Portail automatique poulailler

Comme je l’ai déjà expliqué dans d’autres articles, devenir autonome ne concerne pas seulement les énergies et la nourriture mais cela comprend beaucoup d’autres choses.Éliminer les contraintes fait aussi, pour moi, partie de l’autonomie. Durant plusieurs années, tous les soirs et tous les matins, nous devions penser aux poules! Le soir quand vous êtes bien […]

Feuille de chou hivernale : ça bouge au 60

L’hiver c’est mort, c’est gris il ne se passe rien. Enfin c’est ce qu’on croit. ça serait comme de dire à une femme enceinte qu’il ne se passe rien pendant 9 mois dans son ventre…
Parce qu’en hiver la nature travaille en sous marin. Les graines rassemblent leurs forces et les verres de terre, champignons et bactéries transforment tout ce qu’ils trouvent à manger en bon terreau fertile.
Pendant ce temps, à la maison Pouplier, les résistants du jardin s’activent. Et ils en ont fait du travail !
Nettoyer, balayer, astiquer, casa toujours pimpant, on y est presque.
Il y a eu un grand coup de ménage réalisé dans la cave, avec des étagères construites pour que les dahlias soient bien entreposés après avoir été soufrés.
Un atelier digne de ce nom commence à être aménagé et la fée électricité a fait son apparition.
Pour les niveaux au dessus, le débarras continue également car tous les outils ont été transférés à la cave libérée.
On peut déjà imaginer une belle salle à coté de la cuisine, pour des réunions, projections ou diner de l’asso.
L’escalier est dégagé.
Et même le grenier recommence à voir le jour, un peu. Mais là il y a encore du boulot.

Coté jardin, beaucoup d’éclaircissement aussi ! avec les massifs redessinés, des tas de pierres débarrassés, et l’aménagement de la parcelle à gauche de la maison.
Vous pourrez bientôt y serpenter entre les aromatiques, ou bien butiner entre les fleurs.

Bref, ça bouge au 60 rue Saint Antoine, grâce à l’équipe du jardin solidaires et aux bénévoles ponctuels ou réguliers.
On vous attend pour venir découvrir tout ça dès le samedi 11 mars !!


Pas de jardin solidaire jeudi 23 février

Pour info, il n’y aura personne au jardin solidaire jeudi prochain le 23 février 2017.

A bientôt pour les autres jours.


Un mur restauré pour cet été

A partir du 27 février et pour 5 mois, le Sens de l’Humus accueillera un chantier-école qui permettra la rénovation d’une partie de mur écroulé sur la parcelle.

Les murs à pêche sont un exemple de savoir-faire traditionnel et unique de constructions en pierre, terre et plâtre.

12 participants issus du PLIE (plan local pour l’insertion et pour l’emploi) vont se former au métier de plâtrier, sur ce support exceptionnel.

Le projet est porté par l’association Ensemble pour l’emploi, l’association REMPART Île-de-France et LADOMIFA.

Venez apprécier l’évolution du chantier tous les 2ème samedi du mois à partir du 11 mars !

imgp0432IMGP0434.JPG


Aménagement de notre camion

Voici un petit reportage photos sur l’aménagement de camion Mercedes 711D. Vous nous connaissez maintenant et vous savez que nous sommes toujours pleins de projets 🙂 Comme nous vous en avions déjà parlé lors d’un ancien article, nous avons acquit un autre camion. Il était aménagé mais pas du tout à notre gout et surtout […]

Choisissez votre support de culture idéal !

Difficile de faire un choix !

Ça y est, c’est décidé, vous allez vous mettre à cultiver vos propres fruits et légumes et faire un potager selon les principes de permaculture. Mais, devez-vous absolument faire une butte ? Classique, bio-intensive comme les pros ou avec du bois dedans ? Ou bien faire une « lasagne » ? Et le jardin à plat comme le faisait papy ne conviendrait-il pas ? C’est un vrai dilemme de choisir, car vous entendez et lisez tout et son contraire sur tel ou tel support de culture selon s’il est « tendance », réputé particulièrement performant ou au contraire apparemment démodé…
En fait, si vous vous demandez si tel ou tel support de culture, que vous voyez sur internet ou dans des livres, fonctionnera chez vous, la réponse est, comme bien souvent en permaculture, « ça dépend ! » ! Eh oui, tout ne fonctionnera pas forcément dans votre cas particulier. C’est pourquoi copier ce que fait quelqu’un d’autre ailleurs, dans un contexte différent, risque de vous mener droit à l’échec et au découragement. 

Le passage obligé : la phase d’observation

Si vous voulez éviter de vous planter, vous n’y couperez pas, il faudra obligatoirement passer par une phase d’observation de votre contexte propre. Si vous préférez « zapper » cette étape fondamentale d’observation pour vous lancer dans l’expérimentation en partant du principe que l’on apprend de ses erreurs, libre à vous. Vous pouvez vous lancer dans l’installation de différents supports pour voir lequel vous conviendra le mieux… Dans ce cas, bon courage à vous, car autant vous avertir (nous sommes passés par là) : cela va vous demander beaucoup d’énergies et de temps pour des résultats parfois très décevants.

Pour ceux qui voudraient éviter de se tromper, vous allez devoir observer votre contexte dans les quatre domaines suivants :

  • Votre contexte humain
  • Votre contexte écologique
  • Votre contexte de sol
  • Votre contexte climatique.

Qu’allez-vous observer ?

Au niveau de votre contexte humain :

  • Quelle est votre forme physique ?
  • Quel temps pouvez-vous consacrer à vos cultures ?
  • Quel budget ?
  • Êtes-vous seul(e) impliqué(e) ?
  • Voulez-vous produire en grosses quantités ou pas ?
  • Votre support de culture a un objectif pédagogique ou pas ?

Au niveau de votre contexte écologique, observez :

  • La succession écologique naturelle sur votre lieu
  • La diversité biologique,
  • La diversité biologique faunistique
  • La diversité biologique floristique

Au niveau de votre contexte de sol, observez :

  • Quelle est la texture du sol où vous souhaitez implanter votre potager
  • Quelle est sa structure ?
  • Quelle est la profondeur de terre végétale ?
  • Est-il fertile ?

Au niveau de votre contexte climatique :

  • Dans quel type de climat vous trouvez-vous ?
  • Quels sont les vents dominants traversant votre terrain ?
  • Le contexte de températures ?
  • Le niveau de pluviométrie, d’ensoleillement ?

La formation qui vous permettra de choisir en toute confiance !

Cette phase d’observation décrite ci-dessus vous permettra de recueillir un ensemble de données qui forment votre contexte propre et unique. Mais que faire de cette étude de votre contexte si vous n’avez rien à quoi la comparer ?

Eh bien il faudra faire des recherches approfondies sur les caractéristiques des différents supports de cultures pour savoir lequel correspondra le plus à vos critères contextuels. C’est un travail que vous pouvez parfaitement entreprendre seul. Cependant, si vous souhaitez vous simplifier la tâche, ce boulot nous l’avons fait pour vous et vous le proposons sous la forme d’une formation en ligne intitulée « Choisissez votre support de culture idéal ».

Attention, cette formation n’est pas une méthode de jardinage pour apprendre quoi planter et où planter. Elle a pour but de vous permettre de déterminer, en amont de toute réalisation sur votre terrain, quels seront le ou les supports de cultures les mieux adaptés à votre contexte en particulier.

Cette formation en ligne comporte :

  • Une série de vidéos pédagogiques pour vous accompagner dans l’observation de vos différents contextes.
  • Une fiche personnalisée à remplir par vos soins avec une liste de critères sur votre contexte à remplir et des cases à cocher. Cette fiche personnalisée sera votre référence à comparer aux critères des fiches techniques des différents supports de culture étudiés.
  • Une étude détaillée des 10 supports de cultures les plus performants :
  1. Le jardin à plat
  2. La butte bio intensive
  3. La plate bande permanente surélevée
  4. La lasagne
  5. La butte « classique »
  6. La butte « Hugelkultur »
  7. Le jardin en « trou de serrure »
  8. La botte de paille
  9. Le potager 3P
  10. Le wicking-bed
  • Une fiche technique pour chacun des 10 supports reprenant les critères contextuels déjà observés dans votre fiche personnalisée afin de pouvoir comparer chaque support de culture avec votre contexte propre.
  • Chaque fiche technique comprend également une description du support, son fonctionnement, ses avantages et ses inconvénients, notre avis dessus et les variantes possibles.
  • Enfin, pour vous aider à passer à la réalisation, une fois votre ou vos supports choisis, nous avons sélectionné pour chaque support les meilleurs ouvrages et/ou vidéos pour passer concrètement à l’action.

Nous espérons que cette formation en ligne vous évitera bien des déconvenues et vous permettra de vous lancer dans votre production de nourriture en toute confiance et sérénité smiling face with open mouth

Pour en savoir plus sur cette formation, cliquez ici !

Crédits photo :

Facilitez-vous la tâche et choisissez en toute confiance !

Nous avons créé cette formation « Choisissez votre support de culture idéal », car c’est celle que nous aurions aimé avoir à nos débuts pour nous éviter beaucoup de frustrations et de gaspillage d’énergie. Cliquez sur le bouton ci-dessous pour en savoir plus !

Choisissez votre support de culture idéal !
Vous souhaitez produire tout ou partie de votre alimentation en la cultivant vous-même ? Faire des buttes ne sera pas forcément une bonne idée dans votre cas. Trouvez le support de culture le plus adapté à votre contexte et vos objectifs de production grâce à notre formation vidéo en ligne « Choisissez votre support de culture idéal ».
En savoir plus sur notre formation vidéo
Mots clés

support de culture, cultiver, butte, potager, permaculture, design, permacultureDesign, hugelkulture, plate-bande, jardin en trou de serrure, keyhole garden, sandwich, trouver, choisir, jardinage, jardiner, produire, nourriture, lasagne, botte de paille, Philip Forrer, Emilia Hazelip, Robert Morez, Sepp Holzer, contexte, observation, idéal, observer, formation, vidéo, fiches techniques

#PermacultureDesign #Permaculture #ChoisirSonSupportDeCultureIdeal #Buttes #ButtesPermaculture #FichesTechniques #Video #PlantezVotreAbondance #Potager #PotagerPermaculture #PreparationDuPotager #FormationVideo #FaireSoiMeme

Sur le même thème

Pour aller plus loin

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à nos ressources

Abonnez-vous à la Newsletter !

et ne ratez plus aucun de nos contenus !

Nos pires erreurs et comment les éviter !

À l’occasion d’un passage en Limousin, Damien Dekarz de l’association La Graine Indocile basée à Bras dans le Var, est venu nous rendre visite sur la ferme expérimentale de la Goursaline. Une belle rencontre entre permaculteurs passionnés qui nous a permis d’échanger sur nos pratiques et expériences respectives, notamment dans l’aménagement de nos lieux.

De ces échanges est venue l’envie de partager avec vous nos pires erreurs de débutants, car, avec le recul, force est de constater que nous aurions pu les éviter.

Car, même s’il est vrai que l’on apprend toujours de ses erreurs, certaines peuvent être éprouvantes à vivre, démoralisante, voire entraîner l’abandon d’un projet. Nous espérons donc que ce témoignage croisé entre Benjamin et Damien vous alertera sur les bêtises à éviter afin de ne pas gaspiller inutilement de votre énergie !

Apprendre avec des livres, d’accord, mais sans oublier celui de la nature !

L’une des premières erreurs de Damien, lors de son installation en maraîchage bio, a été de suivre presque aveuglément les conseils qu’il avait lus dans différents bouquins sur le maraîchage au sujet des semis d’engrais verts pour fertiliser et préparer son sol. Plein d’entrain, il s’est mis à désherber ses plates-bandes pour préparer ses semis d’engrais verts sans prendre le temps de se demander quelle était cette « mauvaise herbe » qu’il était en train d’arracher. Résultat : beaucoup d’efforts et de travail pour pas grand-chose ! C’est après coup qu’il s’est penché sur cette adventice qu’il avait enlevée sans ménagement et s’est rendu compte qu’il s’agissait de mélilot, une légumineuse bisannuelle, fixatrice d’azote, excellente plante fourragère, également médicinale et très mellifère ! Tout ce dont son sol avait besoin était donc déjà là, naturellement en place.

Avant de chercher ailleurs, regardez ce que vous avez sous la main !

Benjamin a également fait les frais de ce manque d’observation dans ces débuts à la Goursaline. Voulant planter des arbres pour construire rapidement du sol sur son terrain et amener de la fertilité, il a passé beaucoup de temps à rechercher sur internet ou dans des livres l’essence idéale. Pourtant, il avait déjà tout sur place : des genêts poussant à foison, fixateurs d’azote, produisant rapidement de la biomasse pour le mulch notamment, des bouleaux à la durée de vie très courte qui contribuent rapidement à créer du sol et de l’humus et des saules excellents pour favoriser les mycorhizes (association symbiotique entre des champignons et les racines des plantes).

Prendre le temps d’observer, ne pas se précipiter.

Comme le souligne Damien, on dit toujours qu’avant d’entreprendre une installation en permaculture sur un lieu, il faut l’avoir observé finement pendant au moins un an afin de l’avoir vu à toutes les saisons. C’est un principe théorique que connaissent tous les permaculteurs mais qui est rarement appliqué dans les faits tant notre envie de faire et d’agir est forte quand on démarre un projet permacole. Pourtant, réfréner vos envies de faire à tout prix tant que vous ne connaissez pas suffisamment votre terrain vous évitera de nombreuses erreurs.
Damien a, par exemple, perdu une vingtaine d’arbres fruitiers n’aimant pas avoir les racines dans l’eau en les plantant dans une zone où remontait une source en hiver. S’il avait pris le temps d’observer cette partie de son terrain en hiver, il n’aurait, sans doute, pas fait cette erreur.

Intellectualiser les principes de permaculture, c’est bien, les incarner, c’est vraiment mieux 😉

Benjamin, pour sa part, a vécu des débuts difficiles sur la Goursaline. Il connaissait les principes « commencez petit, puis étendez-vous si nécessaire » ou encore « commencez au pas de votre porte », mais, conditionné par son envie de faire et d’investir tout l’espace, il les avait mis de côté pour se lancer à fond dans des aménagements sur l’ensemble des 3,5 ha de la propriété. Assez vite débordé par l’énorme quantité de travail que cela engendrait en plus de la pression qu’il se mettait pour y parvenir, il a finalement décidé de lâcher-prise en laissant redevenir sauvage de nombreuses zones de son terrain. Il en a tiré plusieurs bénéfices : réduction de la masse de travail à fournir, récolte de biomasse, de bois, de plantes sauvages comestibles, de champignons…
Comme quoi, on peut connaître l’ensemble des principes de permaculture intellectuellement parlant, mais ce n’est qu’en les incarnant vraiment qu’ils pourront vous guider !

En conclusion

Si on vous répète à longueur de temps que l’observation de la nature et de votre terrain est primordiale pour tout projet en permaculture… eh bien, c’est parce que c’est VRAI !!
Alors, pour éviter de faire les mêmes erreurs que Damien et Benjamin, suivez leurs conseils :

  • prenez votre temps, observez et allez-y petit à petit
  • faites-vous confiance, faites confiance à la nature et à nos observations
  • les livres sont de bons supports d’apprentissage, mais il faut aussi savoir s’en détacher pour se tourner vers celui de la nature que l’on a sous les yeux et en nous !
  • les principes de permaculture sont des guides très puissants dès lors qu’on décide de les appliquer concrètement dans son quotidien.

Enfin, pour tous ceux qui voudraient mieux connaître Damien, nous vous invitons à le suivre sur sa chaîne YouTube Permaculture agroécologie etc… : https://www.youtube.com/user/permacultureetc

Bonne observation à toussmiling face with open mouth

Ne commettez pas les mêmes erreurs que nous !

Comme le soulignent Benjamin et Damien dans cette vidéo, l’observation de la nature et de votre terrain est primordial pour ne pas se tromper. Prendre son temps et avancer petit à petit aussi ! Si vous souhaitez être guidé dans ces phases de démarrage essentielles tout comme dans la réalisation de votre propre design, découvrez notre formation « Invitez la permaculture dans votre jardin » en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Invitez la permaculture dans votre jardin
Vous souhaitez créer ou transformer votre jardin grâce à la permaculture mais ne savez pas comment vous y prendre ? Laissez-vous guider pas à pas en suivant notre formation vidéo en ligne « Invitez la permaculture dans votre jardin ! ».
En savoir plus sur notre formation vidéo
Mots clés

erreurs, débutant, permaculture, design, permacultureDesign, manque, observation, observer, étudier, prendre son temps, principes, précipitation, bêtises, lecture, paysage, plantes pionnières, engrais vert, légumineuse, fixateur d’azote, plantation, arbres, emplacement, nature, sauvage, diplôme, vidéo

#PermacultureDesign #Permaculture #NosPiresErreurs #ProfesseurNature #Observation #RencontreEntrePermaculteurs #PrincipesDePermaculture #BenjaminBroustey #DamienDekarz

Sur le même thème

Pour aller plus loin

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à nos ressources

Abonnez-vous à la Newsletter !

et ne ratez plus aucun de nos contenus !

Journée découverte de la Permaculture et visite - 5 mars 2017

La permaculture est un aménagement consciencieux du paysage, qui imite les modèles trouvés dans la nature, pour produire en abondance, de la nourriture, des fibres et de l'énergie, afin de combler les besoins locaux.

Graham Bell - The Permaculture Way

Rendez-vous à 9h30

Découvrir la permaculture sur un site aménagé en 10 ans. Vous y apprendrez quelques outils et principes de design qui vous permettront d'appréhender votre environnement plus consciemment et avec un œil plus avisé.

Pascal Depienne sera le formateur de ce stage et vous partagera son expérience sur le lieu et des cours théoriques et pratiques bien rodés et mis à jour. Diplômé de l'Université Populaire de Permaculture en 2009, il a depuis enseigné plus de 30 stages certifiés de permaculture et formé plusieurs nouveaux designers. Il a en parallèle réalisé une 30ènes de designs et mis en œuvre de nombreux projets, notamment avec l'association Terre Paille et Compagnie :
- Terre Paille et Compagnie : Permaculture et construction naturelle
- Le petit Almati : une forêt comestible de pommiers Kazakhs
- L'Arche de Néo : une pépinière Conservatoire en Permaculture

Programme :
- Définition, historique, principes
- Méthodologie de Design
- Visite du design de Terre Paille et Compagnie

Prix : 50€

lieu Champagné-saint-hilaire (86)

Inscriptions : Sur ce formulaire ici

Pour toute demande particulière, merci d'utiliser le formulaire de contact.


Nous ne sommes pas un exemple!

Il est vrai que le blog à son petit succès. Nous sommes donc régulièrement contacté par des personnes désireuses de nous rencontrer.Nous sommes également sollicités par des journalistes auxquels nous répondons que notre mode de vie nécessite un certain anonymat et que nous ne désirons pas être médiatisés. Quoi qu’il en soit, nous ne nous […]

Stage d’initiation à la permaculture 25 et 26 février 2017

Deux jours d’initiation pour mieux comprendre ce qu’est la permaculture et comment l’appliquer chez soi. Le tarif, sur le mode de la participation consciente, est estimé à 100€ par personne. Cette formation est ouverte à toute personne souhaitant découvrir la permaculture. Il reste quelques places.

Ci dessous le détail des 2 jours. Contact jimancelet (at) hotmail.com

Initiation_permaculture25-26fevrier2017_corrigé-page-001.jpg


(44) Bulletin saisonnier de l’Association Permaculture 44

Capture d’écran 2017-02-06 à 15.17.13Correspondant local en Loire-Atlantique, je profite de ces quelques lignes pour vous faire part de la belle dynamique de l’association Permaculture 44 dans ce huitième bulletin saisonnier pour l’association Brin […]

Tags:  , , , , , , , , , , , , ,

Del.icio.us
Facebook
TweetThis
Digg
StumbleUpon



Copyright © Brin de paille [(44) Bulletin saisonnier de l'Association Permaculture 44], All Right Reserved. 2017.

(02) Bulletin Saisonnier n°7 – Association Perm’api

Capture d’écran 2017-01-30 à 14.38.16Correspondant local du département de l’Aisne, nous vous souhaitons une très bonne année et nous sommes heureux de publier ce septième bulletin saisonnier pour l’association Brin de Paille.   Les projets […]

Tags:  , , , , , , , , , , , , , , ,

Del.icio.us
Facebook
TweetThis
Digg
StumbleUpon



Copyright © Brin de paille [(02) Bulletin Saisonnier n°7 – Association Perm’api], All Right Reserved. 2017.

Visites insolites en milieu semi-aride : habitat troglodyte et jardins en permaculture

Venez, nous vous emmenons en Espagne, dans les environs de Grenade, où règne un climat semi-aride avec, en moyenne, environ 300 mm de précipitations par an, un milieu à priori plutôt hostile au développement de cultures nourricières… pourtant c’est possible puisque les deux lieux insolites que nous allons visiter, filmés par Benjamin l’été dernier, ont réussi à faire un peu « reculer le désert » 😉

Les gîtes troglodytiques des « Cuevas Andalucia ».

Creusés il y a bien longtemps par des esclaves maures dans une colline d’argile très dure, au milieu d’un espace quasi désertique soumis à des amplitudes thermiques importantes (très grosses chaleurs en été et possibilité de froids importants en hiver), les habitats troglodytes des Cuevas Andalucia possèdent des qualités thermiques incroyables. En fait, il fait, à l’intérieur, entre 18 °C et 20 °C toute l’année, quelle que soit la température extérieure et sans aucune installation supplémentaire de régulation de température.

De plus, l’argile des parois régule très bien l’humidité et coupe aussi la circulation des ondes : résultat, à l’intérieur, on ne capte pas de réseau téléphonique et du coup, on dort très bien !

Lors de leur rénovation il y a quelques années, les propriétaires, Aurore et Sam, ont aussi pensé à équiper leurs gîtes de panneaux solaires et d’éoliennes pour la production d’électricité et d’eau chaude afin de minimiser leur impact écologique.

Au niveau de leur jardin, ils se trouvaient en présence d’une zone très dure à cultiver avec pas ou peu de sol à cause de l’érosion due aux vents notamment.Naturellement, seules quelques plantes pionnières arrivaient à persister dans ces conditions difficiles. Accélérer la succession écologique était donc très compliqué à mettre en place. Aurore et Sam se sont donc concentrés sur 3 grands axes prioritaires pour eux par rapport à leur contexte :

  1. Créer des brise-vents pour protéger leurs cultures, ils ont utilisé pour cela des espèces végétales locales capables de supporter des conditions difficiles comme des tamaris, des genêts, des figuiers de barbarie…
  2. Créer de l’ombre pour protéger les cultures du soleil aux heures les plus chaudes.
  3. Couvrir le sol pour le protéger de l’érosion et réduire les besoins en eau. Pour cette couverture de sol, ils ont utilisé tout ce qu’ils avaient sous la main (des plantes adaptées au climat local comme du pourpier de Cooper vivace, des mulchs en tous genres, des cailloux…)

En procédant ainsi, petit à petit, et en réimplantant, là où s’était devenu possible, des arbres fruitiers, Aurore et Sam ont réussi à gagner progressivement sur le désert environnant et commence à récolter les fruits de leur travail dans leur jardin.

Le jardin de Diego

Situé non loin de chez Aurore et Sam, isolé dans les montagnes, le jardin de Diego est remarquable aux vues des conditions climatiques et du contexte dans lesquels il l’a développé. Diego est un permaculteur sans le savoir 😉

Dans son potager, il favorise les associations légumières positives comme le maïs avec les haricots rames. Il laisse ses tomates ramper au sol, elles font ainsi office de couvre-sol en plus de fournir de belles récoltes.

Il travaille également avec les animaux. Des cochons semi-sauvages défrichent et préparent la terre pour lui.

Il a aussi créé pour ses chèvres un enclos très bien pensé. Ombragé sur l’ensemble de sa surface par une très grande treille qui protège ses chèvres des fortes chaleurs et lui fournit du raisin de table en abondance, cet espace est aussi aménagé pour recueillir, sur sa périphérie, la fertilité issue des excréments des chèvres et la diriger vers différents petits jardinets accolés autour de cet enclos. Ces jardinets sont également protégés sur leur extérieur des chèvres gourmandes avec des palettes, bouts de bois et autres matériaux disponibles, les empêchant d’atteindre les tendres feuillages des cultures.

Enfin, Diego a très bien optimisé les petits espaces que forment ces jardinets périphériques en combinant des cultures diversifiées sur plusieurs niveaux (multiétagées).

Un bel exemple d’adaptation réussie à un contexte difficile !

Apprendre à s’adapter à son contexte !

Les jardins des Cuevas Andalucia et de Diego sont deux beaux exemples d’adaptations permacoles à un milieu hostile. Preuve, s’il en fallait, que la permaculture peut être appliquée partout ! Si vous voulez, vous aussi, apprendre à vous adapter à votre contexte propre et transformer votre lieu grâce à la permaculture, cliquez sur le bouton ci-dessous pour en savoir plus.

Invitez la permaculture dans votre jardin
Vous souhaitez créer ou transformer votre jardin grâce à la permaculture mais ne savez pas comment vous y prendre ? Laissez-vous guider pas à pas en suivant notre formation vidéo en ligne « Invitez la permaculture dans votre jardin ! ».
En savoir plus sur notre formation vidéo
Mots clés

aride, jardin, permaculture, design, PermacultureDesign, habitat, troglodyte, maison troglodytique, jardin, insolite, désert, climat désertique, semi-aride, vent, milieu hostile, grosse chaleur, grand froid, ombre, oasis, plantes pionnières, Espagne, Grenade, Andalousie, énergie solaire, énergie éolienne, faible pluviométrie, méditerranéen continental, vidéo, visite

#PermacultureDesign #Permaculture #PermacultureEnMilieuAride #ClimatSemiAride #HabitatTroglodyte #JardinInsolite #JardinPermaculture #ClimatMediterraneenContinental #VisitesInsolites #Vidéos

Sur le même thème

Pour aller plus loin

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à nos ressources

Abonnez-vous à la Newsletter !

et ne ratez plus aucun de nos contenus !

Le CA de la rentrée 2017… c’était du 12 au 15 janvier !

Capture d’écran 2017-01-22 à 19.42.20Le Conseil d’Animation de Brin de Paille s’est réuni pour la deuxième fois depuis les Rencontres Nationales de la Permaculture, entrecoupé par un CA de travail préparatoire sur les RNP 2017 […]

Tags:  , , , ,

Del.icio.us
Facebook
TweetThis
Digg
StumbleUpon



Copyright © Brin de paille [Le CA de la rentrée 2017... c'était du 12 au 15 janvier !], All Right Reserved. 2017.

(Suisse) Bilan 2016 du réseau Brin de Paille Grand Genève : de nouvelles dynamiques se mettent en place

IMG_0586_Brin de Paille Grand Genève a été représentée sur deux événements cette année : Jardins en fête (Exposition annuelle sur le jardinage, les fleurs, les plantes et l’art du jardin) […]

Tags:  , , , , , , , , , ,

Del.icio.us
Facebook
TweetThis
Digg
StumbleUpon



Copyright © Brin de paille [(Suisse) Bilan 2016 du réseau Brin de Paille Grand Genève : de nouvelles dynamiques se mettent en place], All Right Reserved. 2017.