espacement?), l?éventuel manque d?arrosage, de lumière… Il faut absolument garder la magie de la nature, surtout la première fois?! Sinon vous pouvez être sûr que la plupart des enfants se décourageront immédiatement, délaissant le jardin et votre compagnie pour d?autres activités.

Le principe de permaculture suivi ici est « Obtenir une récolte ».


Développez leur créativité et leur imagination?

Vous entendrez surement : « Ohlala, c?est looooooong?!!!! »

Eh oui, les enfants sont impatients?! Planter des graines c?est rigolo, mais attendre qu?elles poussent, c?est nul?!

Pour leur première expérience de jardinage, il vous faudra détourner leur attention sur plusieurs activités annexes dans, et autour du jardin. Nous avons déjà évoqué l?observation et la création de niches écologiques, mais bien d?autres ateliers ludiques peuvent être entrepris, surtout pour développer leurs créativités et leur imagination.

Le Land Art est une activité idéale pour cela, accessible à tous et extrêmement ludique ! Pourquoi ne pas leur proposer, par exemple, de créer des personnages avec des brindilles et feuilles trouvées sur place?? Vous verrez ces artistes en herbe, vont vous surprendre.

Conseils et idées ludiques pour faire découvrir la permaculture aux enfants et resserrer leur lien avec la nature tout en développant leur imagination et leur créativité !!

Exemple d?activité ludique à réaliser avec les enfants : créer des animaux rigolos à partir d?éléments trouvés dans le jardin ? ©www.kokokokids.ru

Conseils et idées ludiques pour faire découvrir la permaculture aux enfants et resserrer leur lien avec la nature tout en développant leur imagination et leur créativité !!

Exemple d?activité ludique à réaliser avec les enfants : créer des animaux rigolos à partir d?éléments trouvés dans le jardin ? ©www.kokokokids.ru

Si besoin, vous trouverez en fin d?article des exemples de livres sur le Land Art pour vous inspirer !

Célébrez et partagez les récoltes?de vos petits permaculteurs en herbe !

Conseils et idées ludiques pour faire découvrir la permaculture aux enfants et resserrer leur lien avec la nature tout en développant leur imagination et leur créativité !!

Huuum les bonnes tomates cerises !!! Meilleures que des bonbons ?

Que ce soit une récolte de fleurs (un bouquet), de légumes ou de graines, célébrer cela avec vos enfants. Allez, faites péter le champagne? euh… le Champomy?! On exagère un peu, mais c?est vraiment pour marquer le côté festif et jovial que requièrent ces moments. À vous de trouver ce qu?il vous parait le plus adéquat ?

Afin de voir la troisième et dernière éthique de permaculture « prendre son juste besoin et redistribuer les surplus », faites-leur offrir des légumes aux amis, aux voisins, aux grands-parents?

Conseils et idées ludiques pour faire découvrir la permaculture aux enfants et resserrer leur lien avec la nature tout en développant leur imagination et leur créativité !!

« Tiens, c?est pour toi, c?est moi qui l?ai faite pousser, tu vas voir elle est délicieuse !!! »

De même, cuisinez avec vos enfants leur récolte et partagez ces repas avec vos amis. Cela leur donnera une reconnaissance sociale, et leur permettra de prendre conscience du groupe et du vivre ensemble.

Et après?? Recommencez?et approfondissez !

Sensibilisez-les aux semences, rentrez davantage dans les détails.

Lancez-leur des petits défis facilement réalisables comme trouver dans votre jardin une liste d?insectes auxiliaires à vous montrer (coccinelle, fourmi, abeille, papillon, scarabée?), rechercher des formes géométriques ou surprenantes dans les végétaux (spirales, triangles, ronds, losanges?) ou encore prendre une poignée de terre, observer et recenser la microfaune visible à l?oeil nu qu?elle contient puis pourquoi pas, lancer, à partir de cela un atelier dessin de cette incroyable microfaune?

Au fil des années et suivant l?âge et l?envie des enfants, vous pourrez agrandir leur espace, et leur proposer de plus en plus d?autonomie, jusqu?à leur proposer de tenter un petit design?

Au cours de cette expérience, les notions de cycle et de retour des nutriments, de gestion de l?énergie, de préservation de cette dernière, de long terme, de patience, d?observation auront été acquises par vos enfants, et ce tout en s?amusant.

N?hésitez pas à voir ou revoir notre formation gratuite « Premiers pas en permaculture », si vous avez besoin de réviser les différences entre les éthiques, les principes puis les stratégies techniques et outils en permaculture.

Alors la permaculture au jardin avec les enfants, vous commencez quand??

On vous souhaite de très bons moments en famille ! ?

?

Voici une liste d?ouvrages intéressants pour vous accompagner dans cette démarche de découverte de la nature avec vos enfants, n?hésitez pas à vous appuyer dessus !

Pour comprendre vous-même les écosystèmes, leur fonctionnements et expliquer ensuite cela à vos enfants, nous vous recommandons tout particulièrement « Le guide illustré de l?écologie » de Bernard Fischesser et Marie-France Dupuis-Tate. Pour en savoir plus sur ce magnifique ouvrage pédagogique et très accessible même aux néophytes, vous pouvez lire notre article à son sujet en cliquant ici !

livre en lien avec la permaculture indispensable à lire

« Le guide illustré de l?écologie »

Livre de Bernard Fischesser
349 pages, édité par Les Éditions De La Martinière en 2007.
?
Prix : environ 39 ?
?
Références complètes (éditeur, ISBN?), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon    |   Decitre    |   Unithèque

Livres sur le thème du Land Art :

livre en lien avec la permaculture indispensable à lire

« Artistes de Jardin »

« Pratiquer le Land Art au potager »

Livre de Marc Pouyet
142 pages, édité par Éditions Plume de carotte en 2008.
?
Prix : environ 29,5 ?
?
Références complètes (éditeur, ISBN?), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon    |   Unithèque

livre en lien avec la permaculture indispensable à lire

« Artistes de nature »

« Pratiquer le Land Art au fil des saisons »

Livre de Marc Pouyet
174 pages, édité par Éditions Plume de carotte en 2014.
?
Prix : environ 29 ?
?
Références complètes (éditeur, ISBN?), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon    |   Decitre    |   Unithèque

Livre pour apprendre à construire des hôtels à insectes :

livre en lien avec la permaculture indispensable à lire

« Construire un hôtel à insectes »

« Un jardin sur la terre »

Livre de Wolf Richard Gunzel
160 pages, édité par Éditions La Plage en 2013.
?
Prix : environ 15,5 ?
?
Références complètes (éditeur, ISBN?), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon    |   Decitre    |   Fnac

Enfin, voici un ouvrage sorti très récemment dont nous n?avons pas encore pu apprécier le contenu, mais nous vous le signalons, car il est spécialement destiné aux enfants, à partir de 6 ans, pour leur faire découvrir la permaculture?si certains de vous ont l?occasion de l?avoir en main, n?hésitez pas à nous en parler dans les commentaires !

livre en lien avec la permaculture indispensable à lire

« C'est quoi la permaculture ? »

« Observe, comprends, imite »

Livre de Marion Tigréat et Mathilde Paris
48 pages, édité par Éditions Rustica en 2019.
?
Prix : environ 14,95 ?
?
Références complètes (éditeur, ISBN?), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon    |   Decitre    |   Unithèque

Un poulailler en permaculture pour le bonheur des enfants? et des poules?!

Les poules sont des animaux formidables et attachants qui sauront intéresser et responsabiliser vos enfants au jardin?! En prendre soin au quotidien, leur faire des pâtées, récolter leurs ?ufs, les observer, les caresser même? autant de belles façons de sensibiliser vos enfants à la nature?! Pour un petit élevage familial en permaculture, bien dimensionné, astucieux, avec des poules épanouies et un maximum de synergies avec votre jardin, découvrez notre formation vidéo en ligne « Les poules et le poulailler en permaculture » en cliquant sur le bouton ci-dessous?!

Invitez la permaculture dans votre jardin

Grâce à notre formation en ligne «?Les poules et le poulailler en permaculture?», concevez et organisez facilement votre petit élevage familial pour qu?il soit adapté à votre contexte unique, avec des poules pondeuses épanouies et autonomes?!

mots clés
découverte, nature, reconnexion, observation, imitation, insectes, abeille, papillon, coccinelle, faune, microfaune, plantes, fleurs, légumes, fruits, butte, jardin, jardinière, planter, semer, dessiner, s?amuser, land art, ludique, cycle, écosystème, biodiversité, décoration, ateliers ludiques, imagination, créativité, principe, éthique, débuter, accompagner, apprendre, comprendre, expérimenter, célébrer, partager, valoriser, formation, permaculture, design, permacultureDesign
#PermacultureDesign #Permaculture #FaireDecouvrirLaPermacultureAuxEnfants #LesEnfantsEtLaPermaculture #AteliersLudiques #AteliersCreatifs #ProfesseurNature #LandArt

Pour aller plus loin

N'hésitez pas à jeter un coup d'?il à nos ressources

Abonnez-vous à la Newsletter !

et ne ratez plus aucun de nos contenus !

Votre prénom* Votre email*

Si vous ne cochez pas la case ci-dessus, nous ne pouvons pas vous envoyer notre eBook compte tenu de nouvelle législation en vigueur.
Votre adresse mail et votre prénom seront enregistrés dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité. Ces données personnelles ne seront bien évidemment jamais partagées ou revendues à qui que ce soit.

Atelier jardinage mercredi 27 février 2019

unnamed

Les différentes techniques de compostage

Une fois par mois, 1 atelier gratuit,
sur un théme différent !
Venez jardiner !

Mercredi 27 février 2019
14 h – 16 h 30

Inscription auprès de christophe.humus@gmail.com

 

Jardin Pouplier – 60 rue Saint Antoine – 93100 Montreuil
Bus 102 ou 121 arrêt Danton,
ou 15 min à pieds depuis la mairie de Montreuil

 

 

Chantier participatif aux Fruits Défenfus le 16 et 17 février 2019

Bonjour à tous, nous avons besoin de vous !

En février, « Fruits défendus » vous propose un week end entier d’activités 🙂

le samedi 16 et le

dimanche 17 février 2019

Venez quand vous voulez. Attention ! les horaires et les organisateurs sont différents les deux jours.

Un grand merci à tous ceux qui sont venus en janvier :
15 personnes le 15 janvier, 32 personnes le 19 janvier, 9 personnes le 24 janvier et 32 personnes le 26 janvier, totalisant 300 heures de bénévolat! Nous avons nettoyé, défriché, et rempli la benne. Mission accomplie !

Pour les nouveaux, sachez que « Fruits Défendus » est un projet de verger, de pépinière, de formation et de lieu de rencontres pour le quartier.

Samedi 16 février
journée de 7h à 14h

Nous avons encore des déchets à évacuer, nous avons redemandé une benne, celle-ci sera déposée à 7h et reprise à 14h. On ne vous demande pas d’être là à 7h, mais vers 8h30 ce serait super, nous avons 15 m3 a charger avant 14h et nous sommes un peu inquiets!

Contacts
Diana Tempia: 06 77 52 27 39
Thierry Regnier: 06 86 84 30 49

et Dimanche 17 février
journée de 11h à 17h

Pour ceux qui viennent la journée entière pensez à apporter votre déjeuner (à partager).

J’habite en face (Diana) : toilettes, thé, café à disposition et abri chauffé :-).

Contacts
Christophe Bichon:  06 13 04 18 07
Serge David: 06 02 73 30 21

 

Attention, journées annulées en cas de tempête de pluie ou de neige. N’hésitez pas à nous contacter!
Si vous avez, apportez vos gants de jardinage, brouettes, sacs poubelle, sacs à gravats (nous en avons, mais un complément peut être utile)

Pour la suite, nous pouvons déjà vous dire qu’il y aura une inauguration officielle du jardin « Fruits Défendus » le samedi 30 mars avec plantation d’un pommier du Kazakhstan.

En avril, nous donnerons un cours de greffe, nous préparerons une pépinière que nous planterons.

Nous vous tiendrons informés ! Pensez à nous laisser vos coordonnées.

Le lieu:
140, rue de Saint Antoine, où il y a les plaques de béton.
Bus 122 ou 301, arrêt parc Montreau.
C’est au bout de la rue Pierre Jean de Béranger.

Livre Mon potager de vivaces

Portrait de Aymeric Lazarin auteur du livre Mon potager de vivaces paru aux Éditions Terre vivante.

Portrait d’Aymeric Lazarin, auteur du livre Mon potager de vivaces paru aux Éditions Terre vivante. Photo ©verdon-info.net

Avec un père agent de l?ONF, l?auteur du livre « Mon potager de vivaces », publié aux Editions Terre vivante, Aymeric Lazarin, s?amuse à dire qu?il « est tombé dans l?écologie et la botanique quand il était petit » et qu?il a été sensibilité dès la mamelle à la richesse environnementale en vivant dans les Alpes de Haute Provence. Aymeric Lazarin fait un bac STAE (Sciences et Technologies de l?Agronomie et de l?Environnement), suivi d?un BTS Production horticole, puis enchaine les petits contrats dans l?agriculture biologique.Après un retour aux études et l?obtention d?une Licence en Aménagement du Territoire, il devient cartographe au CEMAGREF et fait des recherches pour utiliser les végétaux comme moyen naturel d?endiguer l?érosion.

Puis vient le temps pour l?auteur de lancer son entreprise d?espaces verts et de se consacrer à l?enseignement. Et quand on lui demande aujourd?hui comment il se qualifierait : agronome, écrivain ou paysagiste ? Il affirme se considérer plutôt comme un « paysagiste-enseignant prenant plaisir à diffuser ses expériences et connaissances en agronomie dans des ouvrages de vulgarisation destinés au grand public ». C?est tout à fait dans cet état d?esprit qu?Aymeric Lazarin a rédigé en 2016 son ouvrage « Mon potager de vivaces ». Il souhaite faire connaître à tous, ce en quoi il croit : « les plantes sont une des solutions pour relever les grands défis de notre société ». Mu par sa passion pour la pédagogie et la transmission, Aymeric Lazarin a décidé de démocratiser dans son livre, les nombreuses perspectives offertes par les végétaux vivaces.

Contenu du livre d?Aymeric Lazarin

Quelles promesses dans les 60 plantes vivaces présentées dans le livre d?Aymeric Lazarin ! Alors que le monde est engagé dans une course folle au productivisme, à l?agriculture intensive, l?auteur prouve qu?il est possible de jardiner à contre-courant en s?appuyant sur des cultures vivaces.

Dans la première partie de « Mon potager de vivaces », Aymeric Lazarin, en bon pédagogue, pose des définitions destinées à faire acquérir aux lecteurs le vocabulaire nécessaire à la bonne compréhension de son exposé sur les étapes primordiales de la culture des vivaces : qu?est-ce qu?une plante vivace, comment préparer son terrain, analyser son sol, implanter les végétaux et concevoir son potager de vivaces.

Le jardin est fin prêt ? Alors c?est le moment de vous régaler les yeux en découvrant les 60 fiches légumes perpétuels avant que ce ne soit vos papilles qui en profitent perpétuellement ! Très détaillés et didactiques, les portraits de chacun des végétaux vivaces donnent des renseignements aussi bien sur la culture de la plante que sur sa récolte et ses différentes parties comestibles. L?auteur n?oublie pas non plus de passer en revue de nombreuses informations sur les utilisations et méthodes de conservation des légumes anciens ou rares, tous comestibles et vivaces !

Savez-vous planter les choux?Daubenton ? Après la lecture de la fiche qui est consacrée à ce légume vivace, star du potager perpétuel, vous saurez tout de lui mais aussi sur d?autres légumes feuilles vivaces (ail des ours, asperge, cardon, ciboule de Chine, livèche?). Maintenant que vous savez planter les choux à la mode d?Aymeric Lazarin, oseriez-vous imaginer qu?il existe des poires et des noisettes de terre ? Et des capucines et glycines tubéreuses comestibles ? Pourtant elles existent bien et ont aussi des fiches qui leur sont consacrées tout comme les aromatiques et médicinales, les ornementales comestibles et les petits fruits vivaces (kiwaï, baies de Goji?). Pour chaque végétal comestible dont l?auteur dresse une description minutieuse, un tableau facilite le repérage des périodes de culture de la plante en question. Ainsi vous ne manquerez pas le moment des semis, plantation et récoltes ?

Pour qui ?

Ce livre, très bien conçu et illustré, sera parfait pour tous ceux qui veulent produire une partie de leur nourriture tout en se libérant des travaux de jardinage fastidieux qu?exige la culture de plantes annuelles (semis, transplantation, entretien, arrosage régulier?). Il facilitera la vie de ceux qui sont en recherche d?autonomie alimentaire, car les plantes vivaces apportent souvent des récoltes plus tôt et/ou plus tard dans la saison et sur plusieurs années sans avoir besoin de trop d?interventions.

Ce livre plaira aussi à ceux qui veulent un jardin luxuriant et nourricier sans avoir beaucoup de temps à y consacrer, car les plantes, une fois bien installées, n?auront plus trop besoin du jardinier, à part pour à quelques étapes clés saisonnières et pour les récoltes.

Nous le conseillons également à tous les jardiniers curieux et amoureux de la nature qui veulent découvrir de nouveaux goûts et jardiner de façon originale et différente. Enfin, même les jardiniers expérimentés, qui cultivent déjà quelques plantes vivaces comestibles, trouveront dans l?ouvrage de bons conseils pratiques et des idées supplémentaires pour enrichir leur potager de nouvelles variétés et continuer à profiter pleinement du bonheur de jardiner !

Trees for Gardens, Orchards and Permaculture

« Mon potager de vivaces »

60 légumes perpétuels à découvrir

Aymeric Lazarin
224 pages, édité par Éditions Terre vivante en 2016.
?
Prix : environ 24,90 ?
?
Références complètes (éditeur, ISBN?), descriptions et avis des lecteurs sur :
Amazon   |   Decitre  |  Fnac

Envie d?un petit potager de vivaces conçu en permaculture ?

Si vous souhaitez, dès maintenant, installer chez vous un potager de vivaces conçu selon les principes de la permaculture, la formation vidéo « le Potager 3P » est faite pour vous ! Elle vous apprendra à créer facilement et rapidement, sur 12 m2, votre Premier Potager Permanent à la fois esthétique et nourricier. Pour en savoir plus, cliquez sur le bouton ci-dessous.

le potager 3P, mon Premier Potager Permanent

Profitez de l?abondance de la nature en créant facilement chez vous un jardin-potager efficace et durable suivant les principes de permaculture !

Mots clés

Livre Aymeric Lazarin, Potager, Vivace, Aymeric Lazarin, Plantes perpétuelles, tubercules, légumes, fruits, aromatique, médicinale, production, nourriture, sauvages, légumes feuilles, légumes racines, ail des ours, rocambole, artichaut, asperge, cardon, chou Daubenton, chicorée, ciboule, livèche, échalotte, poireau, rhubarbe, roquette, crambé, consoude, chénopode Bon-Henri, ocas, crosne, topinambours, capucine tubéreuse, glycine tubéreuse, biodiversité, jardinage, facile, entretien, sol, installation, ornementale, comestible, fiche, technique, période, récolte, plantation, semis, livre, livres, formation, formations, permaculture, design, permacultureDesign, ouvrage, ouvrages, ressources, ressource, pdf
#IdeeLecture #indispensable #livre #LivrePermaculture #PermacultureDesign #Permaculture #AymericLazarin #MonPotagerDeVivaces #LegumesPerpetuels #Potager3P #ProductionDeNourriture #PlantesVivaces #PotagerPermaculture #JardinPotager

Sur le même thème

Livre Faire ensemble

Publié pour la première fois en 2013, le livre « Faire ensemble » de Robina Mc Curdy en est déjà à sa deuxième édition française (Janvier 2016). Traduit et adapté par Vincent Audoin, l?ouvrage décrit des outils participatifs et concrets pour les collectifs lancés dans...

Pour aller plus loin

N'hésitez pas à jeter un coup d'?il à nos ressources

Abonnez-vous à la Newsletter !

et ne ratez plus aucun de nos contenus !

Votre prénom* Votre email*

Si vous ne cochez pas la case ci-dessus, nous ne pouvons pas vous envoyer notre eBook compte tenu de nouvelle législation en vigueur.
Votre adresse mail et votre prénom seront enregistrés dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité. Ces données personnelles ne seront bien évidemment jamais partagées ou revendues à qui que ce soit.

Formation permaculture 2 et 3 mars 2019

unnamed.jpgCOURS D’INTRODUCTION
À LA PERMACULTURE

Jardin potager, verger, lieu de vie, comprendre et concevoir un lieu en permaculture

 

Montreuil-sous-Bois dans le 93
les 2 et 3 mars 2019
Avec l’association « Le Sens de l’Humus »

 

La permaculture est à la fois une éthique, une philosophie et une science à l’usage de la terre, de la planète et des groupes sociaux, qui vise à faire émerger partout des solutions créatives écologiques adaptées aux conditions physiques et humaines locales en vue de générer des systèmes productifs, efficaces et pérennes.

Objectifs du stage :
– Comprendre ce qu’est la permaculture et les principes éthiques et de conception qui la fondent.

– Acquérir une première approche de la méthodologie de design en permaculture (conception, planification, aménagement et maintenance d’un lieu en permaculture).

Programme :
Samedi 2 mars toute la journée

Matin : philosophie, éthique et principes de la permaculture.
Après midi : Observation en extérieur (comprendre et utiliser les modèles naturels) et atelier pratique.

Dimanche 3 mars toute la journée
Matin : méthodologie du design en permaculture.
Après-midi : exercice de design en salle en groupe.

Informations pratiques :
– Le stage se déroulera à Montreuilsous-Bois le samedi et le dimanche de 9h00 à 18h00, avec une pause déjeuner entre 12h30 et 14h. Nous attendons confirmation pour une salle municipale. Le lieu vous sera communiqué ultérieurement

– Pour les repas du midi, chacun est invité à apporter un petit quelque chose à boire et à manger à partager avec le groupe. Les spécialités de chez vous seront les bienvenues !

– Prix du stage : nous estimons le prix du stage entre 80 et 120€, mais cela reste une indication afin que chacun puisse avant tout participer à hauteur de ce qui lui semble juste compte tenu de ses revenus, de ses possibilités du moment et compte tenu de notre travail.
Trocs, aide et autres partages peuvent également faire partie de l’échange.
Avec une prise en charge (CPF ou autre) nous contacter.

– Le stage sera animé par Jérémie Ancelet formateur certifié et designer en permaculture aussi que Christophe Bichon formateur certifié en permaculture dans le cadre de l’association Le Sens de l’Humus.

– Inscription : Le stage accueillera une vingtaine de personnes. Inscription obligatoire auprès de : Christophe Bichon (christophe.humus@gmail.com) ou au 06 13 04 18 07.

Pour vous inscrire il nous faut votre nom, prénom, adresse postale et mail, votre numéro de téléphone ainsi qu’un chèque d’arrhes de 30€ à l’ordre de l’association Le Sens de l’Humus à envoyer à l’adresse suivante :
Christophe Bichon
6, bis Sente du Labyrinthe
93230 Romainville

Par respect pour les formateurs et pour le groupe, merci de vous assurer de pouvoir suivre l’intégralité de la formation

 

Le jardin en permaculture de la Source Dorée : du maraichage à l’assiette

Au cours de l?été 2017, nous sommes partis à la rencontre de plusieurs clients de notre formation vidéo en ligne « Invitez la permaculture dans votre jardin ! » afin de recueillir leur témoignage sur les changements qu?ils ont concrètement mis en place dans leur vie grâce à la permaculture. Parmi eux, Nathalie et Philippe Gaillet-Boidin, les gérants d?un écolieu remarquable, comme on aimerait en voir de plus en plus fleurir ici et là, nous accueillent pour une visite de leur jardin en permaculture et le partage de leur projet. Bienvenue à La Source Dorée, un lieu de ressourcement durable, de bien-être et de reconnexion à la nature !

Un écolieu remarquable avec un jardin en permaculture où le maraîchage sert directement à fournir le restaurant de la maison d?hôtes.

Bienvenue à La Source Dorée pour un ressourcement durable et une reconnexion avec la nature.

Un lieu permacole écotouristique pour sensibiliser le public

L?objectif de La Source Dorée

À travers leur travail au quotidien, Nathalie, Philippe et leur équipe souhaitent montrer que l?on peut cultiver autrement, en accord avec la nature, que c?est possible. Leur objectif est de sensibiliser leurs clients au respect de la nature, à l?importance et au plaisir qu?il y a de consommer des fruits et légumes sains, de saison, produits localement et de façons équitables !

La permaculture, comme une évidence

La Source Dorée est née d?une reconversion professionnelle de Nathalie et Philippe, c?est un projet familial qui s?articule autour de différents axes de développement, tous reliés entre eux par la permaculture, l?amour de la nature et l?envie de partager cela avec le public.

S?appuyer sur le concept global de permaculture, avec ses éthiques et principes universels, leur a semblé une évidence pour mettre tout leur projet en cohérence, pour sensibiliser et transmettre ce profond respect de la nature, et finalement pour faire sa part et contribuer à l?évolution de notre société vers un avenir plus durable !

Un écolieu remarquable avec un jardin en permaculture où le maraîchage sert directement à fournir le restaurant de la maison d?hôtes.

La maison d?hôtes se trouve juste à côté du jardin en permaculture où sont cultivés les légumes que l?on retrouve dans l?assiette du restaurant le jour même de leur cueillette !!

Cet écolieu comprend une maison d?hôtes avec un restaurant, un espace bien-être avec un groupement de thérapeutes, une école de permaculture proposant divers stages et une ferme en permaculture permettant notamment d?alimenter le restaurant en produits frais, de saison !

Le contexte du jardin en permaculture de la Source Dorée

Situé à St Pierre La Palud, dans les environs de Lyon, le jardin de la Source Dorée s?étend sur 7 hectares autour de la maison d?hôtes. Il comprend diverses zones de cultures, d?élevages, des points d?eau et des parties boisées avec des arbres remarquables.

Toute l?équipe de la Source Dorée a, dès le départ, bien intégré les principes de permaculture, ils savent qu?il vaut mieux « commencer petit puis s?étendre ensuite si nécessaire ».

C?est pourquoi, ils n?ont pas directement attaqué des plantations et des activités sur l?ensemble de leurs 7 ha, ils ont fait le choix, judicieux, de se concentrer d?abord sur leur zone de cultures maraîchères et le jardin-forêt.

Fortement soumis aux vents, notamment du Nord et d?Ouest, avec une augmentation des phénomènes venteux venant du Sud également, le terrain a nécessité une réflexion importante, dans le design, sur la création de haies brise-vent afin de limiter les effets néfastes du vent sur les cultures et les animaux.

Le sol des zones de cultures étant lourd, argilo-limoneux, Nathalie et son équipe s?appuient notamment sur l?utilisation des engrais verts pour en améliorer la structure, le protéger et maintenir sa fertilité.

Un écolieu remarquable avec un jardin en permaculture où le maraîchage sert directement à fournir le restaurant de la maison d?hôtes.

Exemples de couvres-sols utilisés à la Source Dorée : des couvres-sols vivants comme les courges mais aussi par endroit des toiles tissées, un choix stratégique.

Conscients que mulcher (couvrir le sol) est important pour protéger et nourrir le sol, Nathalie et son équipe utilisent au maximum les ressources présentes sur site pour ce faire. Cependant, l?équipe a aussi fait le choix, parfaitement assumé, d?utiliser par endroit de la toile tissée (qui est donc un couvre-sol non organique) pour couvrir le sol. Nous entendons déjà les détracteurs des bâches plastiques crier au scandale, Hop-là, Hop-là?abstenez-vous les amis ! Car, dans le contexte propre à La Source Dorée, ce choix est tout à fait pertinent et parfaitement acceptable dans un système en permaculture vu qu?il vient d?un constat contextuel de manque de ressources sur site pour pailler uniquement avec des matières organiques. C?est, de plus, un système utilisé par de nombreux permaculteurs professionnels dont les récoltes conditionnent la réussite de leur activité, comme, par exemple, Stefan Sobkowiak dans son verger en permaculture !

Les 3 axes choisis pour le jardin en permaculture

Grâce à leur design de permaculture, Nathalie, Philippe et toute l?équipe de la Source Dorée ont pu mettre en synergie les différents éléments qu?ils souhaitaient développer sur site. Leurs choix, pour le jardin, se sont portés principalement sur 3 axes.

Le jardin potager : du maraîchage à l?assiette

Le premier axe développé par Nathalie et Philippe a été le maraîchage en permaculture, car leur objectif était, avant tout, de pouvoir faire gouter à leurs clients un maximum de produits issus de leur jardin potager. Quoi de plus délicieux, en effet, qu?un légume cueilli du jour cuisiné avec amour par un chef passionné ?

Un écolieu remarquable avec un jardin en permaculture où le maraîchage sert directement à fournir le restaurant de la maison d?hôtes.

Planches de cultures dans la zone maraîchère du jardin en permaculture de La source Dorée.

Un écolieu remarquable avec un jardin en permaculture où le maraîchage sert directement à fournir le restaurant de la maison d?hôtes.

Sur les planches de cultures, on voit divers niveaux de développement des végétaux, fruit d?un travail de planification fondamental pour avoir des productions étalées pour le restaurant.

Dans cette zone de maraîchage en permaculture, il y a différents éléments, à commencer par des planches de cultures sur lesquelles ont été fait un gros travail de planification afin d?avoir des récoltes étalées dans le temps pour fournir régulièrement le restaurant. Comme le souligne Nathalie dans la vidéo, la planification des cultures et des interventions nécessaires au jardin est fondamentale. Même si elle est compliquée, elle nécessite vraiment d?y consacrer du temps pour ne pas « se planter » ou « rater le coche ». Or Nathalie et son équipe de maraîchage savent bien que quand on travaille avec le vivant, il faut savoir relativiser, accepter les ratés et prendre du recul, car, dans la nature, ça ne se passe pas toujours « comme prévu » par les hommes !

Parmi les planches potagères, on trouve également des arbres fruitiers pour la biodiversité, l?ombre qu?ils peuvent procurer, l?attraction des pollinisateurs?

Une serre a aussi été intégrée à leur design pour les productions de primeurs et les cultures d?automne / hiver

Un écolieu remarquable avec un jardin en permaculture où le maraîchage sert directement à fournir le restaurant de la maison d?hôtes.

La serre, dans la zone maraîchère, sert aux primeurs et cultures d?automne et d?hiver.

Un écolieu remarquable avec un jardin en permaculture où le maraîchage sert directement à fournir le restaurant de la maison d?hôtes.

Des bassins, reliés en série par leur trop-plein, ont été créés sur l?ensemble du jardin.

Leur zone de maraichage comprend aussi divers bassins tous reliés entre eux, en série, via leur trop-plein afin de profiter de leur masse thermique, créer des microclimats et effets de bordures favorables à la biodiversité et avoir des réserves d?eau pour irriguer. Ces bassins sont alimentés par les récupérations d?eau de pluie et de ruissellement ainsi que les écoulements d?anciennes canalisations en terre déjà présentes et reliées aux bassins suite à des travaux de terrassement.

Le Parc de Plantes Aromatiques et Médicinales

Le deuxième axe de développement choisi au jardin en permaculture était la création d?un parc dédié aux plantes aromatiques et médicinales dans le but de faire le lien, une fois encore, entre la nature et le pôle bien-être de La Source Dorée. À l?époque où notre vidéo a été tournée, ce parc de plantes aromatiques et médicinales en était à ses balbutiements.

Un écolieu remarquable avec un jardin en permaculture où le maraîchage sert directement à fournir le restaurant de la maison d?hôtes.

Nathalie et Karine devant la future zone de leur parc de plantes aromatiques et médicinales dont elles transformeront les récoltes pour en faire profiter leur client de l?espace bien-être.

La volonté de l?équipe était de pouvoir transformer une partie de leurs récoltes de plantes aromatiques et médicinales pour pouvoir ensuite les proposer à la vente dans leur espace Bien-être.

Un jardin-forêt et la transformation de fruits

Principe de permaculture : Un élément remplit plusieurs fonctions

Nathalie et son équipe se sont inspirées de nos fiches guildes autour des arbres fruitiers pour créer un jardin-forêt afin que celui-ci remplisse plusieurs fonctions :

  • avoir le rôle d?un brise-vent
  • augmenter la biodiversité du lieu et son attractivité pour les pollinisateurs
  • fournir des fruits pour le restaurant
  • fournir des fruits pour la transformation à proposer ensuite à la vente

L?évolution du projet dans le temps

Nous remercions chaleureusement Nathalie, Philippe, Karine et toute l?équipe de la Source Dorée pour leur accueil et leur enthousiasme quant à notre travail et nos formations en ligne qui leur ont permis d?avancer concrètement et sereinement dans leur formidable projet.

Un écolieu remarquable avec un jardin en permaculture où le maraîchage sert directement à fournir le restaurant de la maison d?hôtes.

Merci à Nathalie et Karine pour cette visite du jardin en permaculture de La Source Dorée.

Un an et demi après le tournage de cette vidéo, la Source Dorée se porte très bien, elle continue de se développer et de diffuser le message de la permaculture auprès de ses clients et visiteurs occasionnels.

L?élevage d’animaux, déjà existant en 2017, s?est diversifié. Ils accueillent aujourd?hui des bovins de race écossaise, des Highlands, des moutons, des cochons, des poules? Et chaque animal est choyé pour que tous ses besoins soient remplis. Chacun est également utile au milieu qu?il occupe (gestion des prairies, travail du sol, fourniture d?amendement naturel via les déjections?) apportant ses divers produits au projet global ! La création de synergies vertueuses entre les différents élevages d?animaux et les éléments du projet (maraichage, jardin-forêt, parc de plantes aromatiques et médicinales?) permet un développement harmonieux à l?ensemble du site.

Pour les besoins du restaurant et afin d?avoir une très grande majorité de produits issus de leur jardin, la zone maraîchère a été multipliée par trois depuis notre reportage, et ce avec succès.

Le parc de plantes aromatiques et médicinales s?est, lui aussi, développé et apporte ses bienfaits directement du jardin à l?espace bien-être !

Enfin, pour répondre à une demande grandissante, l?équipe de La Source Dorée a élaboré un Eco-Circuit avec 7 points d?intérêts jalonnant un chemin de découverte, afin de montrer aux visiteurs le jardin et la ferme en permaculture et leur permettre de découvrir la biodiversité faunistique et floristique du lieu. Cet Eco-circuit sera inauguré prochainement, le 10 avril 2019, si cela vous intéresse d?y participer, n?hésitez pas à les contacter via leur site Web : https://www.la-source-doree.fr

Nous espérons que cette vidéo vous aura donné envie d’aller leur rendre visite et que leur exemple inspirera d?autres personnes à faire de même ?

Concrétisez votre projet professionnel en permaculture grâce au design? !

Pour concrétiser leur projet touristique de la Source Dorée, les gérants, Nathalie et Philippe ont appliqué la méthodologie de design en permaculture enseignée dans notre formation vidéo en ligne « Invitez la permaculture dans votre jardin ! ». Si, vous aussi, vous avez un projet professionnel en lien avec la permaculture, faites confiance à cette formation pour vous guider au mieux. Cliquez sur le bouton ci-dessous pour en savoir plus.

Invitez la permaculture dans votre jardin

Vous souhaitez créer ou transformer votre jardin grâce à la permaculture mais ne savez pas comment vous y prendre ? Laissez-vous guider pas à pas en suivant notre formation vidéo en ligne « Invitez la permaculture dans votre jardin ! ».

Mots clés
Jardin, permaculture, Maraichage, Jardin forêt, guilde, serre, biodiversité, nature, respect, principes, éthiques, mare, récupération d?eau, trop-plein, tourisme, équitable, local, bien-être, plantation, planification, planifier, potager, légume, écolieu, écotourisme, manger sain, sensibiliser, plantes aromatiques, médicinales, fruit, transformation, fruitiers, engrais vert, haie, brise-vent, mulch ,formation, permaculture, design, permacultureDesign

#PermacultureDesign #Permaculture #LaSourceDorée #FormationEnPermaculture #UnJardinUnPermaculteur #TemoignageVideo #DesignPermaculture #TransformezVotreJardin #JardinEnPermaculture #MaraichageEnPermaculture #BienEtre #RessourcementDurable

Sur le même thème

Pour aller plus loin

N'hésitez pas à jeter un coup d'?il à nos ressources

Abonnez-vous à la Newsletter !

et ne ratez plus aucun de nos contenus !

Votre prénom* Votre email*

Si vous ne cochez pas la case ci-dessus, nous ne pouvons pas vous envoyer notre eBook compte tenu de nouvelle législation en vigueur.
Votre adresse mail et votre prénom seront enregistrés dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité. Ces données personnelles ne seront bien évidemment jamais partagées ou revendues à qui que ce soit.